Storiavoce

By Storiavoce

Listen to a podcast, please open Podcast Republic app. Available on Google Play Store.


Category: Education

Open in iTunes


Open RSS feed


Open Website


Rate for this podcast


Description

Storiavoce est une radio web exclusivement consacrée à l'histoire. Storiavoce s'adresse à un grand public cultivé, étudiant et universitaire.

Episode Date
Benoît ou la naissance d'une civilisation?
00:43:13
Benoît ou la naissance d'une civilisation? by Storiavoce
Mar 20, 2019
A la croisée des empires
00:45:16
A la croisée des empires by Storiavoce
Mar 17, 2019
Une histoire mondiale des cours
00:43:27
Proche de Louis XVIII, le duc de Lévis écrivait: « Un monarque sans cour est un grand arbre déraciné que le moindre coup de vent renverse ». Ecrin d’un pouvoir, reflet d’une puissance, vitrine d’un pays, une cour est une structure qui s’apprête en fonction du souverain qu’elle auréole. Elle se redéfinit et évolue sans cesse mais toujours sur les vestiges des dynasties passées et en fonction des autres cours avec lesquelles elle est en interdépendance. Si les différentes révolutions semblent avoir brisé ou du moins épuisé ces systèmes curiaux, ils ont pourtant été la réalité de bien des contrées pendant bien des époques… Storiavoce vous propose aujourd’hui, un tour du monde du faste, du luxe, du politique. Partez à la rencontre des dynasties les plus légendaires, des rois les plus fantasques, des reines les plus capricieuses et des royaumes les plus merveilleux en étudiant la cour dans sa logique mondiale à partir de l’ouvrage co-dirigé par Thierry Sarmant et Victor Battaggion : L’Histoire mondiale des Cours, de l’Antiquité à nos jours, aux éditions Perrin (448 pages, 25.00 €). L'invité: Thierry Sarmant est historien, spécialiste de numismatique, archiviste paléographe, et directeur des collections du Mobilier National. Il a publié une vingtaine d’ouvrages sur l’histoire moderne et l’histoire du patrimoine dont Régner et gouverner : Louis XIV et ses ministres (co-écrit avec Matthieu Stoll), Vincennes : mille ans d'histoire de France. Victor Battaggion est journaliste culturel et rédacteur en chef adjoint du magazine Historia. Il a publié entre autres : Ridicules ! Les dossiers inavoués des grands personnages de l’histoire et Les Figures du Mal. ___________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Mar 13, 2019
Qu'est ce qu'une puissance à l'époque contemporaine?
00:30:06
Historien, Gilles Ferragu continue la série de nos [Cours d'Histoire] consacrée aux nouvelles conflictualités dans le monde. Au cours de ce deuxième volet, il aborde la question de la puissance à l'époque contemporaine: Chine, Etats-Unis, URSS... Interrogé par Christophe Dickès, il répond aux questions suivantes: - Comment définir la notion de puissance à l'époque contemporaine? - Existe t'il une théorie de la puissance? - Que signifient les concepts de soft power, de smart power, de hard power? - Le Saint-Siège est il une puissance? - En quoi les Etats-Unis conjuguent-ils plusieurs types de puissances? - Quelle rôle joue le nucléaire dans l'idée de puissance? - Une puissance peut-elle être totale? - Quelle différence entre un empire et une puissance? L'invité: Gilles Ferragu est maître de conférence à l'Université Paris-Nanterre. Spécialiste des relations internationales, de la guerre et du terrorisme, il a dirigé de nombreux ouvrages sur la diplomatie. Il est aussi l'auteur d'une Histoire du terrorisme parue chez Perrin en 2014 , rééditée et réactualisée sous format poche (à paraître le 21 mars prochain). ___________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Mar 11, 2019
L'énigme des 75: survie et sauvetage des juifs de France
00:45:33
Au mois de juillet 1942, Annette et Léa, deux jeunes filles de 12 et 14 ans sont arrêtées avec leur mère à l'occasion de la rafle du Vel d'Hiv'. Transférées dans un wagon à bestiaux au camp de Pithiviers, les enfants sont séparés de leur mère déportée à Auschwitz le 3 août 1942. Transférées à nouveau, cette fois à Drancy, les deux jeunes filles bénéficient d’une chance extraordinaire: en effet, une cousine de leur mère, assistante du commandant juif du camp, efface à plusieurs reprises leurs deux noms sur les listes de la mort. Après maintes péripéties, elles finiront par être libérées du camp et reprendront même leur scolarité en octobre 1942, à Paris. Cette histoire s’inscrit dans des milliers d’autres récits qui aboutissent à un constat : 75% des juifs ont échappé à la mort en France sous l’occupation. Ce chiffre constituait pour l’histoire comme une énigme et un mystère. Auteur de La Survie des juifs en France 1940-1944, Jacques Semelin lui donne des clés d'explication. Contrairement aux travaux de Paxton, il remet en cause l'idée d'une France antisémite en distinguant d'une part l'opinion publique touchée par la déportation des femmes et des enfants, et d'autre l'Etat français. Dans cet ouvrage aux multiples nuances, il propose de comprendre comment les juifs de France vont se débrouiller pour survivre. Comment face aux arrestations et aux lois antisémites, ces derniers se sont fondus dans la population, en jouant parfois d’une double personnalité. Enfin et surtout, comment, ils vont bénéficier d’une entraide spontanée grâce à des passeurs, des faussaires, de simples hôtes ou bien même des "anges gardiens" qui, par des petits gestes dans le quotidien ou bien des actes d'héroïsme, vont faire de la France une exception dans le dessein meurtrier du nazisme. Jacques Semelin est interrogé par Christophe Dickès. L'invité: Historien et psychologue, Jacques Semelin est spécialiste des génocides et des violences extrêmes. Directeur de recherche émérite au CNRS, il donne des cours à Sciences Po. Il a fondé et dirigé l’Online Encyclopedia of Mass Violence, dont il est président depuis janvier 2011. Il est membre des comités scientifiques des revues European Review of History, Journal of Genocide Research et Vingtième siècle. Il est aussi membre de l’International Association of Genocide Scholars. Il vient de publier La Survie des juifs en France 1940-1944 (CNRS Editions, 372 pages, 25€). Un livre préfacé par Serge Klarsfeld. ___________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Mar 07, 2019
Faire l'histoire du terrorisme
00:22:22
Historien, Gilles Ferragu entame une série de nos [Cours d'Histoire] consacrée aux nouvelles conflictualités dans le monde. Au cours de ce premier volet, il aborde la question épineuse du terrorisme. S’il ne répond à aucune définition satisfaisante, le terrorisme a indéniablement une histoire ancienne et complexe qui ne saurait se réduire à une succession d’attentats, de revendications et de procès. Gilles Ferragu explore ce passé pluriséculaire et dresse la première synthèse de la violence politique qui frappe le monde occidental comme oriental. Loin des stéréotypes et des reconstructions idéologiques, il s’attache à étudier le poids réel du phénomène depuis la fin du XVIIIe siècle ainsi que les réponses que s’efforcent d’apporter les sociétés ou les pouvoirs qui en sont les victimes. Il est interrogé par Christophe Dickès. L'invité: Gilles Ferragu est maître de conférence à l'Université Paris-Nanterre. Spécialiste des relations internationales, de la guerre et du terrorisme, il a dirigé de nombreux ouvrages sur la diplomatie. Il est aussi l'auteur d'une Histoire du terrorisme parue chez Perrin en 2014 , rééditée et réactualisée sous format poche (à paraître le 21 mars prochain). ___________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Mar 04, 2019
La Conquête romaine: l'exemple gaulois [Académie du Professorat]
01:13:56
Dans le cadre de son partenariat avec l’Académie du Professorat, Storiavoce met exceptionnellement en ligne l’intervention du professeur Jean-Louis Brunaux consacrée à La conquête romaine et à l’exemple gaulois. Il est interrogé par Christophe Dickès. Cette intervention dans le cadre du département histoire de l’Académie du Professorat a été enregistrée le 15 décembre 2018. L’Académie du professorat a pour vocation de créer un lien entre l’université et le monde du secondaire. Chaque intervention recoupe donc les programmes du Collège et du Lycée et s’adresse aux PROFESSEURS D'HISTOIRE. Chaque session présente une période, une thématique et ses enjeux sous le format d’un entretien avec un chercheur spécialiste (55 minutes), de questions et d’échanges (10 minutes) et de présentation de supports de cours (10 minutes). Rejoignez la prochaine session de l’Académie (programme ci-dessous) qui aura lieu à Saint-Jean-de-Passy le 23 mars prochain et qui aura pour thème l’Histoire médiévale. Pour vous inscrire, RDV sur le site de l’Académie du professorat: https://academieduprofessorat.org/ L’invité: Jean-Louis Brunaux est chercheur au CNRS (Laboratoire d’archéologie de l’ENS). Il a dirigé de nombreuses fouilles sur les sites gaulois de Picardie, à Gournay-sur-Aronde, Saint-Maur, La Chaussée-Tirancourt et Montmartin. Jean-Louis Brunaux a rédigé plusieurs monographies sur les résultats de ses recherches archéologiques et des ouvrages de synthèse. Il est l’auteur d’une monographie consacrée à Alésia (Gallimard, 2012) et il vient de publier Vercingétorix dans la collection biographies de chez Gallimard et Les Gaulois, Vérités et Légendes (Perrin, 2019). Prochaine session le 23 mars, à Paris (XVIe arrondissement). Intervenants : Murielle GAUDE – Programme de 5e – Le pouvoir et le sacré à l’époque médiévale. – La place de la femme dans l’exercice du pouvoir – La cour royale à l’époque médiévale Sylvain GOUGUENHEIM – Nouveau programme de 2nde. – Regards sur le christianisme latin et grec – La question de la réforme grégorienne – La transmission des savoir grecs en Europe. Lydwine SCORDIA – Programme de 5e – Le pouvoir royal aux XII et XVe siècles – Apogées et crises du pouvoir des Capétiens. – L’image médiévale dans l’enseignement
Feb 28, 2019
Comment faire la fête... au XVIIIe siècle
00:36:39
Un vent de révolte souffle sur cette France du XVIIIe finissant : les tensions politiques entre le pouvoir royal et les élites nobiliaires se font de plus en plus vives, la misère grandit dans la capitale, l’esprit religieux et royaliste déserte les villes… et pourtant, la fin de l’Ancien-Régime est marquée par le foisonnement des amusements et des fêtes en tous genre. La frénésie festive embrase tous les esprits et colore tous les milieux sociaux: "Dans l’Europe moderne, les fêtes récréatives ont été de tout temps le meilleur moyen de charmer la multitude comme les gens du grand monde : c’est le luxe des Etats et ce qui dénote leur splendeur ; c’est aussi ce qui contribue à la richesse des cités populeuses" nous dit Claude Fortuné Ruggieri, célèbre artificier du XVIIIe siècle. La fête comme outil et phénomène politique ? La fête comme vecteur de cohésion sociale et symbole du pouvoir ? Oui mais pas seulement… La fête au XVIIIe siècle s’inscrit dans de nouvelles perspectives. En privé, elle glisse vers le culte de l’extravagance ; les innovations techniques matérialisent la recherche de l’extraordinaire ; on célèbre le luxe et le raffinement à travers des lieux et des architectures nouvelles, tout à la fois refuges de l’interdit et vitrines de la transgression. Comment interpréter cette soif dévorante de l’amusement, cette incessante mise en scène de l’illusion, cette célébration du plaisir si ce n’est comme une peur partagée d’un avenir incertain qui se dessine au creux de la crise que traverse la société française ? Mari-Gwenn Carichon reçoit Didier Masseau qui vient de publier Fêtes et folies en France à la Fin de l’Ancien Régime. L’auteur : Didier Masseau est historien moderniste, spécialiste des pratiques culturelles. Professeur des universités, il a écrit de nombreux ouvrages de référence sur les Lumières et la pensée philosophique du XVIIIème siècle (L’Invention de l’intellectuel dans l’Europe du XVIIIe siècle, Une histoire du bon goût. Son ouvrage Les Ennemis des Philosophes a reçu le Prix Biguet de l’Académie française et a ouvert de nouvelles perspectives de recherches sur un mouvement intellectuel et une époque, souvent mal appréhendés. Il vient de publier Fêtes et folies en France à la Fin de l’Ancien Régime (CNRS Editions, 304 pages, 24€). ___________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Feb 25, 2019
Tardieu, entre Clemenceau, Poincaré... et De Gaulle
00:46:07
Nous commémorons cette année un des traités les plus importants de l’histoire diplomatique française, le Traité de Versailles. Cent ans après les négociations de paix qui mirent fin à la Grande Guerre, le fameux texte pourtant, a du mal à être entendu. Il bénéficie cependant d’une certaine réhabilitation… L’historien Georges-Henri Soutou, grand spécialiste des relations que l’on a reçu à ce micro à plusieurs reprises dit du traité : « La paix écrit il aurait pu être meilleure, elle aurait aussi pu être pire, et elle n’aurait pas pu être radicalement différente sur l’essentiel. » Or cet essentiel, fut le travail d’une équipe. Tout le monde connaît le rôle de Clemenceau dans l’affaire, beaucoup moins celui d’André Tardieu. Storiavoce vous propose de découvrir un homme oublié parce que peut-être incompris. Qui fut André Tardieu, un des hommes les plus brillants de sa génération? Quel rôle joua t’il auprès du Tigre mais aussi de celui qui sauva la France de la faillite, Raymond Poincaré ? Surtout, quelle fut la réalité de cette personnalité qui, à plusieurs reprises, préféra renoncer à un maroquin, et nous apparaît à posteriori comme bien éloigné de la médiocrité politique des années 30… Maxime Tandonnet répond aux questions de Christophe Dickès. L'invité: Haut fonctionnaire, Maxime Tandonnet est l’auteur de nombreux ouvrages historiques et d’actualité, dont Une Histoire des Présidents de la République (2013), 1940 : un autre 11 Novembre (2009) et Les Parias de la République (2017). Il vient de publier aux éditions Perrin: André Tardieu L'incompris (400 pages, 23.50€). Les éditions ont réédité parallèlement le livre d'André Tardieu, La Paix, présenté par le professeur G. H. Soutou. ___________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Feb 21, 2019
Nos révolutions françaises: d'Etienne Marcel à Mai 68.
00:27:32
Historien, Gaël Nofri présente une nouvelle série de nos [Cours d'Histoire] consacrée à la place de la Révolution dans l'Histoire de France. Dans ce troisième et dernier volet, il évoque les "révolutions françaises" d'Etienne Marcel à Mai 68. Interrogé par Christophe Dickès, il répond aux questions suivantes: - Qui était Etienne Marcel? Peut-on lire cette révolution avec la grille du XIXe siècle ? - Quelle fut la nature des Etats généraux à l'époque médiévale? Etienne Marcel était-il un réactionnaire? - On retrouve cette volonté de retour aux bons usages dans la révolte de Caboche quelques décennies plus tard... d’où vient l’expression de Caboche ? - Peut-on parler de terreur à cette époque? - 1789, 1830, 1848, 1870… n’est-ce pas ici pour reprendre la thèse de François Furet qui lui-même s’inspirait de Tocqueville : une seule et même révolution ? - Le XIXe siècle n'est-il pas un siècle qui se recherche, qui tente, qui essaie, oscillant entre mythes, idéalismes et réalités? - Paradoxalement, c’est en 1870 que la Révolution se pose la question de l’Etat dont elle se méfie… Le système révolutionnaire de la Commune, la Révolution pour la Révolution apparaissent… Pourtant, les années 70 permettent une stabilisation de la République ? - Pourquoi avoir mis le 6 février 1934 comme une révolution ? N’est-ce pas un coup d’Etat éphémère ? - Pourquoi ne pas avoir retenu le régime du Maréchal Pétain qui se qualifie lui-même de Révolution nationale? L'invité: Gaël Nofri est historien. Auteur d'un Napoléon, visionnaire de l'Europe (Edition François-Xavier de Guibert, 2010), il vient de oublier Une histoire des Révolutions en France aux Editions du Cerf, (465 pages, 29€). Élu de la ville de Nice, il mène par ailleurs une action politique. ___________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Feb 18, 2019
Symbolisme animalier, pouvoir & autres caricatures des papes
00:45:37
Nous sommes au IVe siècle. A cette époque, le pape Sylvestre vient de guérir l’empereur Constantin de la lèpre. Converti, Constantin refusa désormais de sacrifier au dragon. En effet, aux calendes de chaque mois, des Vestales descendaient au temple de Vesta sur le Forum afin d’offrir au monstre de la farine de céréales. Inquiets, les prêtres païens ainsi que le préfet de Rome mirent au défi le pape Sylvestre : en effet, ils lui demandèrent de convaincre le dragon qui, chaque jour et pour se venger, dévorait près de trois cents innocents… Le pape ne se déroba pas. Il répondit à ce défi. Il partit à la rencontre du fameux dragon et lui demanda d’interrompre son dessein mortifère, ce qui permit finalement la conversion des païens. Qu’ils soient légendaires ou vecteurs d’un symbole, objet de curiosité ou tout simplement utiles, les animaux peuplent l’histoire de la papauté médiévale : Colombe, brebis, agneaux, dragons et basilics, ânes et chevaux, lions et griffons… Chaque animal possède une voire plusieurs caractéristiques d’une époque à l’autre. Qu’ils soient sur les frontons des monuments, ou bien sur le blason des élus, voire sur des caricatures, chaque animal porte en lui un message qui parvient jusqu’à nous. Storiavoce vous propose de partir à leur découverte et d’ouvrir le bestiaire des papes avec Agostino Paravicini Bagliani qui est interrogé par Christophe Dickès. L"invité: Agostino Paravicini Bagliani est professeur honoraire de l’Université de Lausanne, membre associé étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et président de la Sismel (Florence), où il dirige la revue "Micrologus. Nature, Sciences and Medieval Societies". Parmi ses ouvrages : La Cour des papes au XIIIe siècle (1995) ; Le Corps du pape (1997) ; Le Speculum astronomiae, une énigme ? Une enquête sur les manuscrits (2001) ; Boniface VIII. Un pape hérétique ? (2003). Il vient de publier aux belles lettres Le bestiaire du pape. ___________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Feb 14, 2019
Qu'est-ce qu'une révolution?
00:23:22
Historien, Gaël Nofri présente une nouvelle série de nos [Cours d'Histoire] consacrée aux "révolutions françaises" d'Etienne Marcel à Mai 68. Dans ce deuxième volet, il définit la nature de la révolution. Interrogé par Christophe Dickès, il répond aux questions suivantes: - Le mot de révolution possède un sens scientifique. Ce sens peut-il être appliqué au domaine politique ? - La révolution est-elle un retour en arrière vers un âge d’or idéalisé ou une tabula rasa ? - Quand commence t’on à considérer la révolution comme la volonté de créer ex-nihilo ? - Deux lectures semblent être faites de la Révolution : la classique et la moderne. Existe-t-il une troisième voie ? -Dans l’histoire, y a t’il davantage de points de convergences entre les différentes révolutions que de points de divergences ? - La place des minorités est-elle au centre des révolutions ? N’est-ce pas là le machiavélisme des révolutions : de faire croire qu’elles sont voulues par une majorité alors qu’elles ne sont conduites que par des minorités ? - Les révolutions sont-elles idéalistes ? - Une révolution pour se terminer doit-elle être systématiquement confisquée ? - Faut-il distinguer l’instant révolutionnaire du système révolutionnaire ? - Quels sont les critères permettant de dire qu’une révolution est réussie ? L'invité: Gaël Nofri est historien. Auteur d'un Napoléon, visionnaire de l'Europe (Edition François-Xavier de Guibert, 2010), il vient de oublier Une histoire des Révolutions en France aux Editions du Cerf, (465 pages, 29€). Élu de la ville de Nice, il mène par ailleurs une action politique. ___________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Feb 11, 2019
Les coulisses de Versailles
00:45:17
Avec ses 7 millions de visiteurs par an, Versailles est l’un des sites les plus fréquentés au monde. Véritable emblème de la monarchie et de l’histoire de France d’avant la Révolution, c’est aussi un lieu qui regorge de mystères et d’intrigues. Charles Perrault l’évoquait ainsi: « Ce n’est pas un palais, c’est une ville entière. / Superbe en sa grandeur, superbe en sa matière». Témoin de plus de cent ans de règne, vitrine du rayonnement de la monarchie française et refuge des plus secrètes affaires du gouvernement royal, Versailles est sans doute le château qui a le plus interrogé les historiens. Était-il véritablement un modèle pour les autres châteaux européens ? Constituait-il un chantier permanent ? Qui avait le droit d’habiter ce palais pharaonique? Existe-il des passages secrets à Versailles ? Le château était-il chauffé? Comment se nourrissaient les souverains ? Versailles se visitait-il au temps des rois ? Pour répondre à toutes ces questions, Mari-Gwenn Carichon reçoit l’historien Mathieu da Vinha, directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles. L'invité: Docteur en histoire moderne et ingénieur de recherche, Mathieu da Vinha est directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur Louis XIV et Versailles: Le Versailles de Louis XIV : Le fonctionnement d'une résidence royale au XVIIe siècle; Au service du roi. Dans les coulisses de Versailles (Tallandier); Alexandre Bontemps, Premier valet de chambre de Louis XIV. Il a également co-dirigé un Dictionnaire sur le sujet avec Raphaël Masson. Il a publié en novembre dernier : Vivre à la cour de Versailles en 100 questions (352 pages, 15,90€).
Feb 07, 2019
Peut-on faire une théorie des révolutions françaises
00:23:21
Historien, Gaël Nofri entame une nouvelle série de nos [Cours d'Histoire] consacrées aux "révolutions françaises" d'Etienne Marcel à Mai 68. Dans ce premier volet, il répond à la question : "Peut-on faire une théorie des révolutions françaises". Il est interrogé par Christophe Dickès. - En quoi la révolution fait-elle partie de "notre patrimoine français" ? - La France a-t-elle pour autant le monopole de la Révolution ? - Quelle différence doit-on faire entre révolution et révolte ? - La Révolution défend-elle aussi des intérêts privés ? - Il n'y a pas de révolution sans Etat… Peut on aussi affirmer qu’il n’y a pas de révolutions sans Etat fort ? Ou qu’au contraire, c’est parce que les Etats ont été faibles qu’ils se sont laissés dépasser par une révolution ? - Quand a lieu la première "révolution française" ? Et la dernière ? - La Révolution exige t'elle un transfert de souveraineté, plus qu’un changement politique ? - Le terme de "révolutions" doit-il être mis au pluriel ? - Existe t'il un lien entre réforme et révolution? - Les révolutions se font-elles inévitablement dans la violence ? - Paris joue t'elle un rôle central dans les révolutions ? L'invité: Gaël Nofri est historien. Auteur d'un Napoléon, visionnaire de l'Europe (Edition François-Xavier de Guibert, 2010), il vient de oublier Une histoire des Révolutions en France aux Editions du Cerf, (465 pages, 29€). Elu de la ville de Nice, il mène par ailleurs une action politique. ___________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Feb 04, 2019
Intimités & passions royales
00:49:40
Le diable, dit on se cache dans les détails. L’histoire a d’ailleurs parfois basculé sur ces petits détails. Il faut ainsi leur porter une attention toute particulière : bien des détails peuvent nous sembler anecdotiques mais ils sont le plus souvent révélateurs d’une époque, d’un moment décisif de l’Histoire ou d’une personnalité. Il en est ainsi des passions que cultivaient les rois et les reines. Storiavoce vous propose de vous plonger dans l’intimité des hommes et des femmes d’Etat qui jalonnent notre histoire. Nulle question ici d’évoquer les maîtresses royales, les spéculations amoureuses et autre fils cachés, mais bien leur passion et donc leur goût personnels. Nous cultivons tous une passion qui se révèle parfois avec le temps comme une véritable science. Les rois et les reines cultivaient aussi leurs préférences dans leur quotidien. Mais, une personnalité royale ne s’appartient pas ou plus. En effet, en devenant roi ou reine, on abandonne sa propre vie, son propre moi : la charge doit prendre le pas sur la personnalité selon la fameuse théorie du corps du roi. C’est pour cette raison que la frontière entre l’intime et la vie publique reste ténue. Les passions personnelles n’y changent rien : elles éclairent bien au contraire la personnalité, l'intelligence, les intérêts et parfois même la politique. Elles nous offrent tout simplement des clefs de compréhension des hommes. L'invitée: Marie Petitot travaille dans la communication culturelle. Férue d’histoire, elle anime le blog Plume d’histoire qui rassemble une large communauté. Elle est également chroniqueuse dans les revues Napoléon Ier, Napoléon III et Château de Versailles. Âgée de 25 ans, elle publie ici son premier ouvrage: Royales passions (Tallandier, 320 pages, 18.90€). ___________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jan 30, 2019
Sous le sable, à la recherche des civilisations.
00:22:46
Au sommaire de la revue Codex #10: - Au carrefour des civilisations, la construction de la Bible, 200 ans de découvertes autour de l’Ancien Testament. Avec Thomas Römer, Israël Finkelstein, l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, le département des antiquités orientales du musée du Louvre… - Enquête : Bières d’abbaye, un succès sans pression - Cahier pédagogique : L’Europe sous Napoléon III, de la guerre de Crimée à la question romaine - Voyage : Les églises peintes de Roumanie - Entretien avec Johan Ickx : « On ne pourra plus dire que Pie XII était germanophile » Priscille de Lassus: Après des études littéraires et une école de journaliste, Priscille a commencé par travailler chez Radio Classique au service Actualités. Elle est aujourd’hui rédactrice en chef de Codex, un livre-magazine qui raconte l’histoire du christianisme avec pédagogie et curiosité. Codex, partenaire de Storiavoce, assume sa fibre pédagogique et une grande honnêteté intellectuelle, sans avoir peur des controverses. Une trentaine d’universitaires composent le conseil scientifique. Priscille prête régulièrement sa plume à d’autres revues culturelles : L’Objet d’art, Archéologia, Art et métiers du livre, Les Vieilles maisons françaises…
Jan 28, 2019
La véritable histoire du radeau de la Méduse
00:43:13
« Il peignit le naufrage de la France, ce radeau sans espoir, où elle flottait ; faisant signe aux vagues, au vide, ne voyant nul secours… c’est la France elle-même c’est notre société tout entière qu’il embarqua sur ce radeau de la méduse… image si cruellement vraie que l’orignal refusa de la reconnaitre » Nous connaissons tous le célèbre tableau du peintre Géricault mais connaissons-nous vraiment la tragédie qui a inspiré cette œuvre colossale ? C’est l’histoire d’un drame effroyable qui signe l’échec d’une expédition militaire. L’œuvre de Géricault , présentée au Salon le 25 août 1819, se situe au croisement du scandale esthétique et politique. La critique est divisée, mais le tableau fait grand bruit. Il raconte les suites du naufrage de la frégate : La Méduse, survenue trois ans auparavant, le 2 juillet 1816. A ce naufrage, survit un radeau, qui va se perdre sur les flots pendant plusieurs jours, trimbalant les rescapés de la frégate entre la mort et la folie. Storiavoce vous emmène à l’envers du tableau avec Dominique Le Brun, spécialiste de l’histoire de la Marine. Il est interrogé par Maru-Gwen Caricgon. L'invité: Dominique Le Brun est journaliste historique et spécialiste de l’univers maritime. Il est lui-même navigateur depuis sa tendre enfance et membre des écrivains de la Marine. Dominique Le Brun a écrit de très nombreux ouvrages de références (roman, essai, albums…) sur l’histoire de la navigation et l’espace marin. Il vient de publier : La Méduse, les dessous d’un naufrage dans lequel il donne la parole à six survivants de ce célèbre drame. ____________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jan 23, 2019
Innocent III: l'apogée de la monarchie pontificale
00:19:46
Dans une nouvelle série de nos [Cours d’Histoire], Arnaud Fossier présente la réalité du pouvoir des papes et de l’Eglise à l’époque médiévale, notamment dans ses rapports avec le pouvoir séculier et donc le pouvoir des rois. Ce troisième et dernier volet est consacré à la personnalité incontournable qu'était Innocent III. Arnaud Fossier, interrogé par Christophe Dickès, répond aux questions suivantes: - Pourquoi avoir choisi Innocent III, qui n’est sans doute pas le personnage le plus célèbre du Moyen Âge, ni même de l’histoire de l’Église, pour un large public ? - Que dire de son parcours? - Quelle conception se fait-il de son pouvoir et de sa mission, une fois élu pape ? - Mais de quel œil les États séculiers ont-ils perçu l’affirmation de ce pouvoir ? Et plus largement quels furent les rapports d’Innocent III avec les souverains de l’époque ? - On ne peut être que frappés par la « modernité » de son gouvernement. Dans quelle mesure est-il l’inventeur d’un État et d’une administration particulièrement sophistiqués ? - Innocent III est aussi le contemporain, et même le grand orchestrateur du plus grand concile du Moyen Âge, à savoir celui de Latran IV (qui a lieu en 1215, peu de temps avant sa mort). Dans quelle mesure ce concile a-t-il littéralement transformé la société médiévale ? Et pouvez-vous revenir sur l’œuvre plus proprement religieuse et pastorale d’Innocent III ? - Qu’a-t-il laissé, voire légué, à un pape comme Boniface VIII (1294-1303), lui aussi connu pour ses élans théocratiques ? Et au-delà, son modèle de pouvoir n’a-t-il pas été remis en cause à la fin du Moyen Âge? L’invité: Normalien et ancien membre de l’École française de Rome, Arnaud Fossier est actuellement Maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne. Ses recherches portent sur le gouvernement de l’Église et l’Italie médiévale. Il a publié à l’Ecole française de Rome: Le bureau des âmes, Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XIVe siècle). ____________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jan 21, 2019
Du haut de ces pyramides...
00:46:54
Au mois de mai 1798, Napoléon Bonaparte s'engage dans une expédition qui participera de sa légende. En effet, la campagne d'Egypte porte avec elle un mythe qui fascine: les noms des Pyramides, du Mont Thabor ou d'Aboukir raisonnent dans l'imaginaire d'un public séduit autant par l'histoire -celle des Pharaons ou celle d'Alexandre- que par les charmes de l'Orient. Campagne militaire, mais aussi expédition scientifique, la présence française sur cette terre inconnue reste pourtant un échec. Pourquoi la France de la Révolution française s'est-elle engagée si loin de l'Europe? Comment la population arabo-musulmane va t'elle accueillir ces hommes et ces femmes. Quelles furent les grandes heures de cette campagne mais aussi ses heures sombres? Auteur de La Campagne d'Egypte, Jacques-Olivier Boudon répond à Christophe Dickès. L’invité: Jacques-Olivier Boudon, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, est professeur à Sorbonne Université, président de l’Institut Napoléon et directeur scientifique de la Bibliothèque Marmottan. Il a publié une trentaine d’ouvrages essentiellement consacrés à l’histoire napoléonienne et à l’histoire du XIXe siècle dont chez Belin Les Naufragés de la Méduse (2016) et Le plancher de Joachim. L’histoire retrouvée d’un village français (2017). Dans une nouvelle série de nos [Cours d’Histoire], Arnaud Fossier présente la réalité du pouvoir des papes et de l’Eglise à l’époque médiévale, notamment dans ses rapports avec le pouvoir séculier et donc le pouvoir des rois. Ce deuxième volet est consacré à la réforme grégorienne. Arnaud Fossier, interrogé par Christophe Dickès, répond aux questions suivantes: - Qu’est-ce que la Réforme grégorienne, quand intervient-elle et pourquoi mettre une majuscule au mot « Réforme » ? - D’où vient cette Réforme ? Quelles en sont les raisons, contextuelles, mais aussi plus structurelles ? Et quels en sont les inspirateurs ? - Cette Réforme a-t-elle rencontré des oppositions, de la part de l’empereur notamment ? Et que nous dit-elle du rôle politique de l’Église à cette époque ? - Peut-on aller jusqu’à dire qu’elle est le moment de l’instauration d’une « théocratie » pontificale à l’échelle de la Chrétienté ? - Cette Réforme n’est-elle qu’une réforme de la tête de l’Église, in capite comme on le dit à l’époque ? Ses effets se sont-ils faits sentir à d’autres échelles ou d’autres niveaux ? - Comment ont évolué les rapports entre le clergé et les fidèles suite à cette réforme ? L’invité: Normalien et ancien membre de l’École française de Rome, Arnaud Fossier est actuellement Maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne. Ses recherches portent sur le gouvernement de l’Église et l’Italie médiévale. Il a publié à l’Ecole française de Rome: Le bureau des âmes, Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XIVe siècle). ____________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jan 16, 2019
Quand l'Eglise fit sa révolution au Moyen-Âge
00:21:10
Dans une nouvelle série de nos [Cours d’Histoire], Arnaud Fossier présente la réalité du pouvoir des papes et de l’Eglise à l’époque médiévale, notamment dans ses rapports avec le pouvoir séculier et donc le pouvoir des rois. Ce deuxième volet est consacré à la réforme grégorienne. Arnaud Fossier, interrogé par Christophe Dickès, répond aux questions suivantes: - Qu’est-ce que la Réforme grégorienne, quand intervient-elle et pourquoi mettre une majuscule au mot « Réforme » ? - D’où vient cette Réforme ? Quelles en sont les raisons, contextuelles, mais aussi plus structurelles ? Et quels en sont les inspirateurs ? - Cette Réforme a-t-elle rencontré des oppositions, de la part de l’empereur notamment ? Et que nous dit-elle du rôle politique de l’Église à cette époque ? - Peut-on aller jusqu’à dire qu’elle est le moment de l’instauration d’une « théocratie » pontificale à l’échelle de la Chrétienté ? - Cette Réforme n’est-elle qu’une réforme de la tête de l’Église, in capite comme on le dit à l’époque ? Ses effets se sont-ils faits sentir à d’autres échelles ou d’autres niveaux ? - Comment ont évolué les rapports entre le clergé et les fidèles suite à cette réforme ? L’invité: Normalien et ancien membre de l’École française de Rome, Arnaud Fossier est actuellement Maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne. Ses recherches portent sur le gouvernement de l’Église et l’Italie médiévale. Il a publié à l’Ecole française de Rome: Le bureau des âmes, Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XIVe siècle). ____________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jan 13, 2019
La blessure algérienne
00:46:34
Régulièrement dans l’actualité, le spectre de la Guerre d’Algérie réapparaît. Sur une blessure non cicatrisée, les camps s’affrontent, les émotions prennent le dessus, les clichés idéologiques et les raccourcis refont surface… Finalement, la partialité triomphe dans un univers de passions contraires. De tous les sujets d’histoire, celui de la question algérienne est sans aucun doute un des plus difficiles à aborder et à saisir pour sa complexité. Mêlant à la fois l’histoire politique et l’histoire économique, l’histoire des idées mais aussi l’histoire des religions et même des sociétés... comprendre sans passion le drame algérien avec un regard global n’est pas une sinécure. Storiavoce vous propose de s’engager dans ce chemin en s'en tenant aux faits. Comment comprendre, sans anachronisme ni lunettes idéologiques, la guerre d’Algérie? Jean Sévillia répond à Christophe Dickès. L'invité: Journaliste, essayiste et historien, auteur de nombreux ouvrages qui ont été des succès de librairie (Zita impératrice courage, Le Terrorisme intellectuel, Historiquement correct, Historiquement incorrect, Histoire passionnée de la France), Jean Sévillia est chroniqueur au Figaro Magazine et membre du conseil scientifique du Figaro Histoire. Il vient de publier Les vérités cachées de la Guerre d'Algérie (Fayard, 416 pages, 23€).
Jan 10, 2019
Pouvoir des Rois vs. Pouvoir des Papes.
00:21:55
Dans une nouvelle série de nos [Cours d'Histoire], Arnaud Fossier présente la réalité du pouvoir des papes et de l'Eglise à l'époque médiévale, notamment dans ses rapports avec le pouvoir séculier et donc le pouvoir des rois. Ce premier volet est consacré à la définition même de ce pouvoir. Arnaud Fossier, interrogé par Christophe Dickès, répond aux questions suivantes: - L’Église dispose-t-elle d’un pouvoir ou exerce-t-elle un pouvoir et si oui, de quelle nature est ce dernier ? - De nombreuses doctrines du pouvoir ont ensuite vu le jour au Moyen Âge, parmi lesquelles celle du pape Gélase qui, dès le Ve siècle, distingue l’« autorité des pontifes » du « pouvoir des rois ». Que veut-il dire et quelle a été la fortune de cette distinction ? - Comment les conflits entre le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel se sont-ils manifestés, et parfois résolus ? Quels cas sont emblématiques du conflit entre l’Église et les États alors en formation ? - Que veut dire cette distinction entre spirituel et temporel ? Et peut-on parler d’une séparation avant l’heure de l’Église et de l’État ? - Comment définir la théocratie pontificale? S’agit-il d’un idéal ou d’une réalité ? - Le « pouvoir » de l’Église ne reposait-il pas sur sa capacité et sa légitimité à donner les sacrements ? L'invité: Normalien et ancien membre de l’École française de Rome, Arnaud Fossier est actuellement Maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne. Ses recherches portent sur le gouvernement de l’Église et l’Italie médiévale. Il vient de publier à l'Ecole française de Rome: Le bureau des âmes, Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XIVe siècle). ____________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jan 07, 2019
"Punir les ennemis du peuple!"
00:40:37
Il est une figure qui inspire l’effroi et qui incarne à lui-seul l’horreur et le paradoxe de la Terreur. Ce personnage, c’est Danton. S’il a été une des têtes du processus révolutionnaire à Paris, il en a aussi été la victime. Figure majeure de la Révolution française, il a inspiré le Tribunal révolutionnaire qui a fini par le condamner. Au sujet de cet appareil judiciaire, il a eu cette phrase terrifiante : « Les ennemis de la liberté lèvent un front audacieux ; partout confondus, ils sont partout provocateurs... Arrachez-les vous-mêmes à la vengeance populaire, l'humanité vous l'ordonne! Soyons terrible pour dispenser le peuple de l’être! » Pour cette raison, les chefs révolutionnaires dotent leur gouvernement d’une légitimité judiciaire, le 10 mars 1793, en créant le Tribunal révolutionnaire. S’appuyant sur les travaux les plus récents, mais également sur de nombreux documents inédits, Antoine Boulant, qui lui consacre une étude, renouvelle en profondeur notre vision du Tribunal révolutionnaire. Tout en proposant un récit détaillé des grands procès politiques, en particulier ceux de Marie-Antoinette, des Girondins et de Danton, il offre une analyse de la composition, du fonctionnement et de la logique d’une juridiction entièrement soumise au pouvoir politique, progressivement entraînée dans une spirale meurtrière. Il est interrogé par Mari-Gwenn Carichon. L’invité : Antoine Boulant est un historien, spécialiste du XVIIIe siècle. Administrateur de l’Institut Napoléon, il s’est fait connaître par ses travaux sur l’histoire de l’administration et l’histoire politique du XVIIIème et du début du XIXème siècle. Il a écrit des ouvrages de référence dont une étude avec Arnaud de Maurepas : Les Ministres et les ministères du siècle des lumières (1715-1789). Il vient de publier une synthèse claire et précise sur le Tribunal révolutionnaire de Paris, aux éditions Perrin : Le Tribunal révolutionnaire, punir les ennemis du peuple (300 pages, 23€). ____________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jan 03, 2019
Le livre qui changea le monde
00:38:12
Officier décoré pendant la Deuxième Guerre mondiale, marxiste-léniniste, Alexandre Soljenitsyne est arrêté à 27 ans le 9 février 1945 pour ses critiques contre "Le Caïd", Staline. Bien plus tard, en 1962, profitant de l'entreprise de déstalinisation, sa grande oeuvre La journée d’Ivan Dennisovitch paraît dans la revue littéraire Novy Mir. Quel est le contexte de la publication du livre? Comment une telle publication a t'elle été possible alors qu’elle dénonçait l'univers carcéral soviétique ? Quel fut le rôle de cette oeuvre dans la décrédibilisation de l'Union soviétique? Eric Picard, qui a organisé plusieurs colloques sur l'homme et son oeuvre, présente ici un texte essentiel qui déposa dans le fruit un ver qui, inéluctablement, allait ronger de l'intérieur le système totalitaire soviétique. Il est interrogé par Christophe Dickès. L'invité: agrégé d'histoire, Eric Picard a enseigné en classe Prépa et à l'ICES-CRICES. Spécialiste des questions religieuses et politique, il a été un collaborateur régulier de Histoire du Christianisme magazine et aujourd'hui de la revue Codex, partenaire de Storiavoce. Il est présente sur Radio Notre-Dame une émission consacrée à l'histoire. Il a dirigé la publication du HS de L'Homme Nouveau consacré à Alexandre Soljenitsyne.
Dec 27, 2018
Les Évangiles au risque de l'Histoire
00:48:07
Régulièrement, dans la tradition du XIXe siècle, l'historicité des Évangiles est remise en cause par des sceptiques ou des idéologues. En donnant à Jésus, son personnage central, une dimension purement mythologique, le très médiatique Michel Onfray est le dernier en date a avoir porté cette thèse dans son livre Décadence, sans avoir les compétences ni d'un bibliste, d'un exégète ou d'un historien. Or, la science historique et archéologique progresse chaque jour et révèle au contraire que ces textes décrivent sans contradiction la société palestinienne du Ier siècle. Ouvrage de foi, le Nouveau Testament composé des Évangiles, des Actes des apôtres et de plusieurs lettres n'en reste pas moins une compilation de textes essentiels dans la compréhension du Ier siècle de notre ère. Que dit l'histoire de ces textes ? Sont-ils cohérents ? Que nous apprennent-ils du contexte de l'époque et est-ce compatible avec ce que la science nous en dit désormais ? À travers un parcours historique et archéologique, l'archéologue Bruno Bioul rend accessible ces découvertes dans un tableau d'ensemble qui donnent aux Évangiles une cohérence insoupçonnée. L'invité: Bruno Bioul est historien et archéologue professionnel, diplômé de l'université catholique de Louvain. Il est chargé d'enseignement à l'université de Bourgogne, rédacteur en chef de la revue d'archéologie et d'histoire Archéothéma, auteur d'un livre sur les manuscrits de Qumran, Il a choisi de vulgariser au mieux les innombrables découvertes que les sciences historiques nous dévoilent. Il est l'auteur du livre Les Évangiles au risque de l'Histoire (Artège, 432 pages, 21,90€).
Dec 23, 2018
Qu'est-ce qu'une nation?
00:44:14
Le concept de nation remonte à l'époque médiévale mais il possèdait à l'poque un sens différent du nôtre. Ensuite, tout au long des temps modernes, le terme évolue au gré de la construction des idées politiques et sous l'effet conjugué de la monarchie absolue, des Lumières puis de la Révolution française jusqu'au second Empire. Le 11 mars 1882, Ernest Renan prononce en Sorbonne une conférence marquant l'histoire des idées politiques : «Qu’est-ce qu’une nation ?». Il la définit à la fois comme « une âme, un principe spirituel », « un riche legs de souvenirs », et comme « le désir de vivre ensemble », « un plébiscite de tous les jours ». Il en fait un organisme vivant et mortel. Cette conférence s'inscrit dans un contexte particulier: celui de la défaite allemande et de la naissance de la Troisième République. Plus d'un siècle après, cette définition rénanienne est battue en brèche par une conception supra-nationale de l'Europe mais aussi par les communautarismes qui minent la notion d'unité nationale telle qu'elle a été définie par le grand penseur du XIXe siècle. Storiavoce vous propose de mieux comprendre l'idée de nation à travers les siècles avec l'historien Eric Anceau qui a dirigé avec Henri Temple un ouvrage collectif intitulé: Qu'est-ce qu'une nation en Europe?. Il est interrogé par Christophe Dickès. L'invité: Codirecteur de l’axe politique du LabEx EHNE, vice-président du Comité d’Histoire parlementaire et politique, directeur adjoint de la revue Histoire, Economie, Société et coordonnateur du double diplôme Histoire Sciences sociales entre Sorbonne-Université et Sciences-Po Paris, Eric Anceau est rattaché au Centre d’histoire du XIXe s. de Sorbonne-Université et Paris-Panthéon-Sorbonne. Il enseigne l’histoire politique et sociale de la France et de l’Europe à l’époque contemporaine. Ses travaux ont été récompensés par plusieurs prix (Académie des Sciences morales et politiques, Fondation Napoléon, Ville d’Ajaccio,…). Il vient de publier avec Henri Temple Qu'est-ce qu'une nation en Europe? (Presses Sorbonne université, 280 pages, 8.90€). Avec les contributions de Pascal Cauchy, Hélène Dewaele Valderrabano, Jean-Pierre Doumenge, Olivier Gohin, Silvia Marton, Jacques Sapir, Pierre-André Taguieff, Françoise Thom, Robert Tombs et Jean-Claude Werrebrouck.
Dec 20, 2018
Quand l'imprimerie bouleversa le monde
00:21:41
Mouvement intellectuel majeur de l’histoire de la Renaissance, la République des Lettres constitue une nouvelle série de nos [Cours d’Histoire]. Marie Barral-Baron évoque dans ce dernier volet la révolution de l'imprimerie. Elle répond aux questions suivantes: - En quoi l’apparition de l’imprimerie en Europe au milieu du XVe siècle bouleverse-t-elle le monde des lettres ? - Quels ont été les premiers grands centres de l’imprimerie et les premiers grands imprimeurs ? - Pourquoi Alde Manuce est-il célèbre au point qu’Erasme ait souhaité lui rendre visite ? - L’Angleterre ne possède donc pas de grands centres d’imprimerie : comment circulaient les livres ? - Quels sont les publics visés et les matières de prédilection de cette production imprimée ? - Quels furent les premiers grands phénomènes médiatiques du XVIe engendrés par l’imprimé ? - Cette production imprimée, qui constitue un pouvoir qui peut être inquiétant pour les autorités établies, a-t-elle donné lieu à des tentatives de régulation, de contrôle de la part des autorités qui se sentaient menacées? L’invitée : Spécialiste du XVIe siècle, Marie Barral-Baron est maître de conférence en histoire moderne à l’université de Franche-Comté. Elle a consacré sa thèse à Érasme en mettant en lumière le drame qui marque toute la fin de sa vie. L’humaniste rêvait d’un nouvel âge d’or chrétien, grâce à la redécouverte des sources vives de l’Écriture. Mais l’Europe se déchire avec la Réforme protestante. Voilà ce que raconte L’Enfer d’Erasme. L’humaniste chrétien face à l’histoire, paru chez Droz en 2014, qui a reçu le Prix Mgr Marcel de l’Académie Française. Elle avait déjà évoqué Erasme, personnage incontournable, dans une précédente émission.
Dec 17, 2018
La Bretagne, une histoire mondiale
00:45:26
C'est l'histoire d'une région française dont la renommée dépasse les frontières nationales. C'est l'histoire d'un peuple venu d'ailleurs, d’une religion faite de mythes et de légendes, d'une langue qui fascine et qui se chante... La Bretagne est une énigme et un mystère pour ceux qui veulent la découvrir, mais c'est aussi et surtout une histoire réelle et une aventure vécue. Pourquoi les Bonnets rouges ? Et pourquoi en Bretagne ? Qui est réellement la duchesse Anne ? Peut-on parler d’une identité bretonne ? La Bretagne en France :est-elle synonyme d'un destin malheureux ? Mari-Gwenn Carichon reçoit Joël Cornette pour nous présenter une région aux multiples facettes et nous initier à une histoire qui a l’allure d’une épopée mondiale. L’invité : Joël Cornette (https://www.franceculture.fr/personne/joel-cornette) est historien moderniste, reconnu pour ses travaux et publications sur la France de l'Ancien Régime. Il est surtout LE spécialiste de la Bretagne. En 2015 son Histoire de la Bretagne et des Bretons a reçu le Grand prix d'histoire de l'Académie française. Il vient de publier un ouvrage collectif aux éditions Tallandier : La Bretagne, une aventure mondiale. Dans cet ouvrage collectif, de brillants chercheurs (Olivier Chaline, Jean Kerhervé, Christian Bougeard, Roger Dupuy, Jean-Clément Martin, Éva Guillorel, et la« Bretonne et républicaine » Mona Ozouf), mais aussi Donatien Laurent, ethnologue en quête des traditions orales, sont ici réunis pour nous faire découvrir et partager les secrets d'un territoire original et nous aider à comprendre l'irréductible et forte personnalité de cette singulière Armorique.
Dec 13, 2018
Thomas More, au delà d'Utopia
00:21:27
Mouvement intellectuel majeur de l’histoire de la Renaissance, la République des Lettres constitue une nouvelle série de nos [Cours d’Histoire]. Marie Barral-Baron évoque dans ce deuxième volet la figure de Thomas More. Personnage le plus souvent “réduit” à son martyr et à son ouvrage Utopia, qui était véritablement le conseiller d’Henri VIII?. Interrogée par Christophe Dickès, Marie Barral-Baron répond aux questions suivantes: - Qui était Thomas More ? - Quelle a été sa contribution à la pensée humaniste ? - On sait qu’il fut très proche d’Erasme. Qu’est ce qui rapprochait et éloignait les deux hommes ? - Quelle fut sa réaction par rapport à la Réforme ? - Dans le contexte religieux très particulier de l’Angleterre, comment a-t-il réagi à la rupture d’Henri VIII avec le pape ? - Pourquoi sa mort a-t-elle donné naissance à une légende ? - Pourquoi la figure de More a-t-elle été récupérée par les marxistes? L’invitée : Spécialiste du XVIe siècle, Marie Barral-Baron est maître de conférence en histoire moderne à l’université de Franche-Comté. Elle a consacré sa thèse à Érasme en mettant en lumière le drame qui marque toute la fin de sa vie. L’humaniste rêvait d’un nouvel âge d’or chrétien, grâce à la redécouverte des sources vives de l’Écriture. Mais l’Europe se déchire avec la Réforme protestante. Voilà ce que raconte L’Enfer d’Erasme. L’humaniste chrétien face à l’histoire, paru chez Droz en 2014, qui a reçu le Prix Mgr Marcel de l’Académie Française.
Dec 10, 2018
Figures de la Bible
00:45:25
Best-seller intemporel, source inépuisable d’inspiration des arts, tableau poétique souverain, texte le plus commenté au monde, référent et légitimité intellectuels et spirituels majeurs des religions et des sociétés, roman du mystère, poésie des révélations... à la fois chantée et récitée, peinte et imaginée, étudiée et contemplée, la Bible est une galerie de portraits dans laquelle tout homme est à la fois créateur et admirateur. Elle se veut comme la plus universelle histoire du monde. Elle a pour objet Dieu et les hommes, elle est l’histoire d’une symbiose. Par l’étroite union d’une horizontalité : les rapports des hommes entre eux, et d’une verticalité : le lien tissé de Dieu et des hommes, la Bible est comme un roman aux multiples rebondissements et aux personnages pluriels. Raconter 20 figures majeures de l’Ancien et du Nouveau Testament, pour donner l’envie au lecteur de se plonger à nouveau dans le plus grand catéchisme du monde : le pari qu’ont fait Marie Noëlle Thabut et Jean Marie Guénois en publiant un ouvrage co-écrit : Les Grandes figures de la bible, aux Editions Tallandier (https://www.tallandier.com/livre/les-grandes-figures-de-la-bible/). Marie-Noëlle Thabut est interrogée par Mari-Gwenn Carichon. L'invitée: Marie-Noëlle Thabut est bibliste, professeur d'hébreu. Elle travaille pour KTOTV et Radio Notre-Dame. Elle est l'auteur notamment de la série L'intelligence des Ecritures (Artège) et de Aux sources de l'Eglise, lecture des Actes des apôtres (Salvator, 2015). Elle vient de diriger avec Jean-Marie Guénois Les Grandes Figures de la Bible, une co-édition du Figaro et des éditions Tallandier (352 pages, 21€). ____________________________________ Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Dec 06, 2018
La République des Lettres ou le rêve d'un nouvel âge d'or
00:19:40
Mouvement intellectuel majeur de l'histoire de la Renaissance, la République des Lettres constitue une nouvelle série de nos [Cours d'Histoire]. Marie Barral-Baron évoque dans ce premier volet la naissance du mouvement et ses figures principales. Elle avait déjà évoqué la figure incontournable d'Erasme dans une précédente émission. Interrogée par Christophe Dickès, elle répond aux questions suivantes: - Qu’appelle-t-on la République des Lettres ? - Est-ce que les sources permettent de dater son apparition ? - Quels sont les personnages-clés, les nœuds de ce réseau qui structurent cette République des Lettres ? -Est-ce que ces humanistes qui s’écrivent se connaissent et se sont déjà rencontrés ? - Comment cette République des Lettres fonctionne-t-elle concrètement ? Comment font ces intellectuels pour s’adresser autant de lettres et d’objets ? - Est-ce que ce groupe de lettrés était suffisamment cohérent pour poursuivre des objectifs communs ? Quels étaient-ils ? - Au delà du XVIe siècle, cette République des lettres a-t-elle des prolongements ? L’invitée : Spécialiste du XVIe siècle, Marie Barral-Baron est maître de conférence en histoire moderne à l’université de Franche-Comté. Elle a consacré sa thèse à Érasme en mettant en lumière le drame qui marque toute la fin de sa vie. L’humaniste rêvait d’un nouvel âge d’or chrétien, grâce à la redécouverte des sources vives de l’Écriture. Mais l’Europe se déchire avec la Réforme protestante. Voilà ce que raconte L’Enfer d’Erasme. L’humaniste chrétien face à l’histoire, paru chez Droz en 2014, qui a reçu le Prix Mgr Marcel de l’Académie Française. ------------------------------------- Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Dec 04, 2018
La Grande Tueuse
00:48:07
Elle a fait plus de morts que la Grande Guerre et peut être même la Deuxième Guerre mondiale réunies. Plus de 500 millions d’êtres humains en furent infectés. C'est pourquoi il s’agit sûrement de la plus grande pandémie que l’Histoire de l’humanité ait connu. Elle fut d’autant plus surprenante qu’elle a été circonscrite dans le temps, la fin de l’année 1918 et le début de l'année 1919. Pourtant, on ne l’évoque pas ou peu dans les livres d’Histoire. Certes, elle est présente dans notre culture générale mais elle ne s’inscrit pas vraiment dans notre mémoire collective comme les grands événements du XXe siècle. Nous ne savons pas trop au fond de quoi nous parlons. Une fois n’est pas coutume, Storiavoce vous propose une émission consacrée à un virus, la fameuse grippe espagnole! Pourquoi d’ailleurs l’avoir qualifié comme telle alors qu’elle toucha L’Alaska et la Russie, la Chine et l’Afrique du Sud mais aussi la France et donc l’Espagne? Qui fut touché par le virus? Comment la médecine a-t'elle fait face?Enfin, quelles furent les conséquences politiques de ce fléau? Laura Spinney répond à toutes ces questions. Elle est interrogée par Christophe Dickès. L'invité: Journaliste, scientifique et romancière, Laura Spinney collabore à de nombreuses revues scientifiques. Elle a notamment publié de nombreux articles dans National Geographic, Nature, The Economist et le Daily Telegraph. ________________________________________________ Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Nov 29, 2018
De la Grèce au classicisme: l'esthétisme chez Maurras.
00:34:08
Admiré par Proust, Malraux, Gide ou encore Apollinaire, l'oeuvre de Charles Maurras est généralement réduite à sa part antisémite. Pourtant, il existe un kaléidoscope Maurras, "des polémiques les plus ignobles aux méditations les plus élevées" (J. L. Barré). Toujours commentée, très rarement lue, son oeuvre vient d'être en partie rééditée dans la collection Bouquins (Robert Laffont). Directeur du projet, Martin Motte, interrogé par Christophe Dickès, présente ici un Maurras peu connu: celui qui, amoureux de l'universalisme grec, développa un esthétisme fait de classicisme dont les racines se forment au pied de l'Acropole. On découvre ainsi un personnage aux multiples facettes: poète métaphysique, philosophe de la relation amoureuse, régionaliste porteur de la nation... L'invité: Martin Motte est directeur d’études à la Section des Sciences historiques et philologiques de l’École pratique des Hautes Études. Spécialiste de géopolitique et de stratégie, il a notamment publié avec Olivier Zajec et Jérôme de Lespinois un manuel de Stratégie: La Mesure de la Force (Tallandier). En 2008, avec le professeur Georges-Henri Soutou, il a dirigé le colloque consacré à la politique étrangère chez Maurras: Entre la vieille Europe et la seule France (Economica, 2009). Il vient de rééditer une partie de l'oeuvre de Maurras dans la collection Bouquins des éditions Robert Laffont sous le titre Charles Maurras: l'avenir de l'intelligence et autres textes (1280 pages, 32€). Un ouvrage préfacé par J. C. Buisson. _____________________________ Soutenez Storiavoce: https://storiavoce.com/soutenez-storiavoce-en-faisant-un-don/ Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Nov 26, 2018
Heure et malheur d'une famille juive européenne
00:41:21
Parce que la modernité contemporaine a permis de voyager plus rapidement et de s’installer facilement dans une ville étrangère, il est d’usage de considérer le cosmopolitisme comme un fait spécifique de notre époque. C’est pourtant oublier, qu’à travers les siècles de l’histoire européenne, la noblesse voyageait bien plus qu’on ne le croit. La noblesse n’était pas sédentaire: elle savait s’accommoder des mœurs nationales variés et de tous les pays… Storiavoce vous propose de partir à la découverte d’une de ces grandes familles qui vécut entre Paris et Saint-Pétersbourg. Cette famille a un nom: il s’agit de la grande dynastie russe des barons de Günzburg qui, dans l’Europe des XIXe et XXe siècles, a tenu une place considérable tant d’un point de vue économique que philanthropique, mais aussi artistique et politique dans un empire russe qui, pourtant, ne reconnaissait pas l'égalité des droits. Une famille hétérogène mêlant à la fois rabbin, propriétaire et savant, banquier et aventurier, peintre et même impressario… Historienne, Lorraine de Meaux nous emmène à la découverte de cette dynastie dont le destin se conjugua avec la "grande" Histoire, entre fortune et tragédie, félicité et haine antisémite. Elle est interrogée par Christophe Dickès. L'invitée: Agrégée et docteur en histoire, Lorraine de Meaux est spécialiste de la Russie. Elle a notamment publié La Russie et la tentation de l'Orient (Fayard, 2010) et comme maître d'ouvrage : Saint-Pétersbourg, Histoire Promenades Anthologie Dictionnaire, (Robert Laffont, « Bouquins », 2003) ; Intelligentsia. Archives inédites du XXe siècle, (avec Véronique Jobert), (Beaux-Arts Editions, 2012) ; et récemment, avec Patrice Gueniffey,Les couples illustres de l’histoire de France, (Perrin-Figaro Histoire), 2017. Elle est enfin l'auteur de Une grande famille russe: les Günzburg, Paris-Saint-Petersbourg XIXe-XXe sc, (Perrin, 400 pages, 27€).
Nov 22, 2018
Saint-Simon: une oeuvre pour notre temps?
00:28:40
En ce 22 mai 1825, un cortège funéraire se dirige vers le cimetière du père Lachaise de l'est parisien. L'intimité du convoi laisse difficilement imaginer que l'homme qui vient de s'éteindre illuminera de sa pensée, tout le XIXème siècle français. Olindes Rodriguès, Auguste Comte, Augustin Thierry, Prosper Enfantin entourent le cortège. Ce sont eux qui vont développer la notoriété de leur ami. Le crépuscule de la vie du comte Henri Claude de Saint-Simon entraîne l'aurore et le rayonnement de ses idées, mais également la mise en pratique des méthodes sociales et industrielles issues de ses réflexions. Cette école de pensée sera nommée le Saint-Simonisme. Moins de cent ans plus tard, un peintre belge, Charles Houry, imagine les derniers instants de saint-Simon, comme un triomphe: Saint-Simon est un maître pour l'élite de son temps et... pour toute sa société? Au même moment, Sébastien Charléty, un célèbre historien, membre de l'Institut, président de la Commission supérieure des archives nationales estime suffisamment le cours de ces idées pour en écrire l'histoire. Nous sommes en 1896. Le comte Henri Claude de Saint-Simon, né en 1760, cousin du mémorialiste de la cour de Louis XIV, penseur, économiste, philosophe est bien moins connu de son temps que post mortem. Aujourd'hui, on n'évoque peu Saint-Simon. Un fou? Un exalté? L'idole spirituelle d'un mouvement qui lui échappe ? L'inventeur du socialisme? Et pourtant Saint-Simon est plus qu'un théoricien soutenu et prêché par un collectif d'amis. Il est à l'origine d'une philosophie, le germe d'une conception de la société et du politique, d'une école de pensée. Jean Le Brun le présente au cours de cette émission. Il est interrogé par Mari-Gwenn Carichon. Notre invité: Jean Lebrun est agrégé d'histoire. Il anime La Marche de l'histoire sur France Inter et nous faire re-découvrir le Saint Simonisme en dirigeant une nouvelle édition de l'ouvrage de Sébastien Charléty : Histoire du Saint Simonisme, aux éditions Perrin. _____________________ Botre site: www.storiavoce.com Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Nov 19, 2018
Jean sans Terre ou l'éternel mal aimé
00:47:38
La semaine passée, Storiavoce vous proposait de découvrir un personnage assez sombre de l’histoire impériale qui eut un destin cinématographique fameux avec le film Gladiator de Ridley Scott. Dans cette émission, nous allons remonter un peu moins loin dans le temps en nous arrêtant sur un autre personnage dont la mémoire est tout aussi sombre : Jean sans Terre, le roi d’Angleterre. Le personnage est bien connu: parce que nous avons tous vu au moins une interprétation de Robin des Bois. En effet, on recense pas moins de quarante-quatre interprétations du héros de la forêt de Sherwood, le prince des voleurs qui narguait l’autorité du roi Jean en volant aux riches pour redistribuer aux pauvres…Mais, comme souvent, notre vision a été biaisée par le cinéma ou la fameuse fiction animée de Walt Disney. Notre regard n'est-il pas, encore, tributaire d’une vision romantique qui remonte au XIXe siècle? Storiavoce vous propose de laisser de côté le romantisme et de démêler toute la complexité de ce personnage qui fut chef de guerre, politique, administrateur… bref un roi, qui n’a certes pas épargné par les chroniqueurs de son temps, mais dont la faiblesse reste finalement et paradoxalement attachée à la fameuse Charte de 1215, à l’origine de nos démocraties modernes. Frédérique Lachaud lui a consacré une biographie. Elle est interrogée par Christophe Dickès. L'invité: Frédérique Lachaud est ancienne élève de l’ENS Paris, agrégée d’histoire et docteur de l’Université d’Oxford. Elle a été maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne (1993-2010), puis professeur d’histoire médiévale à l’Université de Lorraine (Metz) de 2010 à 2017, avant de rejoindre l’Université Paris-Sorbonne en septembre 2017. Elle est Fellow de la Royal Historical Society. Ses recherches portent sur l’histoire des îles Britanniques au Moyen Âge. Après des travaux dans le domaine de l’histoire de la culture matérielle, elle s’intéresse aujourd’hui à l’histoire des systèmes politiques médiévaux (délégation de pouvoir, office) et à la pensée politique, avec une référence particulière à l’Angleterre. Elle vient de publier aux éditions Perrin la première biographie consacrée à Jean sans Terre (450 pages, 24.90€) ____________________________________________ Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Nov 14, 2018
Quand l'Eglise dominait la société médiévale...
00:24:19
Fin de la série de nos [Cours d'Histoire] consacrée à la Chrétienté médiévale (Programmes de Cinquième et Seconde). Interrogé par Christophe Dickès, l'historien Arnaud Fossier présente dans ce troisième volet la place de l'Eglise dans la société médiévale. Il répond aux questions suivantes: - Quel était l'ancrage réel de l'Eglise dans la société médiévale? - Comment caractériser l'action de l'Eglise dans la société médiévale? Par quel moyen se manifeste-t'elle? - La prédication et le culte rassemblent de larges foules dans des lieux qui leur sont dédiés : les églises, les cathédrales, parfois les abbayes, autant d’édifices qui, pour nous, aujourd’hui, symbolisent et matérialisent l’importance de l’héritage chrétien dans toute l’Europe. Quand ont-ils été construits ? Et quelles étaient leurs fonctions ? Avaient-ils d’autres fonctions que strictement cultuelles et liturgiques ? - Le clergé est-il aussi le détenteur de toute la culture ? - Mais la religion chrétienne régnait-elle sans partage ? Pour le dire autrement, pouvait-on ne pas être chrétien dans l’Occident médiéval ? - Quel est donc le statut de ceux qui ne sont pas chrétiens, mais qui vivent en Chrétienté ? - Peut-on dire que la société chrétienne s’est construite sur l’exclusion, voire sur la persécution de ses ennemis ? La persécution était-elle un instrument politique? Notre professeur: Normalien et ancien membre de l’École française de Rome, Arnaud Fossier est actuellement Maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne. Ses recherches portent sur le gouvernement de l’Église et l’Italie médiévale. Il vient de publier à l’Ecole française de Rome: Le bureau des âmes, Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XIVe siècle). Arnaud Fossier présente pour Storiavoce une série consacrée à la Chrétienté médiévale en trois volets. ____________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Nov 12, 2018
Commode, l'empereur gladiateur!
00:52:05
Notre représentation de l’histoire est très voir trop souvent liée à des œuvres de fictions. Mais le cinéma, tout comme la littérature, prend des libertés avec notre passé. Tout en respectant un verni historique, le spectateur ou le lecteur est assez rapidement confronté à des raccourcis, des simplifications voire des erreurs historiques. Un des exemples les plus emblématiques de ces vingt dernières années est sans nul doute le personnage de Commode. Nous avons tous en tête l’image de cet empereur, qui dans le film de Ridley Scott Gladiator, défie le Général Maximus Decimus, en trichant dans le fameux cirque romain. Storiavoce vous propose de partir à la découverte de ce personnage énigmatique. Qui était le fils de Marc Aurèle et de Faustine la Jeune? Mais aussi qui était sa sœur Lucilla admirablement interprétée dans le film par Connie Nielsen ? Est-ce que d’ailleurs Maximus a existé, tout comme les conjurations des sénateurs ? Interrogé par Christophe Dickès, Eric Teyssier nous fait découvrir un des personnages les plus énigmatiques de l'histoire romaine. L'invité: Spécialiste de la Rome antique, Eric Teyssier est maître de conférences à l’université de Nîmes, où il dirige le département d’histoire. Il a publié le livre référence sur les gladiateurs, La Mort en face. Le dossier gladiateurs, ainsi que des biographies particulièrement remarquées : Spartacus et Pompée. Il vient de publier aux éditions Perrin une biographie de Commode (380 pages, 23€). ____________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Nov 08, 2018
Quand les moines dirigeaient le monde....
00:21:18
Suite de la série de nos [Cours d'Histoire] consacrée ici à la Chrétienté médiévale (Programmes de Cinquième et Seconde). Interrogé par Christophe Dickès, l'historien Arnaud Fossier présente dans ce second volet le rôle des moines à l'époque médiévale. Ce que Georges Duby a appelé le temps des moines avant le fameux temps des cathédrales. Il répond aux questions suivantes: - Qu'est-ce qu'un moine? - L’un des paradoxes est que ces hommes qui vivent en retrait du monde vont très vite acquérir, en Occident, un poids politique énorme. Pourquoi ? - Peut-on dire que ces hommes dirigeaient le monde? - Quels sont les rapports des moines avec le reste de la société ? Comment expliquer que les moines, en théorie hors du « siècle », aient contribué à la naissance du système féodal ? - Le meilleur exemple de cette insertion des moines dans le système féodal, n’est-il pas celui de Cluny, d’abord simple abbaye, devenue deux siècles après sa fondation en 912 la plus grande congrégation religieuse du monde chrétien ? - Par la suite, les moines clunisiens ont été « corrompus » par l’afflux de richesses et le goût du pouvoir… N’y-a-t-il eu aucune résistance à cette évolution du monachisme ? Une volonté de remettre la spiritualité au centre de la vie monastique ? - Au XIIIe siècle, le monachisme traditionnel semble donc en panne, comme désarmé face aux initiatives d’un laïcat plus éduqué, qui n’a plus de raisons de s’en remettre uniquement aux moines. C’est aussi le moment où des Ordres religieux d’un genre nouveau font leur apparition que l’on appelle les Mendiants. Qui sont-ils ? Que font-ils ? Et peut-on dire qu’ils ont supplanté les moines ? Notre professeur: Normalien et ancien membre de l’École française de Rome, Arnaud Fossier est actuellement Maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne. Ses recherches portent sur le gouvernement de l’Église et l’Italie médiévale. Il vient de publier à l’Ecole française de Rome: Le bureau des âmes, Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XIVe siècle). Arnaud Fossier présente pour Storiavoce une série consacrée à la Chrétienté médiévale en trois volets. ____________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Nov 05, 2018
Napoléon et Les Siens
00:48:32
« Les hommes sont comme des chiffres, ils n'acquièrent de la valeur que par leur position » (Napoléon). Empereur des Français entre 1804 et 1814, chef de guerre remarquable Napoléon Bonaparte semble surplomber avec majesté le terrain diplomatique et le champ militaire européen. Il n'a pourtant jamais agi seul. Fin stratège, Napoléon est également un diplomate clairvoyant. En élevant sa famille au rang de dynastie, en élaborant un vaste système de réseaux aux dimensions politiques, diplomatiques et militaires, il illustre l'idée suivante : le rôle et le pouvoir d'un homme sont profondément dépendants du système auquel il se rattache. Napoléon a créé ce système à sa mesure. On ne peut de facto comprendre le triomphe de Napoléon sans comprendre celui des Bonaparte. La conquête d'un empire ne s'arrête pas sur le champ de bataille mais se confirme dans les Salons européens. Loin des clichés, Vincent Haegele nous présente le système de cette famille hors norme dont le destin a fait basculer l'Europe de ce début du XIXème siècle. Il est interrogé par Marie-Gwen Carichon. L'invité: Ancien élève de l’École Nationale des Chartes Vincent Haegele est conservateur des Bibliothèques de Versailles. Spécialiste de la dynastie napoléonienne, il est connu pour sa biographie des frères de Napoléon et de Murat et pour avoir publié la correspondance intégrale de Napoléon et Joseph Bonaparte. Il revient, dans cette émission sur le thèse de son ouvrage nouvellement paru : Napoléon et les siens, Un système de famille (Perrin, 450 pages, 24.90€). ____________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Nov 01, 2018
Qu'est-ce que la Chrétienté médiévale (avec une majuscule)?
00:22:03
Nouvelle série de nos [Cours d'Histoire] consacrée ici à la Chrétienté médiévale (Programme de Cinquième et de Seconde). Interrogé par Christophe Dickès, l'historien Arnaud Fossier nous donne dans ce premier volet une définition de la Chrétienté médiévale. Un deuxième volet sera consacré au Temps de moines et un troisième à la société médiévale chrétienne. Au cours de ce premier volet, Arnaud Fossier répond aux questions suivantes: - Comment définir la Chrétienté médiévale? - Comment les frontières de la Chrétienté se sont-elles dessinées et comment l'Europe fut christianisée? - La Chrétienté se limite t'elle à l'Europe? - Quel était la relation entre Islam et Chrétienté? - Existe t'il un lien entre civilisation chrétienne et colonisation ou universalisme? - Qu'est-ce que la modernité doit à la Chrétienté médiévale? Notre professeur: Normalien et ancien membre de l’École française de Rome, Arnaud Fossier est actuellement Maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne. Ses recherches portent sur le gouvernement de l’Église et l’Italie médiévale. Il vient de publier à l’Ecole française de Rome: Le bureau des âmes, Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XIVe siècle). Arnaud Fossier présente pour Storiavoce une série consacrée à la Chrétienté médiévale en trois volets. ____________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Oct 29, 2018
L'absolutisme ou le glas de la monarchie?
00:41:55
Après 1789, comme pour mieux traduire la rupture entre le monde d’avant et le monde d’après, les révolutionnaires qualifièrent la monarchie d’ancien régime. Ce n’était pas la première fois que l’on assistait à une volonté de rupture ou de coupure avec le passé : ainsi la Renaissance avait qualifié la période entre la fin de l’Empire romain et le XVIe siècle d’ "âge moyen" et donc de "Moyen-Âge". La Renaissance étant là en quelque sorte pour renouveler son temps. Au XIXe siècle, Tocqueville, pour l’Ancien Régime a montré ce que cette coupure pouvait avoir d’artificiel. Quant à la Renaissance, nous savons depuis quelques décennies que l’époque médiévale en a vécu au moins deux ou trois… Pourtant, les images restent comme gravée dans un marbre idéologique. Pour s’en tenir à l’Ancien Régime, il serait d’abord judicieux de distinguer l’époque des Valois, de celle des Bourbons. En effet, la monarchie bourbonnienne correspond à un nouvel exercice du pouvoir, un pouvoir que l’on a dit absolu. Comment ce pouvoir se caractérise t’il ? Pourquoi, quelques décennies après son apogée va-t-il tomber sous des forces centripètes ? A cet égard, Chateaubriand disait de la journée du 17 juin 1789, le jour où les Etats généraux se transformèrent en une Assemblée nationale souveraine : « C’est une erreur de croire que [la Révolution] a renversé la monarchie : elle n’a fait qu’en disperser les ruines. » Précisément, sans tomber dans l’uchronie, ce pouvoir monarchique aurait-il pu se renouveler ? Une question posée à l'historien moderniste Guy Chaussinand-Nogaret. Il est interrogé par Christophe Dickès. L'invité: Guy Chaussinand-Nogaret est historien, spécialiste de l'histoire des élites au XVIIIe siècle. Directeur d’études honoraire à l’École des hautes études en sciences sociales, il est l’auteur de nombreux ouvrages fondamentaux. Il est bien connu du grand public pour ses nombreux ouvrages sur le XVIIIe siècle français, comme La Noblesse au XVIIIe siècle (prix de l’Académie française 1976) et ses biographies de Mirabeau, Casanova et D'Alembert, une vie d'intellectuel au siècle des Lumières (Fayard, 2007). Il a été lauréat du prix de l’Académie française en 1979 pour La vie quotidienne des Français sous Louis XV et en 2001 pour Le Cardinal Dubois. Il vient de publier aux Editions Vendémiaire: Variations sur l'Ancien Régime (168 pages, 19€). _______________________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Oct 25, 2018
Qui a (vraiment) résisté?
00:21:47
"Qui était (vraiment) résistant?" constitue le troisième et dernier volet de nos [Cours d'Histoire] consacrés à la Résistance (Programme de Troisième et de Première). Dans cette émission, l'historien Olivier Wieviorka répond aux questions suivantes: - Possède-t'on des chiffres sur la Résistance? - Y-a t'il des milieux sociaux plus représentés que d'autres? - Existe t'il un déterminisme social dans la Résistance? - Quelle est la place des partis et des institutions dans la Résistance? - Quelle est la place des confessions religieuses? - La résistance est-elle uniquement une affaire de jeunes hommes? Quelle est la place des femmes? L’invité: Membre de l’Institut universitaire de France et professeur des universités à l’Ecole normale supérieure de Cachan, Olivier Wieviorka, est un spécialiste reconnu de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale auxquelles il a consacré plusieurs livres qui font autorité, dont une Histoire du Débarquement et une Histoire de la Résistance. Il a publié avec Jean Lopez Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale (Perrin) et co-dirigé une Histoire militaire de la France avec Hervé Drévillon (Perrin-Ministère des Armées). _______________________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Oct 22, 2018
Quand un pape nettoyait les écuries d'Augias du Vatican
00:49:12
Pour les catholiques, le nom de saint Pie V est généralement associé à la messe en latin. Pour les autres, ce nom nous renvoie aux pires heures de l’Eglise : à la persécution des juifs, à l’inquisition bien évidemment mais aussi à la croisade. Or l’historien se doit avant tout de se replacer dans une époque. Il ne doit pas juger le passé avec des lunettes anachroniques, mais au contraire comprendre les faits à travers les mentalités et les conceptions du temps. Or si nous nous replaçons précisément dans cette époque du XVIe siècle, nous observons que l’Eglise est à une charnière de son histoire. Elle opère même une mutation majeure grâce à une réforme en profondeur. Pour l’Eglise, cette idée de réforme n’est pas anodine. Il y eut par le passé de nombreuses réformes : que l’on songe à Grégoire le Grand au VIe siècle, à la réforme grégorienne du XIe siècle ou encore à celle du Concile de Latran IV au XIIIe siècle. La réforme vise à retrouver la pureté des origines. Il s’agit de « re » former et de renouer les liens avec les valeurs évangéliques. Dans ce mouvement, le rôle de Pie V au XVIe siècle est essentiel et même historique puisque son empreinte va durer pas moins de quatre siècles… Pourtant, le pontificat n'a duré que six ans. Philippe Verdin o. p. lui consacre un essai historique. Il est interrogé par Christophe Dickès. L'invité: Philippe Verdin est dominicain. Il est l’un des animateurs du site Internet Retraite dans la Ville. Il a publié une douzaine de romans, essais, livres d’entretiens. Il est l'auteur entre autres de Saint Pie V, le pape intempestif paru aux Editions du Cerf (226 pages, 18€. - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Oct 18, 2018
Les trois légendes de la Résistance
00:22:08
“Les trois légendes de la Résistance” constitue le deuxième volet de nos [Cours d’Histoire] consacrés à la Résistance (Programme de Troisième et de Première). Dans cette, l’historien Olivier Wieviorka répond aux questions suivantes: - Comment définir le résistant au lendemain de la Guerre? Quel est son statut? - Quelle était la vision gaulliste de la Résistance? Faut-il opposer la vision d’une résistance civile à la vision militaire? - La Résistance était-elle apolitique? - Quelles sont les trois légendes de la Résistance? Comment se sont-elles construites puis déconstruites? - La résistance fut-elle hantée par le sauvetage des juifs? - Quel a été le rôle de l’Eglise? Qui sont les vichyso-résistants? - Comment est-on passé de la mémoire du héros à la mémoire de la victime? A l’ère du soupçon? L’invité: Membre de l’Institut universitaire de France et professeur des universités à l’Ecole normale supérieure de Cachan, Olivier Wieviorka, est un spécialiste reconnu de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale auxquelles il a consacré plusieurs livres qui font autorité, dont une Histoire du Débarquement et une Histoire de la Résistance. Il a publié avec Jean Lopez Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale (Perrin) et co-dirigé une Histoire militaire de la France avec Hervé Drévillon (Perrin-Ministère des Armées).
Oct 15, 2018
Penser la machine révolutionnaire.
00:42:06
« L'historien le plus méconnu de la Révolution française... » C'est ainsi que François Furet, salue Augustin Cochin dans son ouvrage mémorable : Penser la Révolution française. De son côté, Patrice Gueniffey écrit: « Si un historien fut longtemps ignoré, et pour de mauvaises raisons, c’est bien Augustin Cochin. On peut même dire que l’homme et l’oeuvre seraient tombés dans un oubli complet si François Furet ne les avait tirés du sépulcre où l’historiographie révolutionnaire de la Révolution les avait ensevelis. À l’heure où l’on se gargarise de mots, [...] le retour aux grandes œuvres, originales et puissantes, est toujours comme un bain de Jouvence. » Augustin Cochin, né en 1876, est originaire d'une des plus illustres familles parisiennes de son temps. Considéré comme un historien- sociologue, voire un philosophe, on le connaît surtout, pour sa lecture conceptuelle originale de la Révolution française. Ancien élève de l’École des Chartes il a cherché à comprendre et mettre en lumière, le rôle des sociétés de pensée dans le mécanisme de la Révolution française. Il adopte une démarche historique originale, et soutient une thèse singulière, se distinguant de la pensée universitaire républicaine de son temps et des thèses complotistes chères aux milieux contre-révolutionnaires. Mort en héros à 39 ans, ses écrits, inachevés pour la plupart, n'ont été que peu publiés et étudiés. Mari-Gwenn Carrichon vous propose de redécouvrir ce grand penseur en interrogeant Denis Sureau qui vient de diriger la publication de ses œuvres aux éditions Tallandier. Elles sont préfacées par l'historien Patrice Gueniffey. L'invité : Denis Sureau est théologien, essayiste, journaliste, éditeur. Il dirige la lettre d'informations Chrétiens dans la Cité et a écrit plusieurs ouvrages spirituels, théologiques et philosophiques. Il vient de diriger la publication des travaux d'Augustin Cochin aux éditions Tallandier : La machine révolutionnaire, œuvres, Augustin Cochin (688 pages, 29,90 euros) xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Oct 10, 2018
Définir la Résistance
00:14:00
"Comment définir la Résistance" constitue le premier volet de nos [Cours d'Histoire] consacrés à la Résistance (Programme de Troisième et de Première). Dans cette première émission, l'historien Olivier Wieviorka répond aux questions suivantes: - Faut il parler de la Résistance ou des Résistances? - La Résistance se définit-elle par son action, par une pratique ou bien par une idée? - La transgression est-elle la composante essentielle de la Résistance? - Quelle est la différence entre la Résistance organisation et la Résistance mouvement? - Faut-il expliquer ou émouvoir? Sortir du mythe et prendre des "Bastille mémorielles"? - La Résistance doit-elle redouter son historisation? L’invité: Membre de l’Institut universitaire de France et professeur des universités à l’Ecole normale supérieure de Cachan, Olivier Wieviorka, est un spécialiste reconnu de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale auxquelles il a consacré plusieurs livres qui font autorité, dont une Histoire du Débarquement et une Histoire de la Résistance. Il a publié avec Jean Lopez Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale (Perrin) et co-dirigé une Histoire militaire de la France avec Hervé Drévillon (Perrin-Ministère des Armées). xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Oct 07, 2018
Quand les Arabes imaginaient l'Europe.
00:48:21
A la fin du XVIIe siècle, dans son « Dictionnaire universel contenant tout ce qui regarde la connoissance des peuples de l'Orient », Barthélémy d’Herbelot écrivait à l’entrée "Roum" : « C’est le nom que les Arabes et autres orientaux ont donné aux pays et aux peuples que les Romains et ensuite les Grecs et les Turcs ont soumis à leur obéissance » Cependant, le mot de Roum peut avoir une signification plus précise chez les Arabes et désigner un espace géographique plus ou moins restreint. A l’entrée "Afrangiah", d’Herbelot nous dit : « C’est ainsi que les Arabes appellent l’Europe du nom de la nation françoise, qui leur a été plus connue qu’aucune autre, à cause des Guerres d’Egypte et de la Palestine. Afrangi signifie donc non seulement un François, mais encore un Européen ou, comme ils le nomment aussi, un Latin. » A lui seul, ce Dictionnaire universel sur le monde oriental de d’Herbelot prouve la considération que les auteurs arabes anciens et même plus précisément les géographes portaient à l’égard de l’Europe. Storiavoce vous propose aujourd’hui de revenir aux origines des représentations : comment le monde arabo-musulman voyait-il notre vieux continent ? Qui étaient ces auteurs et ces géographes qui, dès le deuxième quart du VIIe siècle, pensaient le monde ? Comment ce regard a t-il évolué ? S’est-il affiné ou au contraire perdu dans des généralités acquises ? Pourquoi aussi représenter l’espace qui nous entoure ? Existe t'il des raisons et des motivations politiques ou bien est-ce simplement le fruit d’une volonté, celle de réunir des connaissances dans un cadre encyclopédique ? C’est que Storiavoce vous propose de découvrir dans cette émission avec l'historien et philologue Jean-Charles Ducène. Il est interrogé par Christophe Dickès. L'invité: Directeur d'études à l'Ecole pratique des Hautes Etudes où il enseigne la géographie et les sciences naturelles arabes médiévales, l'historien et philologue Jean-Charles Ducène est aussi un spécialiste de l'Islam. Il est maître de conférence à l'Université Libre de Bruxelles. Il est l'auteur de très nombreux articles scientifiques et du livre L'Europe et les géographes arabes du Moyen-Âge (CNRS Editions, 504 pages, 27€). xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Oct 04, 2018
Soljénitsyne: du Goulag au prix Nobel / Codex#9
00:28:39
"Avec ses yeux rusés et son sourire formidable, sa stature de géant et sa pugnacité, Soljénitsyne (1918-2008) a surgi des profondeurs de l’U.R.S.S. pour apporter au monde une grande bouffée d’air pur. Ce fils de la révolution était un communiste romantique avant d’expérimenter dans sa chair l’arrestation arbitraire et la dure réalité des camps (1945-1953). C’est là qu’il conquiert sa liberté intérieure, ouvrant les yeux sur l’envers du système. En 1962, il publie Une journée d’Ivan Denissovitch mais se voit bientôt contraint de poursuivre son travail de façon clandestine. Livre après livre, l’écrivain génial déploie une écriture novatrice et une critique de plus en plus radicale du régime, jusqu’à L’Archipel du Goulag en 1973. Sûr de sa mission, il sait que la force du verbe peut ébranler des empires et réveiller des consciences endormies. L’art ne ment pas. Par delà les mots, il dévoile des réalités spirituelles, la dignité de l’homme et la primauté de Dieu. Au terme d’un éprouvant duel avec les autorités soviétiques, Alexandre Issaïevitch est expulsé en 1974. Il s’exile en Suisse puis aux États-Unis où il se consacre à la rédaction de La Roue rouge qui sonde les origines du drame russe. Très critique envers l’Occident consumériste, Soljénitsyne n’a pas peur de porter une parole de contradiction, sans compromission avec la vérité. Une oeuvre savoureuse, subtile et stimulante qui jaillit des entrailles mêmes de la vie". Dans cet entretien, Priscille de Lassus, rédactrice en chef de la revue Codex, nous présente le dernier numéro trimestriel consacré à Soljéntsyne. Elle répond aux questions de Christophe Dickès. Priscille de Lassus: Après des études littéraires et une école de journaliste, Priscille a commencé par travailler chez Radio Classique au service Actualités. Elle est aujourd’hui rédactrice en chef de Codex, un livre-magazine qui raconte l’histoire du christianisme avec pédagogie et curiosité. Codex, partenaire de Storiavoce, assume sa fibre pédagogique et une grande honnêteté intellectuelle, sans avoir peur des controverses. Une trentaine d’universitaires composent le conseil scientifique. Priscille prête régulièrement sa plume à d’autres revues culturelles : L’Objet d’art, Archéologia, Art et métiers du livre, Les Vieilles maisons françaises… xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Oct 01, 2018
La prison d'un roi, le tombeau d'une famille
00:42:04
Dans ses Mémoires d'outre-tombe, Chateaubriand écrivait: « La monarchie des Capet finissait par une scène de château du Moyen Âge; les rois du passé avaient remonté dans leurs siècles pour mourir. » Longtemps fantasmé et imaginé, il est difficile de démêler le vrai du faux au sujet de l’enfermement de la famille royale au Temple. Et pourtant, ce drame est un bouleversement dont les échos dépassent largement les murs de la prison et dont la réalité ne peut être appréhendée qu'au sein d'un organisme plus vaste : celui de la Révolution française. Après avoir été déchu, le roi fut incarcéré avec ses proches : son épouse, la reine Marie-Antoinette, sa sœur Madame Élisabeth ainsi que sa fille, Madame Royale, et le jeune dauphin Louis-Charles, le 13 août 1792. Le Temple devint la prison royale et du même coup le témoin de la fin d'une dynastie et d'une monarchie. Derrière ces murs épais : le mystère de la souffrance des derniers jours, l'effacement silencieux et discret de ceux qui régnaient encore quelques mois auparavant sur le trône de France. Le Temple fut il simplement une prison lugubre ou un élément déterminant dans le déroulé des événements révolutionnaires? Décor ou acteur de l'histoire ? Objet de littérature ou pierre angulaire de l'architecture révolutionnaire ? Comment pouvons-nous aujourd'hui, et à partir de quelles archives, interroger le quotidien d'une prison pour comprendre l'inédit d'une Révolution ? Charles-Éloi Vial répond à toutes ces questions dans un entretien mené par Mari-Gwenn Carichon. L'auteur : Diplômé de l’École Nationale des Chartes et de l'Université Paris-Sorbonne, Charles-Éloi Vial est conservateur à la Bibliothèque nationale de France au département des Manuscrits (XVIII-XIX ème siècle) et secrétaire général de l'Institut Napoléon. Il est spécialiste de l'histoire des monarchies européennes du début du XIXème siècle. Il s'est notamment rendu célèbre avec son ouvrage Les derniers feux de la monarchie : la cour au siècle des révolutions et sa biographie sur Marie-Louise (couronnée par le prix premier empire de la fondation Napoléon). Après avoir écrit certains ouvrages et articles de référence, et participé à de nombreux colloques et expositions, il publie aujourd'hui La famille royale au Temple, Le remords de la Révolution, aux éditions Perrin (500 pages, 25 euros). xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Sep 27, 2018
L'art d'aimer d'Ovide
00:21:44
L'art d'aimer d'Ovide n'est pas un livre comme les autres. En effet, l'auteur offre à ses lecteurs un ars de la séduction qui reste d'une profonde actualité. Pourtant, Ovide était avant tout un homme du droit puisqu'il fut juge. Mais sa carrière ne le passionne guère. Il consacre son temps de l'otium à l'écriture. L'art d'aimer est une de ses oeuvres les plus connues. Au cours de cette émission, Virginie Girod nous la présente. Interrogée par Christophe Dickès, elle répond aux questions suivantes: - Qui était Ovide? - Qu'est-ce que l'Otium à l'époque antique? - Quel a été sa vie conjugale et amoureuse? - Pourquoi a t'il été assigné à résidence par Auguste? - Son oeuvre était-elle dérangeante pour l'époque? - Existe t'il un art de séduire chez Ovide? - Quelle est la place de la femme dans son oeuvre? Notre professeur: Docteur en histoire, Virginie Girod a travaillé sous la direction de Yann Le Bohec. Elle est spécialiste de l’histoire des femmes et de la sexualité dans l’Antiquité romaine. En 2013, elle publie un ouvrage très remarqué: Les Femmes et le sexe dans la Rome antique qui a été réédité dans la collection de poche Texto des éditions Tallandier. Chez Tallandier, elle est aussi l’auteur d’une biographie consacrée à la mère de l’empereur Néron, Agrippine la Jeune et à l’impératrice Théodora. L'Art d'aimer est disponible dans une édition des Belles Lettres intitulée de l'amour et comprenant aussi Les Amours et Les remèdes de l'Amour. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Sep 24, 2018
Le sous-marin d'Alexandre - La mer au Moyen-Âge
00:47:39
Au XIIe siècle, dans le Roman d’Alexandre, un chroniqueur mettait en scène l’ancien roi de Macédoine, prêt à explorer les fonds marins. A cette époque, Alexandre le Grand bénéficiait d’une grande popularité: il était le héros de nombreuses fictions médiévales relatant autant son parcours que ses conquêtes orientales. La figure du chevalier vertueux mais aussi belliqueux. Si bien que le monde connu, c’est-à-dire le monde terrestre, le monde horizontal, n’avait plus de secret pour lui. Il s’agissait donc désormais de transgresser les espaces par une descente cette fois verticale, vers le fond des mers. Alexandre est ainsi représenté dans ce que nous appellerions un bathyscaphe ou un sous-marin aux parois translucides. Mais quand nos yeux contemporains pourraient voir en lui une sorte de préfiguration de Jules Verne, le regard médiéval considérait lui que la curiosité était aussi un moyen de réfléchir sur soi-même, la possibilité d’acquérir autant le savoir que la sagesse. Alexandre, dans son sous marin translucide éclairait le milieu qui l’entourait mais, personnage d’exception, il était par ailleurs le seul capable de discerner la réalité de ce nouveau monde… Storiavoce vous propose de découvrir comment la mer était perçue à l’époque médiévale. Présente dès les premières pages de la Genèse, elle est un espace central dans la géographie et dans l’économie de cette époque. Mais elle reste aussi un univers fantasmé avec ses monstres, ses mystères et ses secrets… tant et si bien qu’elle devient un personnage incontournable de la littérature médiévale. Le groupe de chercheurs en Histoire médiévale Questes s'est penché sur ces perceptions, ces représentations mais aussi sur la réalité du monde maritime dans Le Bathyscaphe d'Alexandre. Pauline Guéna, un des auteurs de l'ouvrage, répond ici aux questions de Christophe Dickès. L’invitée: doctorante en Histoire médiévale à Paris IV Sorbonne (direction d’Elisabeth Crouzet-Pavan), Pauline Guéna enseigne en cours de licence (ATER). Elle est co-auteur avec Florian Besson, Catherine Kikuchi et Annabelle Marin, d’Actuel Moyen-Âge – Et si la modernité était ailleurs? paru chez Arkhé édition. Elle anime le site Actuel Moyen-Âge. Membre du groupe de chercheurs médiévistes Questes, elle a participé au livre Le bathyscaphe d'Alexandre, l'homme et la Mer au Moyen-Âge paru aux éditions Vendémiaires. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Sep 20, 2018
Tacite était-il un romancier inavoué?
00:15:52
Pendant des siècles, Tacite a été considéré comme le plus grand historien de l'époque romaine. Si bien que la perfection littéraire de son oeuvre a fait passer celle de Suétone et de ses Douze Césars comme bien fade. Au cours de cette émission, Virginie Girod nous explique comment Tacite et ses fameuses Annales sont aujourd'hui reconsidérés par les historiens. Interrogée par Christophe Dickès, elle répond aux questions suivantes: - Qui était Cornélius Tacite? - D'où vient le titre des Annales? - En quoi Tacite reste t'il un des plus grands historiens de l'Antiquité? - Existe t'il une part de dramaturgie dans l'oeuvre de Tacite? - En quoi la mort d'Agrippine est un exemple d'une mise en scène théâtrale? - A t'il favorisé la beauté du texte au détriment des faits? Notre professeur: Docteur en histoire, Virginie Girod a travaillé sous la direction de Yann Le Bohec. Elle est spécialiste de l’histoire des femmes et de la sexualité dans l’Antiquité romaine. En 2013, elle publie un ouvrage très remarqué: Les Femmes et le sexe dans la Rome antique qui a été réédité dans la collection de poche Texto des éditions Tallandier. Chez Tallandier, elle est aussi l’auteur d’une biographie consacrée à la mère de l’empereur Néron, Agrippine la Jeune et à l’impératrice Théodora. Les émissions avec Virginie Girod sont accessibles ICI. L’édition des Annales est disponible aux Belles Lettres. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez-nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Sep 17, 2018
Vrais escrocs et faux Napoléon
00:45:27
Depuis les débuts de Storiavoce, nous nous employons entre autres choses à expliquer les permanences de l’Histoire. Par exemple, nous avons reçu à ce micro la jeune historienne Pauline Guéna du groupe Actuel Moyen Age qui vise précisément à révéler ces permanences entre l’histoire médiévale et notre époque contemporaine, dans le but évident de sortir la période des clichés habituels dont elle pâtit. Nous souhaiterions aujourd’hui emprunter le même chemin mais à travers un exemple plus récent: celui de Napoléon. Depuis le développement des réseaux sociaux, l’information sur Internet a produit un phénomène nouveau que l’on appelle communément les fakenews. Or, les années 1815 et suivantes eurent aussi leur lot de fausses informations et surtout de vrais escrocs. Storiavoce vous propose aujourd’hui de partir à la découverte de ces Faux Napoléon qui, dans les mois suivants l’exil à Sainte-Hélène, apparurent dans la France de la Restauration. Qui furent d’abord ces hommes qui se firent passer pour l’ancien empereur ? Comment expliquer la crédulité de la population à leur égard ? Surtout, que va faire le nouveau régime face à ce phénomène ? Et enfin, comment interpréter ce phénomène afin de mieux saisir la réalité politique et sociologique de la Restauration, c’est ce que nous propose de voir l'historienne Nathalie Pigault. Elle est interrogée par Christophe Dickès. ______________________________________ L'invité: Historienne de formation, ancienne élève de l'université Paris IV-Sorbonne, Nathalie Pigault est aussi diplômée de Sciences politique. Elle est l'auteur du livre Les Faux Napoléon 1815-1823, préface de Jean Tulard, CNRS Editions (237 pages, 20€). xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Sep 12, 2018
Suétone ou l'art du biographe
00:20:47
A l'ombre du grand Tacite, Suétone et ses douze Césars ont longtemps était déconsidérés par la critique. Depuis plusieurs années maintenant, l'historien est réhabilité et bénéficie d'un regard renouvelé. Au cours de cette émission, Virginie Girod nous explique comment les historiens ont su retrouver dans les Douze Césars une source incomparable. Interrogée par Christophe Dickès, elle répond aux questions suivantes: - Qui était Caius Suétonius Tranquillus? Quel fut son parcours à Rome? - En quoi ses écrits différents-il de ceux de Tacite? - Quelle fut la méthode de travail de Suétone? - Pourquoi a t'on tant attendu avant de poser un regard nouveau sur les textes de Suétone? - Quelle est la place de la superstition dans son oeuvre et chez le personnage? - Quel est l'apport essentiel de son oeuvre? ------------------------------ Notre professeur: Docteur en histoire, Virginie Girod a travaillé sous la direction de Yann Le Bohec. Elle est spécialiste de l’histoire des femmes et de la sexualité dans l’Antiquité romaine. En 2013, elle publie un ouvrage très remarqué: Les Femmes et le sexe dans la Rome antique qui a été réédité dans la collection de poche Texto des éditions Tallandier. Chez Tallandier, elle est aussi l’auteur d’une biographie consacrée à la mère de l’empereur Néron, Agrippine la Jeune et à l'impératrice Théodora. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Sep 10, 2018
Massacre à la Romaine
00:49:30
A la fin de l’année 43 avant Jésus Christ, en entrant dans Rome, les triumvirs Octave, Marc-Antoine et Lépide édictèrent une proscription qui inaugura l’exécution de centaines de citoyens romains. A cette époque, le fameux Cicéron dont le nom fut inscrit très tôt sur les listes de condamnés à mort, ne résidait pas à Rome. Après avoir échappé à ses poursuivants, il fut finalement trahi et égorgé. Sa main coupée fut envoyée à Marc-Antoine, tout comme sa tête qui fut exposée avec toutes les autres sur le forum, là même où Cicéron avait prononcé des discours dont plusieurs Philippiques. La proscription de 43 fait partie de ce qu’on appelle les massacres de la République. Un mot anachronique puisque issu de l’ancien français, il ne prend tout son sens que bien plus tard, pendant les Guerres de religion de la France du XVIe siècle. D’ailleurs, ce sont Machiavel mais aussi Nietzsche qui ont sollicité l’expérience romaine afin "d’élaborer leurs réflexions sur la férocité, source d’une énergie conquérante, stimulée par la nécessité… " Qu’ils soient réalisés dans le cadre d’un conflit militaire ou d’une guerre civile, ces moments de férocité offrent les mêmes spectacles de désolation, de trahison, de délation parfois, de peur, jusqu’à l’horreur parfois. Avec l'historienne Nathalie Barrandon, Storiavoce vous propose de découvrir comment l’histoire se construit aussi dans la violence à une époque bien particulière, celle de la République romaine. Elle est interrogée par Christophe Dickès. Notre invité: Maître de conférences en histoire romaine à l'université de Nantes et membre du CRHIA, Nathalie Barrandon est spécialiste de la République romaine. Elle a publié plusieurs livres sur le gouvernement de l'Empire romain, dont De la pacification à l'intégration des Hispaniques (133-27 a.C.) en 2011. Elle étudie également la vie politique au dernier siècle de la République romaine, entre crises politiques et guerres civiles. Elle travaille actuellement sur la transgression en temps de guerre. Elle est l'auteur du livre Les massacres de la République romaines (Fayard). xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Sep 03, 2018
Nicolas II: journal intime d'un condamné.
00:37:01
Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, vers trois heures du matin, le tsar Nicolas II, son jeune fils Alexis et l'ensemble de la famille impériale sont assasinés sauvagement au sous-sol de la maison Ipatiev, dans la ville d'Iekaterinbourg en Russie orientale. Leurs corps sont ensuite transportés, démembrés, brûlés et passés à l'acide pour être finalement ensevelis, pour une partie dans un puit de mine et pour l'autre dans la forêt... "Le monde ne saura jamais ce que nous avons fait d'eux" se vanta le camarade Voïkov, du groupe des Tchékistes chargés par Moscou d'exécuter les Romanov. Cent ans après les événements, les éditions Perrin rééditent le Journal intime de Nicolas II (Décembre 1016-Juillet 1918). Présenté et annoté par Jean- Christophe Buisson, ce témoignage révèle un personnage étonnamment détaché des bouleversements qui touchent la Russie. I est interrogé par Christophe Dickès. A noter que, parallèlement, les éditions des Syrtes ont publié "Ils ont tué le tsar, les bourreaux racontent". Présenté par Nicolas Ross, ce livre restitue le témoignage l'intégralité des assassins de la famille impériale. Notre invité: Journaliste et historien, Jean-Christophe Buisson est rédacteur en chef du service culture du Figaro magazine. Il présente depuis 2016 l'émission Historiquement show sur la chaîne Histoire (Groupe TF1). Spécialiste du monde slave, il a publié plusieurs ouvrages sur le sujet dont une histoire de Belgrade et une biographie de Mihailovic, 1893-1946, héros trahi par les Alliés (Perrin, 1999) qui a été primé par l'Académie française et l'Académie des Sciences morales et politiques. Il est venu au micro de Storiavoce évoquer l'année 1917 et vient de publier chez Perrin Le journal intime de Nicolas II. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Sep 03, 2018
Vivre ensemble al-Andalus
00:24:04
Dans sa dernière livraison trimestrielle #8, la revue Codex enquête sur al-Andalus. On les nomme mozarabes (chrétiens arabisés) ou mullawadun (converti à l’islam). Ils sont Arabes, Berbères ou Hispano-Wisigoths, juifs, chrétiens, musulmans, hommes libres ou esclaves... Ensemble, ils façonnent l’Espagne musulmane médiévale: une mosaïque ethnique et religieuse qui vit sous la loi de l’islam. Al-Andalus est d'abord une société hiérarchisée qu'animent des critères hérités de l’Antiquité. Au sommet de la hiérarchie, on trouve les « vieux musulmans » (les hommes libres de l’Antiquité), ensuite viennent les convertis à l’islam (les affranchis), en bas de l’échelle, il y a les chrétiens et les juifs, les « protégés », et, enfin, les esclaves. Cette diversité est une source de rencontres et échanges, mais elle est aussi une source de conflits et de violences. Contrairement à ce que l’on imagine, le centre de gravité de la société andalouse, n'est pas le Nord chrétien mais l’Orient. Au temps du califat, Bagdad est la référence des élites andalouses. Et pourtant, vue des capitales arabes, al-Andalus n’est qu’une périphérie, une lointaine « province », dont la diversité inquiète et l’orthodoxie interroge. Enfin, al-Andalus n'est pas un bloc mais une réalité mouvante dans l’espace comme dans le temps. Pendant les huit siècles que dure la présence musulmane en Espagne, al-Andalus reste un territoire disputé qui se dilate puis se rétrécit au fil des guerres civiles fratricides et des avancées ou des reculs des troupes chrétiennes. Seul le califat omeyyade parvient, pendant à peine un siècle, à imposer un modèle unitaire. Dans cet entretien, Priscille de Lassus, rédactrice en chef de la revue, répond aux questions de Christophe Dickès. Priscille de Lassus: Après des études littéraires et une école de journaliste, Priscille a commencé par travailler chez Radio Classique au service Actualités. Elle est aujourd’hui rédactrice en chef de Codex, un livre-magazine qui raconte l’histoire du christianisme avec pédagogie et curiosité. Codex, partenaire de Storiavoce, assume sa fibre pédagogique et une grande honnêteté intellectuelle, sans avoir peur des controverses. Une trentaine d’universitaires composent le conseil scientifique. Priscille prête régulièrement sa plume à d’autres revues culturelles : L’Objet d’art, Archéologia, Art et métiers du livre, Les Vieilles maisons françaises… xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jul 09, 2018
Des Gaulois au Sénat romain?!....
00:16:58
“L’empereur romain: pouvoirs et puissance” constitue la deuxième série de nos cours d’Histoire antique (programme de 6è: “Rome : du mythe à l’histoire” & “L’Empire romain dans le monde antique”). Dans ce troisième et dernier volet, l’historien Dimitri Tilloi d’Ambrosi présnete la table claudienne, réponse au Conseil des Trois Gaules lui demandant d'ouvrir les magistratures ainsi que le Sénat romain aux notables de la Gaule chevelue. Interrogé par Christophe Dickès, Dimitri Tilloi d'Ambrosi répond aux questions suivantes: - Qui est l’empereur Claude ? - Qu’est-ce qu'on appelle la table claudienne ? - Qui est concerné par ce discours ? - Que peut-on dire de la Gaule romaine à l’époque de Claude ? - Pourquoi ce discours est-il important ? Spécialiste de l’Antiquité, Dimitri Tilloi-D’Ambrosi est chargé de cours à l’université Lyon III. Ses recherches portent sur l’alimentation, la diététique et la médecine à l’époque romaine. Il vient de publier aux éditions Arkhé: L’Empire romain par le menu. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jul 05, 2018
L'Edit de Nantes: un édit de tolérance?
00:15:52
L'édit de Nantes constitue le dernier volet de la série de nos Cours d'Histoire consacrés aux Guerres de religion (Collège, programme de 5ème). Dans cette émission, l’historien Hugues Daussy décrit la portée de cet édit de "tolérance" alors qu'Henri IV, inflexible, ne souhaitait pas promulguer un nouveau texte. Finalement, pour des raisons militaires et politique - la prise d'Amiens - il négocie un engagement auprès des Huguenots. Mais l'édit de Nantes était-il vraiment un édit de tolérance? Et la tolérance, telle que nous l'entendons aujourd'hui, avait-elle le même sens qu'aujourd'hui? Hugues Daussy, interrogé par Christophe Dickès, répond à ces questions ainsi qu'aux suivantes: - Qu’est-ce que l’édit de Nantes ? - Quel est le contenu de ce texte ? Quelle situation crée-t-il dans le royaume de France ? - On lit souvent que le roi Henri IV, ancien huguenot, a libéralement accordé l’édit à ses anciens coreligionnaires, par un geste de pure bonté. Est-ce exact ? - Comment les catholiques les plus intransigeants ont-ils accueilli l’édit ? Et le pape ? - Et les huguenots ? Ont-ils été pleinement satisfaits de cet édit ? A-t-il été pleinement appliqué au cours des années qui ont suivi ? - On dit souvent que l’édit de Nantes a instauré la tolérance dans le royaume de France. Cette formulation est-elle pertinente ? - En 1685, Louis XIV a révoqué l’édit de Nantes, qui était pourtant qualifié d’édit « perpétuel et irrévocable ». Comment l’expliquer ? Notre professeur d’Histoire: Hugues Daussy est un historien moderniste, spécialisé dans l’histoire politique du protestantisme. Il est actuellement professeur à l’Université de Franche-Comté, membre honoraire de l’Institut de France, président de la Société Henri IV et président de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Le parti huguenot. Chronique d’une désillusion (1557-1572) (Genève, Droz, 2014) qui a reçu le prix Chateaubriand 2014. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jul 02, 2018
Vercingétorix: la force et le verbe
00:47:29
En son temps, Jules César plaça le personnage au centre de son œuvre de propagande La Guerre des Gaules. Bien des siècles plus tard, sous le Second Empire puis sous la Troisième République, il devînt une sorte de héros national à l’heure où pourtant la nation n’existait pas encore. Au centre de nombreuses hagiographies, le nom de Vercingétorix nous apparaît comme un nom de légende qui, jusqu’à nos jours, donne aux défaites françaises une forme de noblesse et de grandeur. Pourtant, pendant des siècles, le vaincu d’Alésia ne fut guère au centre de l’attention, bien au contraire. En effet, le caractère légendaire du célèbre Arverne est né dans les têtes romantiques du XIXe siècle. Or le romantisme, fut-il révolutionnaire, fut-il nationaliste ou bien encore les deux, n’est pas l’histoire. Storiavoce vous propose de revenir à une réalité plus prosaïque : qui fut Vercingétorix, fils de roi ? Dans quelle société a-t-il vécu ? Quels étaient ses rapports avec le monde romain et, tout particulièrement, avec Jules César dont il fut un temps l’otage? Comment enfin naquit la rébellion des Gaules ? D’ailleurs, faut-il parler des Gaules ou bien de la Gaule ? Autant de questions auxquels l'historien Jean-Louis Brunaux répond. Il est interrogé par Christophe Dickès. L'invité: Jean-Louis Brunaux est chercheur au CNRS (Laboratoire d'archéologie de l'ENS). Il a dirigé de nombreuses fouilles sur les sites gaulois de Picardie, à Gournay-sur-Aronde, Saint-Maur, La Chaussée-Tirancourt et Montmartin. Jean-Louis Brunaux a rédigé plusieurs monographies sur les résultats de ses recherches archéologiques et des ouvrages de synthèse. Il est l'auteur d'une monographie consacrée à Alésia (Gallimard, 2012) et il vient de publier Vercingétorix dans la collection biographies de chez Gallimard. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jun 28, 2018
Comment gérer un empire?
00:18:06
"L'empereur romain: pouvoirs et puissance" constitue la deuxième série de nos cours d'Histoire antique (programme de 6è: "Rome : du mythe à l'histoire" & "L'Empire romain dans le monde antique"). Dans ce deuxième, l'historien Dimitri Tilloi d'Ambrosi traite de l'organisation de l'Empire durant la période du Haut-Empire. Il répond aux questions suivantes: - Comment l'empire est-il organisé de façon générale? - Quel est le rôle joué par les gouverneurs? - Quels sont les différents types de cités qui existent? - Comment les cités sont-elles administrées? - Comment l'empire est-il protégé? - La domination de Rome est-elle bien acceptée? Spécialiste de l’Antiquité, Dimitri Tilloi-D’Ambrosi est chargé de cours à l’université Lyon III. Ses recherches portent sur l’alimentation, la diététique et la médecine à l’époque romaine. Il vient de publier aux éditions Arkhé: L’Empire romain par le menu. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jun 24, 2018
La nuit maudite de la Saint-Barthélemy
00:15:40
La nuit de la Saint-Barthelémy constitue le deuxième volet de la série de nos Cours d'Histoire consacrés aux Guerres de religion (Collège, programme de 5ème). Dans cette émission, l’historien Hugues Daussy décrit la nuit du 24 août 1572, ses origines et ses conséquences. Surtout, il présente les différentes courants historiographiques qui ont souhaité expliquer cet événement majeur des guerres de religion. Il répond aux questions suivantes: - Que s’est-il passé le 24 août 1572 ? - Pourquoi ce massacre peut-il sembler déconcertant si on le replace dans le contexte chronologique étroit des premiers mois de l’année 1572 ? - Ce massacre a donné naissance, dans l’historiographie et ensuite dans la littérature, à une véritable légende noire. Pourtant cette légende noire possède un fond romanesque... D'où vient cette légende? - Si cette version des faits ne reflète pas la réalité, que s’est-il réellement passé ? - Quelles ont été les hypothèses sur lesquelles ont travaillé les historiens ? - Quelles ont été les conséquences immédiates du massacre parisien ? - A court terme, quelle réaction le massacre a-t-elle suscité dans le camp protestant ? - En quoi peut-on considérer que cet événement dramatique a-t-il marqué un tournant dans l’histoire des guerres de religion ? Notre professeur d’Histoire: Hugues Daussy est un historien moderniste, spécialisé dans l’histoire politique du protestantisme. Il est actuellement professeur à l’Université de Franche-Comté, membre honoraire de l’Institut de France, président de la Société Henri IV et président de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Le parti huguenot. Chronique d’une désillusion (1557-1572) (Genève, Droz, 2014) qui a reçu le prix Chateaubriand 2014. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jun 20, 2018
La naissance de l'Empereur.
00:17:14
"L'empereur romain: pouvoirs et puissance" constitue la deuxième série de nos cours d'Histoire antique (programme de 6è: "Rome : du mythe à l'histoire" & "L'Empire romain dans le monde antique"). Dans ce premier volet, l'historien Dimitri Tilloi d'Ambrosi traite de la Construction du pouvoir impérial et des pouvoirs de l'empereur. Il répond aux questions suivantes: - Quels ont été les différents régimes politiques que Rome a connus? - Comment la République a-t-elle fini par disparaître ? - Comment Auguste a fondé un nouveau régime ? - Quels sont les différents pouvoirs dont dispose l’empereur ? - Quelle est la place du culte impérial dans la pratique du pouvoir ? - Y a-t-il des limites aux pouvoirs de l’empereur ? Spécialiste de l’Antiquité, Dimitri Tilloi-D’Ambrosi est chargé de cours à l’université Lyon III. Ses recherches portent sur l’alimentation, la diététique et la médecine à l’époque romaine. Il vient de publier aux éditions Arkhé: L’Empire romain par le menu. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jun 18, 2018
Les Guerres de Religion (XVIe siècle)
00:18:49
Les Guerres de religion constituent une nouvelle série de nos cours d’Histoire moderne (Collège, programme de 5ème). Dans cette émission, l’historien Hugues Daussy décrit les origines des guerres, ses caractéristiques et ses conséquences sur la société française du XVIe siècle. Il répond aux questions suivantes: - Qu’appelle-t-on guerres de religion ? Quels en ont été les protagonistes ? - Dans quelles circonstances la première guerre s’est-elle déclenchée ? - Comment peut-on expliquer la durée du conflit (36 ans) ? - Ces guerres ont-elles conservé une dimension purement française, ou s’insèrent-elles dans un plus vaste contexte européen ? - Quand on parle de guerres de religion, on imagine un affrontement exclusivement centré autour d’une opposition entre catholiques et protestants. Mais ces guerres civiles n’ont-elles pas eu également une forte dimension politique ? - Comment ce long conflit s’est-il achevé ? - L’édit de Nantes marque-t-il vraiment la fin des guerres de religion en France? Notre professeur d’Histoire: Hugues Daussy est un historien moderniste, spécialisé dans l’histoire politique du protestantisme. Il est actuellement professeur à l’Université de Franche-Comté, membre honoraire de l’Institut de France, président de la Société Henri IV et président de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Le parti huguenot. Chronique d’une désillusion (1557-1572) (Genève, Droz, 2014) qui a reçu le prix Chateaubriand 2014. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jun 14, 2018
Mussolini et le fascisme italien
00:27:20
"Le fascisme italien" est une série de nos "Cours d'Histoire" recouvrant le programme du lycée. Grand spécialiste du sujet, Frédéric Le Moal interrogé par Christophe Dickès présente la personnalité de Benito Mussolini, au centre du mouvement révolutionnaire italien. Il répond aux questions suivantes: - Peut-on écrire une histoire du fascisme sans faire celle de Mussolini ? - Notre perception du nazisme est qu’il est dominé certes par une figure, Adolf Hitler, mais une figure entourée de barons tels Goebbels, Himmler, Goering… concernant le fascisme italien, seul Mussolini semble se distinguer. Comment expliquer cette différence de perception ? - D’où vient Mussolini ? - On a longtemps qualifié le personnage d’opportuniste… - Peut-on dire de lui qu’il fut un doctrinaire ? Est-ce que le débat d’idées l’intéressait ? - Quelles sont ses influences intellectuelles ? - Comment concilier le nationalisme d’après-guerre avec le socialisme d’avant-guerre ? - Comment est vu Mussolini de l’étranger et notamment des démocraties ? - Il y a un pragmatisme chez Mussolini ? On le considère davantage comme un sanguin plutôt qu’un calculateur…. - Sur le plan de la politique étrangère, improvise t’il ? Est-il simplement irresponsable comme cela est souvent présenté? - Porte-t-il une responsabilité dans le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale? Notre professeur d'Histoire: Docteur en Histoire (Paris-IV-Sorbonne), Frédéric Le Moal est spécialiste de l'Italie et des Balkans. Il enseigne à l'Ecole militaire de Saint-Cyr, à l'Institut Catholique de Paris et à l'IRCOM. Il a publié plusieurs ouvrages dont une biographie du roi Victor-Emmanuel III (Perrin, 2014) et une Histoire du fascisme (Perrin, 2018). Il a été l'invité de Storiavoce pour évoquer le Vatican face aux totalitarismes. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jun 10, 2018
La bataille de Bouvines (27 juillet 1214)
00:46:48
Depuis les origines, la bataille de Bouvines du dimanche 27 juillet 1214 est considérée comme un événement majeur de l’époque médiévale mais aussi de l’Histoire de France. Plus tard, le XIXe siècle l’inscrivit dans le roman national et le célébra comme un mythe fondateur de la nation France. Remportée par le roi Philippe Auguste contre une coalition rassemblant l’empereur allemand Othon, le comte de Flandres et le comte de Boulogne, Bouvines a longtemps laissé l’image d’un combat âpre pendant lequel le roi de France a failli perdre la vie. Une bataille qui fut une sorte de couronnement d’un des règnes les plus importants et réussis de l’épopée capétienne. Tous les amoureux de la muse Clio connaissent la fameuse collection des Trente journées qui ont fait la France, collection des éditions Gallimard à laquelle le grand historien Georges Duby avait consacré un Dimanche de Bouvines. Mais l’étude de Duby a été publiée voilà près de quarante-cinq ans. C'est c’est pourquoi Storiavoce vous propose de rouvrir un des dossiers les plus fascinants de notre histoire et peut-être de déconstruire quelque peu la légende, au profit d’une histoire précise alimentée par une historiographie foisonnante. Auteur de La bataille de Bouvines, Histoire et Légendes (Perrin, 2018), Dominique Barthelémy est interrogé par Christophe Dickès. L'invité: Agrégé et docteur en histoire, Dominique Barthélémy enseigne l’histoire médiévale à l’université de Paris-IV Sorbonne et à l’Ecole pratique des hautes études. Il a déjà publié L’an mil et la paix de Dieu. La France chrétienne et féodale, 980-1060 ainsi que, chez Perrin, La chevalerie. Il vient de publier La bataille de Bouvines, Histoire et Légendes (Perrin, 2018). xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jun 02, 2018
Qu'est-ce que le fascisme?
00:29:08
"Le fascisme italien" est une série de nos "Cours d'Histoire" recouvrant le programme du lycée. Grand spécialiste du sujet, Frédéric Le Moal interrogé par Christophe Dickès définit ici la nature du fascisme: de ses origines intellectuelles à l'apogée du totalitarisme . Au cours de cette émission, il répond aux questions suivantes: - Pourquoi le fascisme est-il né en Italie ? - Peut-on lier le nationalisme révolutionnaire italien du XIXe siècle et le fascisme des années 1920 et 30? - Le fascisme est-il né du nationalisme ou bien du socialisme ? Peut-on le distinguer des matrices révolutionnaires de la fin du XVIIIe en France et du XIXe siècle ? - Le fascisme est-il une religion ou un susbtitut au fait religieux ? Peut-on considérer que le fascisme est protéiforme ? - Renzo de Felice fait une distinction entre le fascisme et les fascistes. Que signifie cette distinction ? - Que penser de la thèse d’Ernst Nolte sur le fascisme, conséquence des révolutions communistes de 1917 ? - Le fascisme est-il un enfant de la guerre ? Si la guerre n’avait pas eu lieu, le fascisme aurait-il existé ? - Comment se met en place l’Etat totalitaire ? Quand le fascisme devient-il totalitaire ? - Le totalitarisme italien doit-il être distingué du national-socialisme allemand ? En quoi les régimes se rejoignent-ils, en quoi se distinguent-ils ? - L’évolution de Mussolini vers l’Allemagne nazie était-elle inéluctable ? Peut-on parler d’une politique internationale équilibrée, voire d’une modération dans les dix premières années du régime ? - Au même titre qu’il existe une volonté de créer un homme nouveau dans un dessein révolutionnaire, peut-on aussi parler, sur le plan de la politique étrangère, d’un dessein révolutionnaire ? - Comment expliquer l’effondrement comme un château de carte du régime ? - Quel est l’origine de son échec ? - Le fascisme est-il mort ? Notre professeur d'Histoire: Docteur en Histoire (Paris-IV-Sorbonne), Frédéric Le Moal est spécialiste de l'Italie et des Balkans. Il enseigne à l'Ecole militaire de Saint-Cyr, à l'Institut Catholique de Paris et à l'IRCOM. Il a publié plusieurs ouvrages dont une biographie du roi Victor-Emmanuel III (Perrin, 2014) et une Histoire du fascisme (Perrin, 2018). xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Jun 02, 2018
Quand au Moyen-Âge, l'Eglise pardonnait...
00:50:10
En 1338, alors que la papauté était en terre avignonnaise, le pape Benoît XII définissait le rôle d’une nouvelle institution curiale, la Pénitencerie apostolique. Un peu moins de sept cents ans plus tard, l’institution existe toujours. En effet, à l’heure où cette émission a été enregistrée, elle vient de publier un décret du pape François donnant une indulgence plénière, c’est-à-dire une grâce spéciale, aux fidèles à l'occasion de la IXe rencontre mondiale des familles organisée à Dublin (été 2018). Chargée à l’origine d’entendre en confession les pèlerins qui se rendaient à Rome, la Pénitencerie devient avec le temps le destinataire des suppliques des fidèles envoyées au souverain pontife: le bureau des âmes. Parce qu'en effet, dans ces milliers de lettres reçues, l’âme humaine y est à nue : homicides, naissances illégitimes, mariages incestueux, moines en fuites ou séculiers scandaleux… Tel était le quotidien de cette institution juridique au cœur de la société médiévale. Storiavoce vous propose de comprendre comment, au Moyen-Âge, une institution naît avec ses acteurs, ses règles, son droit mais aussi ses tâtonnements, ses incertitudes, ses réalisations et ses accomplissements. Quelles étaient ses méthodes et ses principes d'actions? Condmanait-elle facilement ou, au contraire, faisait-elle preuve de miséricorde et de tempérance? Interrogé par Christophe Dickès, Arnaud Fossier a mené une véritable enquête sur les archives les plus anciennes d'une institution originale et mal connue. L'invité: Normalien et ancien membre de l’École française de Rome, Arnaud Fossier est actuellement Maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne. Ses recherches portent sur le gouvernement de l’Église et l’Italie médiévale. Il vient de publier à l'Ecole française de Rome: Le bureau des âmes, Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XIVe siècle). xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
May 29, 2018
Et si la France avait bénéficié de la Guerre froide?
00:36:38
"La Guerre froide" est une série de nos "Cours d'Histoire" contemporaine recouvrant le programme de Terminale. Grand spécialiste du sujet, le professeur Georges-Henri Soutou interrogé par Christophe Dickès se pose la question du rôle de la France dans la Guerre froide. Au cours de cette émission, il répond aux questions suivantes: - Peut-on parler à propos de la France d’une vision cohérente concernant la nature de l’URSS, comme il y eut aux Etats-Unis la doctrine Kennan (George Kennan créateur du concept de containment, le containment qui visait à endiguer l'expansionnisme soviétique) ? - Vous établissez une différence entre ce que nous savions, l’ordre intellectuel des choses, et l’ordre politique : ce que l’on pouvait faire et voulait faire. - La France évolue ou oscille entre deux perceptions : Premièrement une vision intérieure avec les clivages politiques et idéologiques. Deuxièmement l’ajustement entre la défense classique de la France et la prise en compte des réalités de la Guerre froide. - La France est-elle prisonnière d’une vision classique des relations internationales dans sa gestion de la Guerre froide ? - Après la mort de Staline, la France ne semble pas échapper à ce vent d’optimisme et de volonté de réconciliation qu’on retrouve par exemple avec l’Ostpolitik du Saint-Siège. On pensez même à une convergence des systèmes économiques? - Quelle place avait l'Europe dans le cadre de l'affrontement Est-Ouest? - Vous évoquez dans votre conclusion « le confort que procurait la guerre froide à la France ». Qu’entendez vous par là ? - La France a-t-elle bénéficié de la Guerre froide ? - La politique française pendant la Guerre froide doit-elle nous servir de leçon pour notre politique russe aujourd’hui ? Notre professeur d'Histoire: Georges-Henri Soutou est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Sorbonne et membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Grand spécialiste de la Grande Guerre et de la Guerre froide, il a dirigé de nombreux travaux sur ces questions et a publié plusieurs ouvrages (La Guerre de cinquante ans, 2001; La Grande illusion, quand la France perdait la guerre, 2015). Il vient d'éditer chez Tallandier La Guerre froide de la France 1941-1990. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
May 27, 2018
Choiseul, un homme d'Etat entre Louis XV et la Pompadour.
00:47:44
Madame de Pompadour l’appelait l’Excellence bleue. Il fut secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, ministre d’Etat, lieutenant général des armées du roi. Mais aussi gouverneur de Touraine, secrétaire d’Etat à la guerre puis à la Marine, colonel général des Suisses et enfin secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères. Le nom de Choiseul raisonne dans l’histoire du XVIIIe siècle au même titre que ceux du cardinal de Bernis ou encore de Vergennes. Choiseul vécut à une époque de bouleversements européens, mais aussi intérieures, dont il fut un des acteurs aux côtés du roi Louis XV et de madame de Pompadour, tant et si bien que l’on parlera à leur endroit d’un véritable triumvirat. Interrogée par Christophe Dickès, Monique Cottret présente pour les auditeurs de Storiavoce ce personnage fascinant qu'était Etienne François, duc de Choiseul, fils aîné de la famille de Stainville. Notre invité: Disciple de Robert Mandrou et Jean Delumeau, Monique Cottret est spécialiste des phénomènes politiques, religieux et culturels à l’époque moderne. Professeur émérite à l’université de Paris-Nanterre, elle a consacré de nombreux ouvrages au XVIIIe siècle dont Culture et politique dans la France des Lumières, 1715-1792 (2002) et Jean-Jacques Rousseau en son temps (avec Bernard Cottret, Perrin, 2004). Son Histoire du jansénisme (2016) a reçu le prix Madeleine Laurain-Portemer de l’Académie des sciences morales et politiques. Elle vient de publier une biographie de Choiseul aux éditions Tallandier. _____________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
May 23, 2018
Peut-on réduire la Guerre froide à un conflit Est-Ouest?
00:28:18
La Guerre froide est une série de nos "Cours d'Histoire" contemporaine recouvrant le programme de Terminale. Grande spécialiste du sujet, le professeur Georges-Henri Soutou se pose la question de "la réduction" du conflit Est-Ouest à sa dimension idéologique et à ses deux grands protagonistes. La Guerre froide est une série de nos "Cours d'Histoire" contemporaine recouvrant le programme de Terminale. Grande spécialiste du sujet, le professeur Georges-Henri Soutou se pose la question de "la réduction" du conflit Est-Ouest à sa dimension idéologique et à ses deux grands protagonistes. De fait, il décrit l'ensemble des forces qui, en Europe occidentale, jouent un rôle extérieur en liant parfois à des impératifs de politiques intérieurs, et jouent leur propre partition entre l'Atlantisme et les pays du pacte de Varsovie. Au cours de cette émission, il répond aux questions suivantes: - En dehors des Etats-Unis et de l'URSS, quels sont les pays ayant joué un rôle majeur dans le cadre de la Guerre froide? - Pour autant, faut-il remettre en cause l’idée d’un bloc Atlantique ? - Est-ce que l’Atlantisme a-t-il réellement existé ? - Existe-t-il des nuances entre les différents pays en Europe occidentale ? - La spécificité française réside dans la présence d’un fort parti communiste ? Peut-on parler de "guerre civile française froide" aussi ? - La décolonisation, la Guerre d’Algérie ou la Guerre d’Indochine semblent avoir davantage marqué les Français que la Guerre froide? - Est-ce que par effet de miroir, l’idée d’une France luttant contre les grands empires –et on pense à l’impérialisme américain et soviétique- a eu du succès dans l’opinion publique française des années 60 ? - L’idée européenne fut-elle aussi un moyen de se distinguer des deux empires ? Notre professeur d'Histoire: Georges-Henri Soutou est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Sorbonne et membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Grand spécialiste de la Grande Guerre et de la Guerre froide, il a dirigé de nombreux travaux sur ces questions et a publié plusieurs ouvrages (La Guerre de cinquante ans, 2001; La Grande illusion, quand la France perdait la guerre, 2015). Il vient d'éditer chez Tallandier La Guerre froide de la France 1941-1990. ______________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
May 21, 2018
Comment notre monde a cessé d'être chrétien
00:47:21
Nous sommes le 8 décembre 1965, à Rome, sur la place Saint-Pierre. Après trois longues années, le Concile Vatican II a enfin terminé ses travaux. Les cardinaux, les évêques et les prêtres sont souriants à la sortie de la messe du pape Paul VI qui clôture cet événement dont Charles de Gaulle disait qu’il avait été "le plus important du XXe siècle". Même si nous sommes à la fin de l’automne, le ciel est bleu. D’ailleurs, tout le monde considère l’événement comme un nouveau Printemps pour l’Eglise catholique. Un texte symbolise cette journée ensoleillée: la Constitution pastorale dont les deux premiers mots Gaudium et Spes signifient La joie et les espoirs. On en oublierait presque que juste après ces deux mots, suivent deux autres mots : Luctus et Angor, c’est-à-dire les angoisses et les peurs. Et il est vrai, qu’après cette journée ensoleillée, l’Eglise allait donner l’image d’une institution qui a peur d’elle-même. Trois années plus tard, la révolution de 1968 n’épargne pas l’église… En 1969, le journaliste Jacques Duquesne fait un état des lieux du catholicisme dans un article de l’hebdomadaire L’Express. Les fidèles écrit-il, « osent à peine dire qu’ils croient en Dieu. Ils ont abandonné tout prosélytisme. Ils subissent simplement celui des autres : les idéologies, les modes, les slogans. Lorsqu’ils se tournent vers leurs prêtres, ils découvrent des hommes hantés par l’idée d’accéder à ce monde du travail qu’eux, laïcs, connaissent bien. Et qu’ils jugent monotone. […] Pourtant, ils ont le sentiment de garder dans le secret de leur cœur un jeu de valeurs, une explication du monde plus solide qu’on ne le croit. Mais ils ne savent comment les formuler. Plus qu’une crise de la foi, c’est une crise du langage. Les mots ne transmettent plus rien. » Interrogé par Christophe Dickès, l'historien Guillaume Cuchet propose de comprendre comment ce processus de déchristianisation s’est développé dans son livre Comment notre monde a cessé d'être chrétien: quelle est la part du Concile Vatican II dans ce mouvement ? Ne doit-on pas chercher des causes bien plus lointaines à ce phénomène? En somme, la sociologie du catholicisme a-t-elle évolué avant les années soixante, dans la période d’après-guerre ? L'invité: Guillaume Cuchet est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Est Créteil. Il a notamment publié Penser le christianisme au XIXe siècle. Alphonse Gratry (1805-1872) (Presses universitaires de Rennes, 2017) et Comment notre monde a cessé d'être chrétien, autopsie d'un effondrement (Seuil, coll. la Couleur des idées). ________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
May 16, 2018
Mais qu'est-ce donc qu'un Apocryphe?
00:20:32
Dans sa dernière livraison trimestrielle #7, la revue Codex enquête sur les textes apocryphes. Depuis plusieurs siècles maintenant, les textes apocryphes écrits dans les premiers temps du christianisme, sont victimes de deux attitudes contradictoires. La première consiste à surévaluer leur portée en affirmant que l'Eglise cacherait des secrets inavouables. Une option qui fait le bonheur des auteurs à succès comme Dan Brown et son fameux Da Vinci Code. L'autre au contraire vise à les rejeter dans leur globalité alors que le christianisme, la tradition même et ses expressions artistiques ont été fortement influencés par ces textes. Codex fait ici le point avec un dossier complet dirigé par le grand spécialiste Régis Burnet. Dans cet entretien, Priscille de Lassus, rédactrice en chef de la revue, répond aux questions de Christophe Dickès. Priscille de Lassus: Après des études littéraires et une école de journaliste, Priscille a commencé par travailler chez Radio Classique au service Actualités. Elle est aujourd’hui rédactrice en chef de Codex, un livre-magazine qui raconte l’histoire du christianisme avec pédagogie et curiosité. Codex, partenaire de Storiavoce, assume sa fibre pédagogique et une grande honnêteté intellectuelle, sans avoir peur des controverses. Une trentaine d’universitaires composent le conseil scientifique. Priscille prête régulièrement sa plume à d’autres revues culturelles : L’Objet d’art, Archéologia, Art et métiers du livre, Les Vieilles maisons françaises… ____________________________________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
May 13, 2018
Une autre histoire de la Renaissance
00:42:23
La France, au XVIe siècle, se serait réveillée après une longue nuit, le Moyen Age, pour embrasser avec éclat et gourmandise la modernité. La civilisation française, avec ses us et coutumes, son élégance et son esprit, était née. Si depuis quelques années les historiens ont largement nuancé cette vision simpliste, ils ont convenus de la réalité de la révolution culturelle qu’aurait été cette Renaissance du XVIe siècle. Il reste pourtant un fait incontestable : si le joli tableau brossé à coup d’affirmations et d’exemples pris çà et là depuis deux siècles peut effectivement faire illusion, les auteurs de cette peinture ont effacé ou oublié, pour fabriquer cette féerie, une foultitude des personnages, d’événements et d’idées. Les hommes du temps n’avaient en réalité rien de progressiste, bien au contraire. C'est ce qu'explique Didier Le Fur dans son dernier ouvrage intitulé Une autre histoire de la Renaissance. Il est interrogé par Marie-Gwen Carrichon. L'invité: Historien, Didier Le Fur est l’un des meilleurs spécialistes des XVe et XVIe siècles français, sur lesquels il a publié La France en 1500, ainsi que Marignan 1515. Auteur de biographies remarquées – Louis XII, Charles VIII, Henri II –, son travail sur François Ier, aboutissement de quinze années de réflexion, a été unanimement acclamé par la critique (Perrin). Il vient de publier Une autre histoire de la Renaissance. ________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
May 10, 2018
Qu'est-ce que la romanité
00:15:26
"Citoyenneté et romanité" constitue la première série de nos cours d'Histoire antique. Après un premier volet consacré à la citoyenneté romaine, puis à l'édit de Caracalla, nous abordons la romanité. Au cours de cette émission, Dimitri Tilloi d'Ambrosi décrit les symboles, les signes et les structures d'appartenance à la romanité. Il répond aux questions suivantes: - Quel rôle joue le modèle de la ville dans la romanisation? - Quelle est la place des spectacles dans la civilisation romaine - Quelle est l’action de Rome sur les religions ? - L’eau peut-être elle un signe de romanité? - Comment s’organise la maison romaine ? - Que peut-on dire de la famille romaine ? Notre professeur d'Histoire: Agrégé d’histoire et spécialiste de l’Antiquité, Dimitri Tilloi-D’Ambrosi est chargé de cours à l’université Lyon III. Ses recherches portent sur l’alimentation, la diététique et la médecine à l’époque romaine. Il vient de publier aux éditions Arkhé: L’Empire romain par le menu. ________________________ - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
May 05, 2018
Théodora: un mythe féminin
00:46:18
Nous sommes en 532, dans la capitale de l'Empire romain d'Orient, Constantinople. A cette époque, le pouvoir impérial est en crise: la révolte gronde dans les rues de la ville, prête à remplacer l'empereur Justinien par un nouvel élu. Or, dans cette crise -une des plus graves de l'histoire de l'empire - une personne retourne la situation au profit de l'empereur. Cette personne est une femme, épouse de l'empereur: Théodora. Personnage romanesque et de théâtre, Théodora n'en reste pas moins un personnage de notre histoire qu'il est difficile au chercheur d'aborder au regard de la pauvreté des sources. Spécialiste de l'Antiquité, l'historienne Virgine Girod a relévé ce défi dans une biographie qui laisse autant d'ombres que d'éclats, de mystères que de grandeurs. Elle est interrogée par Christophe Dickès. L’invitée: Docteur en histoire, Virginie Girod a travaillé sous la direction de Yann Le Bohec. Elle est spécialiste de l’histoire des femmes et de la sexualité dans l’Antiquité romaine. En 2013, elle publie un ouvrage très remarqué: Les Femmes et le sexe dans la Rome antique qui vient d’être réédité dans la collection de poche Texto des éditions Tallandier. Elle est aussi l’auteur d’une biographie consacrée à la mère de l’empereur Néron, Agrippine la Jeune, publiée sous le titre Agrippine, Sexe, crimes et pouvoir dans la Rome impériale (Tallandier) et qu’elle a présenté sur Storiavoce. Elle vient de publier chez le même éditeur Theodora, prostituée et impératrice de Byzance. ///////////////////////////////// - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
May 02, 2018
Quand Caracalla fit de tous les habitants de l'empire des citoyens romains.
00:16:32
"Citoyenneté et romanité" constitue la première série de nos cours d'Histoire antique. La série présente dans un premier volet la citoyenneté romaine, puis l'édit de Caracalla et enfin la romanité. Au cours de cette émission, Dimitri Tilloi d'Ambrosi décrit ce document majeur de l'histoire antique qu'est l'édit de Caracalla. Il répond aux questions suivantes: Qui est l’empereur Caracalla ? Quelle est la situation de l’Empire en 212 ? Comment ce document nous est-il connu ? Qui est concerné par ce texte et quelle est sa portée? Pourquoi donner la citoyenneté à tous les hommes libres ? Notre professeur d'Histoire: Agrégé d’histoire et spécialiste de l’Antiquité, Dimitri Tilloi-D’Ambrosi est chargé de cours à l’université Lyon III. Ses recherches portent sur l’alimentation, la diététique et la médecine à l’époque romaine. Il vient de publier aux éditions Arkhé: L’Empire romain par le menu. ///////////////////////////////// - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Apr 30, 2018
Devenir et être citoyen romain
00:15:04
"Citoyenneté et romanité" constitue la première série de nos cours d'Histoire antique. La série présente dans un premier volet la citoyenneté romaine, puis l'édit de Caracalla et enfin la romanité. Au cours de cette émission, Dimitri Tilloi d'Ambrosi explique comment devenait-on citoyen romain avant l'édit de Caracalla. Il répond aux questions suivantes: Quelles sont les différentes façons pour devenir citoyen et qui peut le devenir ? Quels sont les rites qui marquent l’accès à la citoyenneté ? Quels sont les droits du citoyen et ses priDevenir et être citoyvilèges ? Quelles obligations pèsent sur le citoyen romain ? Qui sont les exclus de la citoyenneté ? Notre professeur d'Histoire: Agrégé d’histoire et spécialiste de l’Antiquité, Dimitri Tilloi-D’Ambrosi est chargé de cours à l’université Lyon III. Ses recherches portent sur l’alimentation, la diététique et la médecine à l’époque romaine. Il vient de publier aux éditions Arkhé: L’Empire romain par le menu. ///////////////////////////////// - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Apr 16, 2018
Le corps du roi
00:50:27
Toute autorité a besoin d'un individu de chair pour s'incarner. A travers l'histoire des civilisations, le corps des rois, des princes, des chefs et autres souverains joue un rôle déterminant dans l'exercice de cette autorité et du pouvoir. Storiavoce vous propose de réfléchir sur cette idée essentielle à travers l'exemple français, de saint Louis à Louis XIV, et de comprendre quelle est la place du corps biologique mais aussi politique dans les représentations des contemporains. Un corps qui porte l'âme, puis l'Etat et enfin la nation. Stanis Perez, auteur du Corps du roi, redécouvre les ressorts vitaux d’un régime politique constamment tributaire du physique, de l’apparence et des représentations d’un individu à la fois banal et extraordinaire, à la fois éphémère et légendaire. Il est interrogé par Christophe Dickès. L'invité: Professeur agrégé et docteur en histoire de l’EHESS, Stanis Perez est coordonnateur de recherche à la Maison des sciences de l’homme Paris-Nord. Chercheur, conférencier et membre de plusieurs sociétés savantes, il participe également au DU d’histoire de la médecine à l’université Paris-Descartes. Il est notamment l’auteur de Histoire des médecins – Artisans et artistes de la santé de l’Antiquité à nos jours, paru chez Perrin en 2015, et de La Santé des dirigeants, chez Nouveau Monde en 2016. Il vient de publier Le Corps du Roi aux éditions Perrin. ///////////////////////////////// - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Apr 16, 2018
Léonard de Vinci: l'humaniste parfait
00:14:44
La Renaissance constitue la première série de nos cours d’Histoire moderne (Collège, programme de 5ème / Lycée, programme de 2nde). Dans cette émission, l’historien Hugues Daussy nous présnet celui qui est considéré comme l'Incarnation parfaite de l'humaniste: Léonard de Vinci (1452-1519). - Qui était Léonard de Vinci? - Pourquoi Léonard est-il l’incarnation parfaite de l’humaniste. - Que peut-on dire de cette passion pour l’anatomie ? - Léonard est connu pour être un grand inventeur. Dans quels domaines son génie s’est-il exprimé ? - Est-il à l’origine de certaines innovations dans le domaine artistique ? - Pourquoi son œuvre la plus célèbre, la Joconde, est-elle emblématique de l’art de la Renaissance ? - Léonard est mort en France. Pourquoi est-il venu y terminer sa vie et a-t-il laissé une empreinte dans le domaine artistique ? Notre professeur d'Histoire: Hugues Daussy est un historien moderniste, spécialisé dans l'histoire politique du protestantisme. Il est actuellement professeur à l'Université de Franche-Comté, membre honoraire de l'Institut de France, président de la Société Henri IV et président de la Société Française d'Etude du Seizième Siècle. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Le parti huguenot. Chronique d'une désillusion (1557-1572) (Genève, Droz, 2014) qui a reçu le prix Chateaubriand 2014. ///////////////////////////////// - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Apr 13, 2018
La Chute de Rome aura bien lieu.
00:28:03
Dans un livre paru il y a plus de trente ans, l’historien allemand Alexander Demandt avait recensé la totalité des théories permettant d’expliquer la chute de l’Empire romain. Il arrivait à un total assez surprenant de 210 hypothèses! Certaines relevaient d’explication sérieuses: le déclin de la ville de Rome, les problèmes économiques ou fiscaux, la corruption politique… autant d’idées qui restent encore au centre des recherches de nombreux historiens. D’autres relevaient davantage de la sociologie: la chute de l’empire s’expliquerait ainsi par l’émancipation des femmes, par le relâchement des mœurs ou encore par l’influence de religions comme le judaïsme ou le christianisme. Enfin, d’autres thèses plus farfelues étaient avancées comme les épidémies, l’abandon des terres ou encore le changement climatique… Avec ces explications multiples, l‘histoire de la chute de Rome nous apparaît ainsi sans fin. Faisant les choux gras des éditeurs, le sujet est d’autant plus prégnant qu’il règne aujourd’hui comme une atmosphère de fin d’époque ou de décadence relayées non seulement dans la presse, la production éditoriale mais aussi dans ces arènes plus passionnées que passionnantes que sont les réseaux sociaux. Aujourd’hui, deux thèses s’affrontent principalement: celle qui se situe dans la lignée de l’historien Henri Irénée Marrou ou plus récemment de Peter Brown, estime qu’il existe une antiquité tardive et que la transition vers le monde médiéval occidental se fit sur le temps long. On la retrouve aussi dernièrement dans le livre de Bertrand Lançon, La Chute de Rome, une Histoire sans Fin (Perrin). L'autre thèse est celle développée récemment par le livre de Michel de Jaeghere, Les derniers jours (Belles Lettres/Perrin Tempus). L’auteur y explique que la chute de Rome est identifiée dans le temps, qu’elle provoqua la fin d’une civilisation, le passage d’un monde à un autre. Il est interrogé par Christophe Dickès. L’invité: Michel de Jaeghere est journaliste, directeur du Figaro Histoire et du Figaro HS. Auteur de plusieurs ouvrages, son oeuvre d’historien se distingue notamment par son travail sur la Chute de Rome: Les derniers jours (Belles Lettres – Tempus). Il a aussi publié La compagnie des Ombres (Belles Lettres), une compilation de ses articles, études et éditoriaux consacrés à l’histoire. ///////////////////////////////// - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/quote
Apr 13, 2018
Le pouvoir au féminin dans la France médiévale.
00:35:57
À la différence de son encombrante rivale, Agnès Sorel, l’épouse de Charles VII, Marie d’Anjou, reste dans l’ombre de l’Histoire. Elle n’est pas la seule. La plupart des souveraines des XIVe et XVe siècles sont tombées dans l’oubli, à l’exception d’Isabeau de Bavière et d’Anne de Bretagne, ancrées dans la mémoire de la « nation France », l’une par le rôle politique qu’elle joua, l’autre par son statut mythifié de dernière duchesse de Bretagne. Or bien avant Catherine ou Marie de Médicis, ces femmes ont joué un rôle essentiel pour la Couronne, non seulement parce qu’elles portaient les destinées de la dynastie, mais encore parce qu’elles incarnaient la majesté royale. Murielle Gaude-Ferragu, invitée de Storiavoce, redonne ici une mémoire à ces reines oubliées et s’interroge sur la véritable nature de leur pouvoir au sein de la cour et du royaume de France. Elle est interrogée par Christophe Dickès. L'invité: Murielle Gaude-Ferragu a consacré sa thèse aux funérailles princières à la fin du Moyen-Âge dans le royaume de France. Elle est aujourd'hui maître de conférence à l'université Paris-13 Sorbonne-Paris-Cité et membre junior de l'Institut universitaire de France. Elle est l'auteur de D'or et de cendres (2005) et de La reine au Moyen-Âge, le pouvoir au féminin (XIVe - XVe siècles) paru chez Tallandier et réédité dans la collection de poche Texto. ///////////////////////////////// - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Apr 10, 2018
Les innovations de la Renaissance
00:17:35
La Renaissance constitue la première série de nos cours d'Histoire moderne (Collège, programme de 5ème / Lycée, programme de 2nde). Au cours de cette émission, l'historien Hugues Daussy décrit les innovations de la Renaissance et répond aux questions suivantes: - On considère que l’art de la Renaissance est très fortement inspiré de l’art antique et qu’il répond au désir de retour aux sources formulé par les humanistes. Mais les artistes sont-ils alors contentés d’imiter les anciens ? 2. Dans le domaine pictural, et notamment dans celui de l’utilisation de la couleur, quelles sont été les principales innovations ? 3. La représentation de l’espace, notamment de l’espace tridimensionnel, ne fut-elle pas également une préoccupation très prégnante pour les artistes de la Renaissance ? 4. Dans la représentation du corps humain, en quoi constate-t-on également une rupture très nette avec l’art médiéval ? 5. Des innovations artistiques sont-elles également liées à l’invention de l’imprimerie ? 6. Et dans le domaine des arts décoratifs, observe-t-on aussi la mise en œuvre de nouvelles techniques artistiques ? 7. On voit constamment apparaître deux foyers distincts dans ce processus d’innovation artistique, l’Italie et les Flandres. Ces deux foyers ont-ils communiqué ? Se sont-ils influencés mutuellement? Notre professeur d'Histoire: Hugues Daussy est un historien moderniste, spécialisé dans l'histoire politique du protestantisme. Il est actuellement professeur à l'Université de Franche-Comté, membre honoraire de l'Institut de France, président de la Société Henri IV et président de la Société Française d'Etude du Seizième Siècle. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Le parti huguenot. Chronique d'une désillusion (1557-1572) (Genève, Droz, 2014) qui a reçu le prix Chateaubriand 2014. ///////////////////////////////// - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Apr 07, 2018
Sparte: l'autre modèle.
00:47:32
A l’évocation de la Grèce archaïque et de la Grèce antique, nous pensons quasi systématiquement à Athènes comme par réflexe. Athènes archétype de la Cité grecque dont l’Acropole légué par l’histoire nous fascine plus que jamais. Storiavoce vous propose de sortir de cette ville mythique, de vous diriger vers le Sud-Ouest, de traverser l’isthme de Corinthe, de laisser sur votre gauche la ville d’Argos qui porte le nom d’un fils de Zeus, de contourner le Mont Parnon afin de vous engager dans une plaine où se trouve la ville de Sparte. Nous avons généralement tendance à faire de cette ville un monde à part, un monde si particulier qu’il a donné à notre langage un adjectif: spartiate. Pourtant ce serait oublié que Sparte « doit être considérée comme une cité grecque de Grecs en Grèce. » Elle nous apparaît ainsi comme un autre modèle parce qu’elle eut à l’époque classique un rayonnement incontestable. Hérodote, Thucydide, Xénophon sont là pour en témoigner mais, aujourd'hui, dans un bel ouvrage paru chez Perrin, l'historien Nicolas Richer évoque son histoire. Il est interrogé par Christophe Dickès. L'invité: Nicolas Richer, agrégé d'histoire, a été maître de conférences à Paris-I (1994-2000) puis professeur à l'université Strasbourg-II (2000-2003). Il enseigne désormais à l'École normale supérieure lettres et sciences humaines de Lyon. Il est l'auteur de nombreux articles sur Sparte et a déjà publié, aux Publications de la Sorbonne, Les Éphores. Études sur l’histoire et sur l’image de Sparte (VIIIe-IIIe siècle avant J.-C.) (1998; La religion des Spartiates (Belles Lettres); Sparte, Cité des arts, des armes et des lois (Perrin). >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Apr 04, 2018
L'inspiration antique de la Renaissance
00:16:43
La Renaissance constitue la première série de nos cours d'Histoire moderne (Collège, programme de 5ème / Lycée, programme de 2nde). Au cours de cette émission, l'historien Hugues Daussy définit la Renaissance et répond aux questions suivantes: - En quoi le mouvement de retour aux sources et de rejet de l’époque médiévale s’applique-t-il au domaine artistique ? - Comment les artistes de la Renaissance reprennent-ils contact avec les formes et les techniques artistiques de l’Antiquité ? - En quoi ces découvertes contribuent-elles à susciter ou à conforter certains thèmes majeurs de la pensée humaniste ? - Quels sont les thèmes artistiques antiques particulièrement remis à l’honneur ? - La littérature et la philosophie antiques jouent-elles également un rôle dans ce renouveau artistique ? - Ce mouvement touche-t-il toute l’Europe de la même manière ? Notre professeur d'Histoire: Hugues Daussy est un historien moderniste, spécialisé dans l'histoire politique du protestantisme. Il est actuellement professeur à l'Université de Franche-Comté, membre honoraire de l'Institut de France, président de la Société Henri IV et président de la Société Française d'Etude du Seizième Siècle. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Le parti huguenot. Chronique d'une désillusion (1557-1572) (Genève, Droz, 2014) qui a reçu le prix Chateaubriand 2014. >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/
Apr 03, 2018
Qu'est_ce que l’Internationalisme?
00:26:27
Au delà de la fameuse Internationale socialiste ou communiste, Olivier Dard (Partis IV-Sorbonne) présente l'histoire d'un concept élargi à des forces politiques et même religieuses: démocratie-chrétienne, libéralisme et même djihadisme... >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - Retrouvez nous sur http://storiavoce.com/ - Notre compte Twitter: https://twitter.com/Storiavoce - Notre page Facebook: https://www.facebook.com/storiavoce/
Mar 29, 2018
Histoire et religions
00:52:52
Qu’est-ce qu’une religion ? Comment peuvent s’articuler la foi et la raison ? Est-ce que la religion est dans l’histoire et notamment dans le récit biblique, source de liberté ou au contraire de soumission? De violence ou bien au contraire de paix ? Rémi Brague est l'invité de Storiavoce.
Mar 21, 2018
Le Vatican et la France depuis 1789
00:49:46
Depuis la Révolution française, l’histoire des relations entre Rome et Paris semble faite de tensions et de déchirures, d’anathèmes et de condamnations mais aussi de considérations réciproques, d’échanges cordiaux et parfois même chaleureux entre les deux partis. Comme si la réconciliation entre la France et le Vatican était une forme de déterminisme historique. Storiavoce vous propose de mieux comprendre cette relation à l’époque contemporaine : depuis la Révolution, quels sont les liens politiques entre la France et Saint-Siège ? Comment les papes considèrent-ils notre pays ? Quelles sont par ailleurs les attaches culturelles entre la Ville lumière et la Ville éternelle? Historien spécialiste du Vatican, Martin Dumont est interrogé par Christophe Dickès.
Mar 13, 2018
Modernité du Moyen-Âge
00:47:48
Considéré comme un âge obscur nourri de violences, il est pourtant très actuel pour celui qui se donne la peine de l’étudier quelque peu. Il réfléchit sur la responsabilité des puissants dans le monde, il évoque la place de l’étranger dans les sociétés, il parle même des changements climatiques ou bien de l’éducation des générations futures. Ainsi, les liens entre notre époque contemporaine et le Moyen-Âge sont bien plus forts qu’on ne le croit. Storiavoce vous propose de découvrir ces permanences et ces liens entre par exemple les Templiers et l’écologie, entre l’amour courtois, le fin amor, et les séries que vous regardez sur Netflix, ou encore entre le développement de l’imprimerie et les tablettes Samsung ou Kindle…. Une émission avec Pauline Guéna, interrogée par Christophe Dickès.
Mar 07, 2018
1789: les derniers jours de Versailles.
00:45:27
Nous croyions tout savoir sur 1789. Dans son livre Les derniers jours de Versailles, Alexandre Maral nous prouve le contraire. Au jour le jour, nous suivons les témoignages des contemporains: acteurs ou observateurs de cette année sans pareille. Il est interrogé par Christophe Dickès.
Feb 27, 2018
1649: quand une rébellion accouche de la modernité.
00:49:32
Comment cent trente quatre ans avant les Etats-Unis et près d’un siècle et demi avant la France, l’Angleterre a t’elle accompli sa double révolution sociale et politique sur fond de conflits religieux et fiscal?Dans cette émission consacrée à la mort du roi Charles Ier Stuart, l'historien Bernard Cottret donne les lignes de force de ce qui est considéré comme l'acte fondateur de la modernité et du régime parlementaire en Europe. Une émission passionnante d'histoire comparée.
Feb 21, 2018
Quand un Italien dirigeait la France
00:52:31
Rarement dans l’histoire de France un étranger aura suscité autant de passions, de fantasmes et d’idées reçues que Jules Mazarin. A la fois personnage de roman chez Alexandre Dumas, cible inévitable des Mémoires de son ennemi intime, le cardinal de Retz, et surtout bouc émissaire d’une Fronde et des fameuses Mazarinades. Pourtant, Mazarin n’était pas le premier Italien dans l’entourage du souverain : de Henri II à Louis XIII, tous les rois ont eu soit une épouse italienne, soit un mère italienne. Même si des caricatures ont dominé les siècles, les historiens, de leur côté, ont réhabilité l’homme d’Etat, le diplomate au service du roi mais aussi le grand mécène. On en oublierait presque que Mazarin fut avant tout italien. Ce que montre Olivier Poncet de l'Ecole des Chartes dans cette émission pendant laquelle il est interrogé par Christophe Dickès.
Feb 14, 2018
A quoi sert l'Histoire?
00:26:14
A quoi sert donc l’histoire ? Est-elle une simple matière à apprendre par cœur sur les bancs de l'école? Est-elle maîtresse de vie et de vérité comme l'affirmait Cicéron? Que nous apporte t’elle à nous qui souhaitons comprendre les causes et les conséquences des événements de notre passé ? Des questions qui, en dépit de leur simplicité, ne semblent pas moins essentielles. Interrogé par Christophe Dickès, Michel de Jaeghere y répond à travers un voyage formidable dans l'histoire antique.
Feb 05, 2018
Ce qu'était l'école avant Jules Ferry
00:50:41
Dans la Grèce antique, le mot Scholè désignait le temps disponible et les loisirs. Le temps qui permettait à l’homme de la Cité de ne plus être absorbé par les travaux serviles. Il s’agissait donc du temps de la Culture. Le mot grec Scholè a donné le mot école qui vient donc de la civilisation grecque. Contrairement aux idées reçues, l'école gratuite, pour tous et obligatoire ne date pas de Jules Ferry et de la fin du XIXe siècle. La mise en place de l'institution scolaire en France a été progressive, ce qui nous porte vers de nombreuses interrogations: quand apparaît-elle sur notre territoire? L’école était-elle réservée à une élite ? Qui payait l'école et qui étaient ses maîtres ? Quel a été la place de l'Etat dans l'enseignement et l'école a t'elle vécu des mutations à travers les siècles? Autant de questions auxquelles Virginie Subias Konofal répond dans son livre Histoire incorrecte de l'école, de l'Ancien Régime à aujourd'hui (Editions du Rocher). Elle est interrogée par Christophe Dickès.
Jan 31, 2018
Qu'est-ce que le conservatisme?
00:24:51
Comment définir le conservatisme? Existe-t-il une définition simple du terme ou s'agit-il d'une réalité polymorphe ? Ne faudrait-il pas parler plutôt des conservatismes ? Dans cette émission, Olivier Dard (Paris IV) décrit les origines d'un courant politique aux multiples acteurs et facettes. Il est interrogé par Christophe Dickès.
Jan 24, 2018
Les femmes et le christianisme
00:19:50
Depuis le XIXe siècle, les relations entre le christianisme et les femmes ont alimenté de nombreuses idées reçues et autant de questions: l'Eglise a t'elle estimé que les femmes n'avaient pas d'âme? Le droit de cuissage permettait-il au Seigneur de profiter des jeunes mariées? Les femmes devaient-elles être soumises à leur mari comme l'écrivait saint Paul? Dans son dernier numéro, la revue Codex, partenaire de Storiavoce, nous fait découvrir la révolution chrétienne qui a su donner sa place à la femme dans la société jusqu'à être à l'origine du féminisme.
Jan 22, 2018
Vie & Mort des Maréchaux de France au XVIIIe siècle
00:44:50
Dans la France des Lumières, être Maréchal constitue la dignité la plus importante de la hiérarchie militaire. Mais comment étaient ces hommes dans l’intime face à la mort ? Comment ces gens de guerre, le plus souvent riches, réglaient leurs affaires privées ? Que léguaient-ils à la postérité ? Comment ces nobles, en dépit de leur trépas, souhaitaient marquer l’histoire de France en faisant en sorte que leur souvenir se perpétue? Auteur de Servir le roi: vie et mort des maréchaux au XVIIIe siècle (Vendémiaire), Simon Surreaux répond à toutes ces questions. Il est interrogé par Christophe Dickès.
Jan 15, 2018
Qu'est-ce que le totalitarisme?
00:20:18
Comment définir le totalitarisme? Quand apparaît-il et où? Quelles sont ses caractéristiques? Quels ont été ses grands acteurs? Existe t'il un lien entre le génocide des races et le génocide des classes? Peut-on parler aujourd'hui d'un islamisme totalitaire? Stéphane Courtois, interrogé par Christophe Dickès, répond à toutes ces questions au cours de cette nouvelle édition des "Cours d'Histoire" de Storiavoce.
Jan 10, 2018
Théodose, le dernier des grands
00:23:08
Théodose, qui régna de 379 à 395, présente la particularité d'être le premier empereur romain baptisé dans le catholicisme. La postérité a surtout retenu de lui qu'il prohiba le paganisme et les hérésies, instaura le christianisme catholique comme seule religion autorisée (avec le judaïsme), et fit pénitence en 390 devant Ambroise, l'évêque de Milan, à cause d'un massacre qu'il avait laissé se perpétrer à Thessalonique. La réalité est plus nuancée... Ce cours d'Histoire est donné par Bertrand Lançon. Il est interrogé par Christophe Dickès.
Jan 04, 2018
Ce que l'Europe doit à la Grèce et à Byzance
00:44:41
toriavoce vous propose de comprendre comment la culture grecque est passée dans le monde européen. Quels ont été les éléments culturels transmis ? Quel rôle a joué l’empire byzantin comme vecteur de cette transmission ? Quels furent les routes, les intermédiaires, les supports de cet univers qui fonde notre humanisme et, disons-le, notre civilisation ? Une émission avec l'historien Sylvain Gouguenheim, interrogé par Christophe Dickès.
Dec 27, 2017
Le Moyen-Âge: au delà des idées reçues
00:46:01
En 1834, Jean-Antoine Letronne, professeur au Collège de France et futur directeur de l’Ecole des Chartes, publia un article dans La Revue des Deux mondes au titre caractéristique : « Des opinions cosmographiques des pères de l’Eglises rapprochées des doctrines philosophiques de la Grèce ». Dans cet article, l’auteur opposait les «fantasmes religieux du Moyen-Âge » à l’âge de la raison, l'ère des Lumières. C’est très exactement de cet article qu’il faut dater l’image d’un Moyen-Âge obscurantiste: le Moyen-Âge et ses donjons noirs, avec ses paysans travaillant sous le joug sans pitié des seigneurs, ses croisades préfiguration de la colonisation moderne, ce Moyen-Âge qui pensait que la terre était plate et que les femmes ne possédaient pas d’âmes. Une époque enfin où régnaient l’inquisition et donc l’interdiction de penser… Même si, depuis, la recherche a évolué sur toutes ces questions, certaines idées ont la vie dure. Dans les conversations, afin d’exprimer le retour à un âge sombre fait de violence et de bêtise, on parle ainsi de « retour au Moyen-âge ». Par ailleurs, encore récemment, un courant historiographique idéologique a souhaité faire de l'histoire de la nation France une sorte d'abstraction, née non pas aux XIIIe ou XIVe siècle mais au XIXe siècle, comme si les travaux des grands historiens comme Karl Ferdinand Werner ou Philippe Contamine n'avaient aucune valeur. Avec l'historien Nicolas Weill-Parot, Storiavoce vous propose de découvrir un autre Moyen-âge, au delà des mythes et des représentations idéologiques. Il est interrogé par Christophe Dickès.
Dec 22, 2017
La chute de Rome n'aura pas lieu
00:44:19
Aujourd’hui, deux thèses sur la chute de Rome s'affrontent : celle récemment et brillamment exposée par le livre de Michel de Jaeghere, Les derniers jours (Belles Lettres/Perrin Tempus). L'auteur y explique que la chute de Rome est identifiée dans le temps, qu'elle provoqua la fin d'une civilisation, le passage d'un monde à un autre. D'autres, dans la lignée de l'historien Henri Irénée Marrou, estiment au contraire qu'il existe une antiquité tardive et que la transition vers le monde médiéval occidental se fit sur le temps long. En vue d'alimenter ce débat, Storiavoce reçoit un historien en faveur de cette dernière thèse, Bertrand Lançon, auteur de La Chute de Rome, une Histoire sans Fin (Perrin)..
Dec 14, 2017
Lénine avant Lénine: qui était Vladimir Oulianov?
00:48:52
Depuis l’année 2005, la journée du 25 octobre, anniversaire de la révolution bolchevique, n’est plus un jour férié en Russie. Il a été remplacé par la fête de l’Unité de la Nation qui fait écho à un fait militaire du XVIIe siècle, la victoire en 1612 de Kouzma Minime et de Dmitri Pojarski sur les troupes polonaises, une victoire qui fut le prélude de l’accession au pouvoir de la dynastie des Romanov. En remplaçant la référence à la révolution bolchevique par ce fait militaire, Vladimir Poutine déclarait à l’époque : « Celui qui ne regrette pas la disparition de l’URSS n’a pas de cœur, et celui qui réclame son retour n’a pas de tête. » Néanmoins, même si la Russie renvoie aux historiens la charge de traiter de la révolution d’Octobre, cent ans après les événements, le fondateur du communisme soviétique Lénine reste une sorte de mythe qu’il faudrait séparer de la figure bien évidemment accablante de Staline. Storiavoce vous propose de comprendre aujourd’hui ce que, au contraire, le totalitarisme soviétique doit à Lénine. Pour se faire, cette émission va s’attacher à évoquer non pas l’accession au pouvoir de l’homme qui a bouleversé le monde pendant près de 75 ans, mais à son parcours : "Vladimir Oulianov avant Lénine". Une émission avec Stéphane Courtois interrogé par Christophe Dickès.
Dec 06, 2017
De l'orgie et des sangliers à l'époque romaine
00:45:19
Dans cette émission, Storiavoce vous propose de casser un des plus gros mythes de notre histoire : celui de l’orgie romaine. Avec l'historien Dimitri Tilloi d'Ambrosi, nous allons voir que les Romains avaient certes de l’appétit, qu’ils aimaient les bonnes et les belles choses, mais que la cuisine était un art tout comme elle est aussi à autre époque. Un marqueur social aussi, un élément de la culture assurément, un révélateur enfin: celui d'une économie méditerranéenne d’une richesse formidable. Nous ferons aussi un aparté dans le monde gaulois afin de savoir si, comme Obélix, les Gaulois chassaient le sanglier. Dimitri Tilloi d'Ambrosi est interrogé par Christophe Dickès.
Nov 30, 2017
Là où notre histoire s'est construite....
00:24:36
"Si la France peut se définir par des valeurs, s'illustrer par des hauts-faits, elle s'incarne également dans des lieux qui, dans la suite des temps, forment autant de jalons significatifs." Dans leur introduction aux Lieux de l'Histoire de France, les historiens Michel Winock et Olivier Wierviorka nous rappellent que notre compréhension de notre passé et de notre identité sont indissociables des lieux historiques. Dans un ouvrage qu'ils co-dirigent et intitulé Les Lieux de l'Histoire de France, trente-quatre historiens et spécialistes présentent ces "hauts lieux, tous théâtres et témoins d'un moment précis du passé, qu'ils incarnent dans une forme de quintessence." D'Alésia au Sacré-Cœur de Paris, de Reims au Stade de Colombes, de Cluny à l'Arc de Triomphe ou encore du Pont du Gard à la Promenade des Anglais... Tous ces lieux incarnent le pouvoir ou la guerre, la culture ou la religion. Déjà invité pour nous faire un "Cours d'Histoire" consacré au mythes, Olivier Wierviorka nous présente ici les lieux de notre Histoire. Il est interrogé par Christophe Dickès.
Nov 21, 2017
Les mythes de la Seconde Guerre mondiale
00:29:04
Les mythes font partie de l'histoire et de la mémoire des hommes. Comment définir ces mythes et comment se construisent-ils? Qui les alimentent? Peut-on les considérer comme le révélateur de l'échec des historiens dans la transmission au grand public des fruits de leurs travaux? A travers l'exemple de la Seconde Guerre mondiale, Olivier Wierviorka interrogé par Christophe Dickès, présentent des idées qui ont la vie dure à partir de deux volumes parus aux éditions Perrin et co-dirigés avec Jean Lopez: La défaite de 1940 était inéluctable; Pearl Harbor est une victoire japonaise; L'armée italienne était mauvaise; Les Allemands n'ont pas pris Moscou à cause de l'hiver; Yalta a partagé le monde; etc. Plus de trente historiens, spécialistes de la période, décortiquent toutes ces idées reçues à la loupe. Ce "cours d'histoire" rappelle que des moments de notre passé sont des champs de bataille où se sont affrontés propagande et lectures partisanes, plaidoyers pro domo et Mémoires en défense.
Nov 16, 2017
Vergennes ou la gloire de Louis XVI
00:47:46
Paru en langue anglaise en 1994, le livre Diplomatie de l’ancien secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger fait figure de classique de la pensée politique étrangère et des relations internationales. Après des décennies de domination de l’histoire sociale, l’auteur réhabilitait les champs politiques en donnant une place primordiale aux grandes figures de notre histoire et à leur vision du monde : de Richelieu à Bismarck, de Roosevelt à Reagan, de Napoléon III à Gustav Stresemann… Kissinger défendait dans son livre une approche réaliste de la politique étrangère qui s’appuie à la fois sur la raison d’Etat mais aussi sur ce qui est appelé communément la Realpolitik. Dans cette approche, la place de l’histoire est évidemment essentielle : l’histoire éclaire le présent et permet de mieux comprendre les possibilités de l’avenir. La politique est l’art du possible. Histoire et temps présent sont entremêlés : charge au responsable de déceler et de comprendre son époque afin d’anticiper le monde de demain. Pourtant il y a un grand absent dans le livre de Kissinger. En effet, dans cet ouvrage de plus de 860 pages, nous ne trouvons guère le nom de l’ancien ministre de Louis XVI, Charles Gravier comte de Vergennes. Or, n’est-ce pas Vergennes qui fut secrétaire d’Etats aux Affaires étrangères au moment de la guerre d’indépendance américaine ? N’est-ce pas aussi le nom de Vergennes qui est associé au Traité de Versailles qui, en 1783, consacre l’affaiblissement de l’Angleterre et de la Royal Navy ? Enfin, le temps de Vergennes ne correspond t’il pas à l’apogée de la puissance française en Europe ? Storiavoce vous propose de comprendre ce ministre méconnu dont le rôle dans l’histoire de France mais aussi dans l’histoire de la pensée politique et des conceptions des relations internationales, fut essentiel. Christophe Dickès reçoit au micro de Storiavoce Berand de Montferrand qui lui a consacré une biographie parue chez Tallandier.
Nov 07, 2017
Réhabiliter Charles VII
00:46:31
Professeur émérite à Paris IV Sorbonne et membre de l'Institut, le médiéviste Philippe Contamine offre à son public une biographie magistrale d'un des rois les plus énigmatiques. Charles VII eut à répondre à au moins trois défis : se faire obéir, construire sa légitimité, l'emporter militairement. Dieu, Jeanne d'Arc, le beau Dunois et Jacques Coeur contribuèrent sans doute à les relever. Mais Charles, l'un des premiers rois dont il est possible de connaître et d'apprécier la personnalité, n'était pas le prince falot parfois décrit et décrié, se laissant porter par le hasard et par son entourage. Taiseux, obstiné, passablement instruit, il sut mener la nef royale sur une mer démontée. En près de quarante années de règne (1422-1461), il s'adapta aux circonstances, tira parti des conflits entre les princes, s'appuya sur ses « bonnes villes » et aussi sur la papauté, créa des institutions administratives et militaires efficaces. Innovation appelée à une longue postérité, l'apparition publique d'une favorite royale, sous les traits avenants d'Agnès Sorel. Avec Charles VII émerge aussi une forme de sentiment « national ». La biographie conçue par Philippe Contamine est résolument politique, au sens que revêt ce mot précisément à cette époque. Sont ici mis en lumière les pratiques du pouvoir, les mécanismes de son fonctionnement, sa conception et ses représentations. Philippe Contamine est interrogé par Christophe Dickès.
Oct 26, 2017
Quand l'Histoire passe à table.
00:41:23
Mais que pouvait bien manger Jésus, Marie-Antoinette, Napoléon ou Churchill? Dans sa collection "Biographies gourmandes" dirigée par l'historienne Marion Godfroy, les éditions Payot nous ouvrent un univers qui répond à des centaines de questions autour de l'alimentation, des repas et de la nourriture en général. La table est en effet le reflet des civilisations, des usages et des coutumes, d'un art de vivre aussi. Selon les époques, elle est indissociable du religieux comme du politique. La nourriture est par exemple centrale dans la Bible et dans l'histoire de Jésus qui n'a rien du prédicateur austère, même s'il pratique le jeûne dans le désert. Quant à Napoléon, on dit qu'il ne mangeait rien ou quasiment rien... C’est oublier les matelotes à la Kleber, l’aloyau à la Montebello, le saumon à l’impériale, et le potage à la Cambacérès. Napoléon Bonaparte, en fin aristocrate, se devait de construire une « Maison » dans ces troubles années post révolutionnaires. De cette souveraineté neuve, il entendait bien mettre la marque partout et faire de sa table, aussi, un enjeu impérial… Et que dire de l'hédoniste Churchill dont la table surpassait celle de son allié américain ou soviétique! Interrogée par Christophe Dickès, l'historienne Marion Godfroy nous décrit un univers méconnu mais qui éclaire d'un jour nouveau la compréhension de l'histoire des sociétés politiques et religieuses.
Oct 25, 2017
Marie-Louise, une jeunesse impériale
00:47:40
Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine est la victime d’une légende noire. Née en 1791, elle n’a pas vingt ans quand elle quitte l’Autriche afin de devenir la seconde épouse de l’empereur des Français, Napoléon Ier. Elle devient ainsi le symbole de la paix fragile entre les deux pays (Traité de Schönbrunn). Après avoir tant redouté cette union, elle se met à aimer cet homme qui sait se laisser aller à l’idéal d’une vie bourgeoise. Le 20 mars 1811, elle met au monde un fils, l’aiglon Napoléon II (1815-1832) dans des conditions difficiles. Fidèle, elle soutient Napoléon et fait son possible afin de l’aider dans ses relations avec l’Autriche. mais en 1814, elle refuse de le rejoindre sur l’île d’Elbe. C’est de ce refus que naît sa légende noire. Dans un portrait nuancé, s’appuyant sur des archives indéites, l’historien Charles-Eloi Vial nous présnete une autre femme, bien éloignée des caricatures dont elle a pu souffrir. Une princesse cultivée qui, au fil des années, apprend les obligations de sa charge avec dévouement, intelligence et application. Ce qui lui permettra de jouer un rôle européen en tant que Duchesse de Parme pendant près de trois décennies. Au fil des pages, nous découvrons ainsi un destin hors du commun et une personnalité ignorée, révélée par un historien qui s’impose comme une des meilleures plumes de sa génération. Un entretien avec Christophe Dickès.
Oct 17, 2017
Luther, un moine contre les papes - Codex #5
00:19:36
Partenaire de Storiavoce, la revue Codex #5 présentée ici par sa rédactrice en chef, Priscille de Lassus, est consacrée à Luther, du moine modèle au théologien rebelle. Par ailleurs, Codex propose un cahier pédagogique consacré à l'Europe des Lumières et un entretien avec Michel Zink sur l'art d'aimer au Moyen-Âge. Priscille de Lassus est interrogée par Christophe Dickès.
Oct 09, 2017
L'Eglise doit-elle avoir peur de son Histoire?
00:45:44
Dans les débats publics autour du catholicisme ou de l’histoire de l’Eglise, reviennent toujours telle une litanie des affirmations à charge sur les croisades, les guerres de religion, l’antisémitisme ou encore l’inquisition. L’Eglise, institution du passé, obscurantiste et passéiste, est accusée d’avoir soutenu la violence, d'avoir fait dresser des bûchers, de s’être opposé à l’intelligence, d’avoir rejeté la raison et les progrès de la science… Storiavoce vous propose de relire l’histoire du catholicisme non pas avec les lunettes idéologiques du XIXe siècle mais avec un regard dépassionné sur les grandes polémiques. L'Eglise doit-elle avoir peur de son Histoire ou l'Eglise au risque de l'Histoire? Une émission avec le médiéviste Olivier Hanne interrogé par Christophe Dickès.
Sep 25, 2017
Trois historiens: Jerphagnon, Sévillia, Winock.
00:12:37
Au cours de cette émission, notre chroniqueur Julien Leclercq analyse trois manières de faire de l'histoire: celle d’un universitaire, Michel Winock, qui vient de publier la France Républicaine (Robert Laffont, collection Bouquins); celle d’un journaliste, Jean Sévillia, dont l'oeuvre a contribué à réhabiliter une histoire culturelle de droite décomplexée (Écrits historique de combat, Perrin) ; et celle d’un philosophe, Lucien Jerphagnon, dont les écrits spirituels (L'au delà de tout) viennent compléter toujours chez Robert Laffont les écrits consacrés à l'antiquité (Les Armes et les Mots). Un entretien avec Christophe Dickès.
Sep 21, 2017
Philippe Séguin, le remords de la droite.
00:49:10
Le 7 janvier 2010, au petit matin, Philippe Séguin disparaissait à la suite d’une crise cardiaque. Étonnamment, une immense émotion s’empara aussitôt de la classe politique et de la presse. Un an plus tard, au cours d’un colloque consacré à son père, sa fille évoque l’intensité inattendue de l’émotion par la force de conviction, le refus des compromissions, le respect de l’Etat et des Institutions qui étaient la marque de son père. Plus frappant encore, le quotidien Le Monde qui ne l’avait jamais épargné parla à son endroit de « passion » : « Passion est le mot qui résume le mieux sa vie. Passion pour l’Etat et la vie publique, dans tous les mandats et les diverses hautes fonctions qui échurent à cet homme resté gaullien quand son parti avait cessé depuis longtemps d’être gaulliste. » Dans cette émission, Arnaud Teyssier, interrogé par Christophe Dickès, nous présente cette figure de la politique française et de la Ve république.
Sep 18, 2017
La Guerre des Russes blancs 1917-1920
00:52:04
Dans le cadre du centenaire de 1917, Storiavoce vous propose une émission sur un aspect méconnu de la Révolution russe: la Guerre des Russes blancs. Comment les Blancs ont-ils pu perdre une guerre dont il s'était vu tant de fois les vainqueurs?
Sep 11, 2017
Les Confessions de Saint Augustin
00:26:51
Saviez-vous que Les Confessions de saint Augustin furent la première autobiographie de l'histoire de la littérature? Dans le cadre de son partenariat avec Storiavoce, la revue Codex présente ce classique de la pensée religieuse et de la pensée occidentale, qui est aussi un document exceptionnel pour tous les historiens qui travaillent sur l'empire romain. Une émission présentée par Priscille de Lassus avec Dominique Salin.
Aug 28, 2017
De Flavius Josèphe à Michel Onfray: réalité du Christianisme.
00:56:45
Professeur d’histoire du christianisme antique à Paris IV Sorbonne, spécialiste de saint Augustin et auteur de nombreux ouvrages, Jean-Marie Salamito évoque l'édition de textes intitulée sobrement « Premiers écrits chrétiens » dans la prestigieuse collection de La Pléiade. Un travail réalisé donc avec Bernard Pouderon et Vincent Zarini. Salamito répond aussi au livre de Michel Onfray, Décadence dans un essai intitulé Michel Onfray, au pays des mythes paru chez Salvator.
Aug 08, 2017
Codex #04: les grandes heures de l'Action française
00:28:13
Partenaire de Storiavoce, la revue Codex #4 présentée ici par sa rédactrice en chef, Priscille de Lassus, est consacrée à l'Action française et tout particulièrement à la condamnation du mouvement par les autorités romaines en 1926 jusqu'à la réhabilitation du mouvement sous le pontificat de Pie XII en 1939.
Jul 02, 2017
Alcuin et la Renaissance carolingienne
00:19:27
Savant et théologien, poète mais aussi diplomate et conseiller de Charlemagne, Alcuin (v. 730 - 804) fait partie de ces quelques esprits qui dominent leur siècle par leur pensée mais aussi par leurs actions. Alcuin est en effet l'artisan d'un des plus vastes mouvements intellectuels de l'histoire européenne: la renaissance carolingienne qui a voulu faire de la cour de Charlemagne « une Athènes plus belle que l’ancienne car ennoblie par l’enseignement du Christ. » Les "Cours d'histoire" de Storiavoce vous proposent de découvrir ce personnage méconnu de et pourtant essentiel puisqu'il fut à l’origine de la fameuse décision de l'empereur de créer des écoles. Biographe de Charlemagne (Bernard Giovanangeli éditeur), le médiéviste Olivier Hanne nous présente Alcuin, la grande réforme intellectuelle et culturel dont il fut à l'origine, le rôle des religieux, le cursus des études de l'époque mais aussi les limites de cette renaissance. Il est interrogé par Christophe Dickès.
Jun 24, 2017
Charles Quint ou la fin des temps.
00:40:51
Le grand historien Denis Crouzet nous offre un portrait psychologique de Charles Quint d'une intelligence et d'une précision rares. Une réflexion sur un homme au carrefour de l'histoire européenne alors que le protestantisme divise le continent.
Jun 17, 2017
Poincaré: le monarque sans couronne
00:45:45
Il avait l’obsession de l’excellence ce qui ne l’empêchait pas, dans le monde politique, d’être un homme d’une probité exemplaire, voire quelque peu ostentatoire. Il a été ministre à quatre reprises puis président du Conseil sous la IIIe République –l’équivalent de notre Premier Ministre, enfin il a été élu président de la République… Rappelé ensuite par deux fois à la tête du gouvernement après cette présidence, il fut, selon l’expression de Pierre Miquel «un monarque sans couronne dont personne n’égalait le prestige. » Quant à De Gaulle, il se moqua de lui en le qualifiant de « commis de premier ordre »… Et pourtant cet homme, par son abnégation, sut sauver la Troisième République en appelant Clemenceau, son ennemi intime, au pouvoir. Qui fut Raymond Poincaré, le sauveur du Franc ? C'est la question à laquelle répond Georges Valance, auteur d'une biographie sur le personnage. Un entretien avec Christophe Dickès.
Jun 10, 2017
Germanicus, l'espérance et la mort
00:48:52
Que se serait-il passé si Caius Julius Caesar dit Germanicus n’avait pas été emporté par la maladie à l’âge de 34 ans ? Aurait-il remplacé tous les hommes de sa dynastie dont le sort fut partagé entre l’assassinat et le suicide ? Ce prince idéal dont on sait peu de choses, semble avoir été adulé par ses contemporains. Suétone écrit de lui : « On sait que Germanicus réunissait, à un degré que n'atteignit jamais personne, tous les avantages du corps et les qualités de l'esprit, une beauté et une valeur singulières, une profonde érudition et une haute éloquence dans les lettres grecques et les lettres latines, une bonté d'âme admirable, le plus grand désir de se concilier et de mériter l'affection de ses semblables, et le plus merveilleux talent pour y réussir. » Un général peut-être idéalisé à l’extrême, que Storiavoce vous propose de découvrir avec l’historien Yann Rivière. Un entretien de Christophe Dickès.
Jun 01, 2017
Les Etats-Unis dans la Grande Guerre
00:43:56
Les Etats-Unis n’échappent pas à l’idée que le XXe siècle est bien né pendant la Grande Guerre. En effet, le 6 avril 1917, le président Wilson signe la déclaration de guerre contre l’Allemagne et rejoint les pays de l’Entente. Storiavoce vous propose de traverser l’Atlantique et de comprendre les grandes étapes qui ont mené à l’intervention américaine jusqu’à la fameuse paix de 1919. Un entretien avec l’historienne Hélène Harter par Christophe Dickès.
May 23, 2017
Erasme, le prince des Humanistes
00:20:11
En partenariat avec la revue Codex, Storiavoce vous propose de découvrir un personnage majeur de notre histoire culturelle mais aussi un être de chair et de sang avec l'historienne Marie Barral-Baron interrogée par Priscille de Lassus. Une émission pédagogique tout particulièrement destinée aux classes de cinquième et de seconde.
May 13, 2017
La vie quotidienne des femmes à Rome.
00:47:25
Quelle était la place des femmes dans la société romaine? Répondre à cette question, c'est avant tout comprendre les grands mythes politiques fondateurs (Romulus et Rémus, Les Sabines, etc.) auxquels les femmes ont été étroitement associés. On retrouve dans ces mythes "les qualités personnelles que les Romains espéraient retrouver chez les femmes [et qui] achevaient de créer un idéal féminin, un carcan social qui les enfermait dans la sphère privée." La religion était aussi liée à la féminité "en créant une morale à la fois profane et sacrée". Dans la continuité de son oeuvre, Virginie Girod nous décrit par ailleurs la place des femmes dans le quotidien des Romains: ses loisirs et ses fréquentations, ses tenues et ses coiffures, la façon dont elles prenaient soin de leur corps. Elle est interrogée par Christophe Dickès.
May 08, 2017
L'ennemi juré de Napoléon: Pozzo di Borgo
00:43:36
Il était l’adversaire mythique de Napoléon et en même temps son cousin pauvre… Celui que Bonaparte défie dans le fameux film d’Abel Gance, au terme d’une folle poursuite à cheval. Lamartine disait de lui qu’ « il était doué de l’extérieur le plus noble, de l’élocution la plus pénétrante et la plus passionnée, des manières les plus simples et les plus élégantes, militaire, diplomate, publiciste , homme de plaisirs et d’affaire tout à la fois […] un de ces hommes dont le mérite et le charme éclatent aux yeux dès le premier regard. » De son côté Adolphe Thiers, estimait que « Dieu lui avait accordé une sorte de génie aussi admirable que celui des batailles… le génie de la politique. » Cet homme s’appelle Pozzo di Borgo. Avec une forme de détachement, il disait de lui-même : « Moi comme bien d ‘autres, nous serons des planètes secondaires, autour du grand soleil [Napoléon] ». Mais il ajoutait immédiatement après : « Soit qu’il ait vivifé ou brûlé tout le monde. » Storiavoce vous propose de partir à la découverte de ce personnage fascinant qui courra l’Europe de Paris à Saint-Saint-Pétersbourg, de Vienne à Londres avec l'historien Michel Vergé-Franceschi, interviewé par Christophe Dickès.
May 01, 2017
L'esprit de la Ve République.
00:47:49
Après avoir apporté une réflexion sur l’identité de la Gauche puis de la Droite à l’époque contemporaine, Storiavoce se penche sur la Ve République. Non pas tant sur les jalons de son histoire, la manière dont le régime a accompagné les mutations sociales, mais sur la science politique, dans le sens classique et noble du terme : se pencher sur la Ve République c’est d’abord en comprendre ses ressorts essentiels définis par le Général de Gaulle en un temps de crise profonde ; c’est en saisir ses mutations au fil des successions de 1958 à nos jours; c’est enfin esquisser les difficultés actuelles du régime alors que nous sommes entre les deux tours de l’élection présidentielle 2017. Pour répondre à ces objectifs, Christophe Dickès interroge Philippe Raynaud, auteur du livre L'esprit de la Ve république (Perrin).
Apr 24, 2017
Femmes dans l'Histoire
00:14:31
Pour cette quatrième édition des chroniques de Julien de Rubempré du Nouveau Cénacle, le journaliste nous présente une réflexion sur la place des femmes dans l'histoire à travers trois ouvrages: Diane de Poitiers de Didier le Fur (Perrin), Marthe de Béthanie, le pouvoir de l'Amour de Olivier Joachim (Artège) et Les Grands hommes et leur mère de Sabine Melchior-Bonnet (Odile Jacob).
Apr 18, 2017
Patrice Gueniffey et les héros français
00:50:23
Au XIXe siècle, Joseph de Maistre, qui aimait la France, écrivait sur nous les mots suivants : « Le caractère français n’est pas susceptible d’une marche uniforme et continue. Cette obstination imperturbable avec laquelle l’Anglais ou l’Allemand marchent à leur but, sans tomber ni se détourner, n’est pas à l’usage des Français. Chez eux, c’est-à-dire chez nous Français, l’abattement succède à l’enthousiasme et les bévues aux grands coups politiques. Le vaisseau de l’Etat, ne vogue pas sur une mer tranquille : il est tantôt aux nues et tantôt dans l’abîme. De là ces hauts et ces bas, ces alternatives de gloire et d’humiliations si communes dans l’Histoire de France. » De Maistre aurait pu ajouter à ces mots l’idée que, parce que nous aimons vivre sur une mer agitée, il nous est nécessaire parfois d’avoir recours à ces personnages qui, dans notre histoire, sont des sauveurs. Ces héros qui, pendant des décennies peuplaient les pages de nos manuels scolaire et que l’on est bien en peine de retrouver aujourd’hui… De Vercingétorix à Jeanne d’Arc, de Du Guesclin à François Ier… Mais surtout Louis XIV qui, avec Napoléon et le général de Gaulle, semblent tous les dominer. Pourquoi cela sinon parce que notre pays n’est ni plus ni moins, avec l’Angleterre, qu’un Etat nation depuis bien longtemps et que ces trois hommes, en leurs temps, surent incarnent à la fois l’un et l’autre, l’Etat et la nation. Avec Patrice Gueniffey, Storiavoce vous propose de partir à la découverte de deux d’entre eux : Napoléon et De Gaulle. Et à travers eux, de mieux comprendre ce concept si Français du sauveur. Une émission présentée par Christophe Dickès.
Apr 12, 2017
Codex #3 Jésus: ce que savent les historiens.
00:24:53
Partenaire de Storiavoce, la revue Codex #3 présentée ici par sa rédactrice en chef, Priscille de Lassus, est consacrée à l'historicité du Christ à travers un dossier complet sur la passion: le rôle de Ponce Pilate, l'archéologie de l'événement, la place des autorités juives... Par ailleurs, alors que Michel Onfray conteste l’existence de Jésus dans son dernier livre Décadence, cinq historiens l'ont lu et lui répondent.
Apr 03, 2017
La Vendée 1793-1794 au risque du Droit
00:51:38
éritable sujet d’histoire après avoir été trop longtemps laissé à la mémoire, les guerres de Vendée sont largement étudiées depuis une trentaine d’année. Mais qu’en est-il exactement du dossier juridique ? En somme, comment peut-on qualifier les événements qui ont eu lieu à cette époque dans l’ouest de la France ? S’agissait-il d’une guerre civile ? Peut-on parler de crime de guerre ou bien même de crime contre l’humanité voire de génocide comme l’affirme l'historien Reynald Seycher ? En somme, si demain de tels faits avaient lieu, comment seraient-ils qualifiés au regard du droit pénal international ? Autant de questions auxquelles Jacques Villemain, auteur de La Vendée, 1793-1794 (Editions du Cerf), répond.
Mar 27, 2017
Qu'il me tue, pourvu qu'il règne!
00:49:50
L'historienne Virginie Girod dessine un portrait d'Agrippine qui reste dans l'histoire comme la mère de l'empereur fou, le jeune Néron. Celle qui aurait dit: "Qu'il me tue, pourvu qu'il règne!". Une approche historique, bien éloignée des nombreux mythes qui l'entourent. Elle est interrogée par Christophe Dickès
Mar 20, 2017
De quoi la fille aînée de l'Eglise est-elle le nom?
00:36:14
Storiavoce vous propose de répondre à une question assez simple pour qui aime l’histoire de France : De quoi la fille aînée de l’Eglise est-elle le nom ? Est-ce une construction romantique du XIXe siècle, en réaction à l’anticléricalisme des révolutions ? Est-ce au contraire une réalité historique ? Peut-on ainsi poser des jalons dans l’histoire appuyant l’idée d’une permanence religieuse de la France? Auteur de Ainsi Dieu choisit la France, l'historien Camille Pascal répond aux questions de Christophe Dickès.
Mar 13, 2017
L'ambassadeur et le dictateur
00:18:22
Classique de l'histoire diplomatique, Les Souvenirs d'une ambassade à Berlin (1931-1938) d'André François-Poncet sont rééditées par les éditions Perrin. L'émission Nos Mémoires a invité Jean-Paul Bled qui a enrichi ce grand texte d'une présentation et d'un appareil critique inédits afin de rendre sa lecture accessible au profane.
Mar 08, 2017
Les grands procès du XXe siècle.
00:42:14
Stéphanie de Saint Marc a compilé les minutes des procès les plus marquants du XXe siècle (Collection Bouquin, Robert Laffont). L'émission Nos mémoires présente cet ouvrage majeur à la croisée de l'histoire (Grande Guerre, Entre Deux Guerres, Deuxième Guerre mondiale, Guerre d'Algérie) et du droit.
Mar 02, 2017
Splendeurs et misères de Rome
00:26:16
Pour cette troisième édition des chroniques de Julien de Rubempré, le journaliste nous présente une réflexion sur la Rome antique à travers trois ouvrages: Les derniers jours (Belles Lettres, Tempus) de Michel de Jaeghere, SPQR de Mary Beard (Perrin) et Spartacus (Tallandier, Texto) de Yann Le Bohec. A la suite de cette chronique, Christophe Dickès évoque deux ouvrages d'actualité sur le pape François: Ce pape qui dérange de Virginie Riva (Editions de l'Atelier) et Un pape dans la tempête de Jean-Louis de La Vaissière (Salvator)
Feb 24, 2017
De quoi la Droite est-elle le nom?
00:47:20
"De quoi la droite est elle le nom?" est une émission qui souhaite sortir de la politique politicienne et prendre un peu de hauteur non seulement en s’aventurant dans la pensée et la philosophie politique mais aussi en voyageant dans notre histoire de la plus ancienne à la plus récente. Auteur de la Cause du peuple qui fut salué comme un des "meilleurs livres politiques des dernières années" (FOG), Patrick Buisson défend et présente une vision de la droite qui diffère de la fameuse division tripartite de l'historien René Rémond.
Feb 15, 2017
De quoi la Gauche est-elle le nom?
00:50:19
Quels sont les thèmes qui ont structurés son identité ? Ces thèmes ont-ils évolué et se sont-ils érodés ? Quel impact cette érosion a eu sur la pensée politique? Quelle est la place enfin de la gauche aujourd’hui dans le débat des idées politiques ?
Feb 15, 2017
Pages de sang: Mein Kampf
00:30:55
Comment Mein Kampf est il né ? Que dit-il et quelle a été la réalité de sa diffusion en Allemagne et ailleurs? Mein Kampf annonce t’il les crimes à venir du IIIe Reich et du nazisme? Autant de questions que Christophe Dickès pose à l’historien Claude Quétel dans cette nouvelle émission "Nos mémoires" de Storiavoce.
Feb 07, 2017
Pages de sang: une histoire du petit livre rouge.
00:39:40
Tout petit par la taille, édité plus de 500 fois et traduit en 52 langues, exporté dans 150 pays et diffusé à deux milliards d’exemplaires… il est difficile de ne pas reconnaître au petit livre rouge son statut de bestseller… Parce que les totalitarismes ont été les religions du XXe siècle selon l’expression de Raymond Aron, Mao Zedong en avait fait sa "bombe spirituelle". Tant et si bien que le livre alla jusqu’à talonner de près la Bible elle-même. L’émission "Nos mémoires" de Storiavoce vous propose de partir à la découverte d’un ouvrage qui alla jusqu’à séduire les intellectuels du quartier latin et des capitales européennes. Un ouvrage « talisman » qui était brandit comme le signe d’adhésion et d’appartenance à un régime et à une idéologie, dont la réalité meurtrière et totalitaire échappa à beaucoup. Une émission avec Pascale Nivelle. CD.
Jan 30, 2017
La bataille d'Alesia
00:46:59
Véritable mythe, la bataille d’Alésia (52 av. JC) est intimement liée à notre imaginaire national. Ennemis héréditaires des Romains depuis les pillages du IIIe siècle avant JC, les Gaulois, nous le savons trop bien, souffraient de leur désunion. Paradoxalement, celui qui va les unir, Vercingétorix, va aussi causer leur perte face à l’ambition de César: ainsi, l'union n'a pas fait la force mais a précipité la défaite. Nous croyons tout savoir ou à peu près tout sur cette défaite héroïque. Nous avions tort. C’est ce que nous montre l’historien Yann Le Bohec qui lui consacre un petit ouvrage accessible, à la langue précise et teintée d’humour. CD.
Jan 24, 2017
Qui était Grigori Raspoutine ?
00:50:08
Le 1er janvier 1917, le corps de Grigori Raspoutine est retrouvé dans les glaces de la Petite Neva, à Petrograd. L’homme avait été assassiné l’avant-veille, attiré dans un guet-apens par le cousin du tsar Nicolas II, le grand duc Dimitri Pavlovitch, et le prince richissime Ioussoupov. Assassiné par balle, Raspoutine vivait encore quand il fut jeté dans les eaux glacées du fleuve. C’était là la fin d’un fin mythe et le début d’un autre, d’une légende aussi sombre qu’étrange. Qui était Grigori Efimovicth Raspoutine ? Certains biographes estiment qu’il eut un rôle clé dans l’histoire contemporaine de la Russie impériale, quand d’autres, au contraire, l’ignorent superbement ou le jugent comme un phénomène simplement anecdotique. Objet d’adulation, craint certainement, détesté par beaucoup, sujet central de bien des rumeurs… Fut-il voleur et accapareur ou religieux au pouvoir thaumaturge ? Alcoolique obsédé par les aventures sexuelles ou conseiller exemplaire d’un prince face à la menace révolutionnaire ? Storiavoce vous propose de démêler l’écheveau complexe non seulement de cette personnalité mais aussi de cette vaste Russie qui, pour nous Occidentaux, nous semble bien loin avec l'historien Alexandre Sumpf.
Jan 18, 2017
Le corps dans les trois livres sacrés.
00:46:36
Dans le récit de la création tiré du premier livre de la Genèse, on peut lire les mots biens connus: « Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. » Quelques lignes plus loin, après avoir mangé le fruit défendu, Adam et Eve, à cause de leur péché, prennent conscience de leur nudité et masquent les parties de leur corps qu’il ne convient ni d’exposer, ni de regarder. Cette scène apparaît non seulement dans la Bible, dans l’Ancien testament, la Bible hébraïque, mais aussi dans le Coran. Une image qui pose la question si délicate des rapports du religieux et du corps. Or, le plus souvent, l’un et l’autre sont opposés: le soin de l’âme étant bien plus important aux yeux des religions que le soin du corps. Pourtant, comme souvent en histoire, la réalité est bien complexe. Parce que précisément l’homme a été créé à l’image de Dieu, n’est-ce pas honorer Dieu lui-même que de prendre soin de son corps ? Storiavoce vous propose aujourd’hui de répondre à cette question et de partir à la découverte du corps à travers les trois livres que sont la Bible hébraïque, le Nouveau Testament et le Coran.
Jan 11, 2017
1917: l'année qui a changé le monde
00:46:07
Dans l’histoire européenne, les ruptures sont rares. Il y a naturellement des exceptions et, aux temps contemporains, la meilleure est l’année 1917. Jean-Christophe Buisson nous le rappelle dans un ouvrage d'une grande richesse iconographique.
Jan 04, 2017
La chronique de Julien de Rubempré - Déc. 2016
00:18:37
Pour cette deuxième édition des chroniques de Julien de Rubempré, le journaliste nous présente une réflexion sur les liens entre le monde intellectuel et l'histoire à travers trois ouvrages: "La Vie intellectuelle en France" de Christophe Charle et Laurent Jeanpierre au Seuil, "Scènes de la vie intellectuelle en France" d’André Perrin chez L'Artilleur et "Le Siècle des intellectuels" de Michel Winock chez Points - Seuil. A la suite de cette chronique, Christophe Dickès rend hommage à l'historien Paul Christophe, disparu cette année et auteur d'un dernier ouvrage consacré au pape de la Grande Guerre, Benoît XV (Editions du Cerf). Il termine en présentant une anthologie de l'historien britannique John Keagan, parue chez Perrin: "De la guerre".
Dec 29, 2016
Les trois morts de Marie-Antoinette
00:46:49
Comme l’écrit Emmanuel de Waresquiel, il n’y a dans le procès puis l’exécution publique de la reine Marie Antoinette aucune surprise, aucun rebondissements, aucun coup de théâtre. Il s'agissait d'une histoire écrite d’avance c'est à dire d'une tragédie visant à tuer la reine, la femme mais aussi la mère. Storiavoce vous propose de revivre ce moment de l’histoire de France, ce moment où la reine, après avoir été tant aimée des français devint l’incarnation d’un mal absolue, la victime d’une passion mécanique, celle de la Révolution française.
Dec 21, 2016
Les réseaux des premiers chrétiens
00:46:41
Comment le Christianisme s’est il développé dans l’Empire romain? Quel rôle ont joué les évêques, ces "hommes de réseau" au sein des communautés chrétiennes? Comment le Christianisme s’est il imposé en Occident et en Orient? Des questions auxquelles Marie-Françoise Baslez répond dans cette émission.
Dec 16, 2016
Les hommes d'Hitler
00:46:16
En 1935, à l’occasion d’un congrès, Adolf Hitler, dans sa mégalomanie, expliquait les liens qui l’unissait au parti nazi: « Le Führer est le parti et le parti est le Führer. Juste comme je me sens moi-même une partie seulement du Parti nazi, le Parti se sent lui-même seulement comme une partie de moi ». Dans la structure du pouvoir national-socialiste, Hitler était le centre de tout. Mais même s’il fut le centre de tout, Hitler ne pouvait bien évidemment pas se passer de collaborateurs. Des hommes mais aussi des femmes qui, plus ou moins proches, lui ont permis d’accéder au pouvoir puis de l’exercer. Storiavoce vous propose de s’intéresser à cette « galaxie » au sens propre qui tournait autour de la folie hitlérienne. Qui sont-ils ? Comment et quand Hitler les a t’il recruté ? Quelles furent leur marge de manœuvre ? Travaillèrent ils sous le contrôle strict du Führer ou au contraire bénéficiaient-ils d’une autonomie ? Hitler avait il de vrais amis ou au contraire des amitiés à géométrie variable ? Storiavoce vous propose de partir à leur rencontre dès le putsch de Munich en 1923 jusqu’à la mort d’Hitler en avril 1945 avec l'historien Jean-Paul Bled.
Dec 07, 2016
Figures catholiques dans l'Histoire de France
00:46:11
Que sait-on exactement du christianisme français ? Storiavoce, avec l'historien des idées François Huguenin, auteur des Grandes figures catholiques de France, vous propose aujourd’hui de vous en donner des clés biographiques qui, à travers les âges, forment des jalons incontournables.
Nov 30, 2016
La Bastille: Mythes & Réalités
00:47:19
Quand les émeutiers se sont emparé du fameux bâtiment en juillet 1789, ils n'y trouvèrent que... sept prisonniers. Pourtant, le monument est resté dans les consciences comme un des attributs de l'arbitraire de la monarchie absolue. La date du 14 juillet est connue de tous parce qu’elle est notre fête nationale et qu’elle s’inscrit au rang des mythes de la France. Ce que nous savons moins c’est que cette date fut arrêtée bien plus tard, en 1880, par le gouvernement de la Troisième République. Mais que voulait fêter cette Troisième République ? La Prise de la Bastille ou bien la fête de la Fédération qui, en 1790 rassembla le roi et le peuple ? Et que sait-on d’ailleurs sur cette forteresse? Storiavoce vous propose au cours de cette émission de partir à l’assaut d’un mythe : quand la Bastille a-t-elle été construite et comment était-elle organisée ? Comment y vivait-on et qui furent ses heureux et malheureux pensionnaires ? Et finalement, que s’est-il passé ces 13 et 14 juillet de l’année 1789 ? La Bastille fut elle prise ou bien a-t-elle été tout simplement mal défendue ? Autant de questions auxquelles Jean-Christian Petitfils, auteur d'une monographie sur le sujet, répond au cours de cette émission.
Nov 23, 2016
Les Mémoires de Napoléon
00:13:39
La collection de poche Texto des éditions Tallandier vient d'éditer Les mémoires de Napoléon. Un texte à ne pas confondre avec le fameux Mémorial de Sainte-Hélène... Thierry Lentz, un des meilleurs spécialistes du sujet, les présente pour les auditeurs de Storiavoce.
Nov 16, 2016
La Chronique de Julien de Rubempré.
00:15:32
Pour sa première chronique, Julien de Rubempré nous offre un regard sur une sélection d'ouvrages entre fiction et histoire.
Nov 16, 2016
Être juif en France aux XIIe-XVe siècles
00:43:57
En 2014, l’année jubilaire de la naissance de saint Louis à Poissy a été l’occasion de revenir sur les aspects d’un règne dont le dynaste fut le seul, dans l’histoire de France à avoir son nom porté sur les autels. A cette occasion, on rappela la grande dette que nous avions à l’égard d’un des plus grands historiens français, Jacques Le Goff, et de son incontournable monographie consacrée au Capétien. Mais parce que notre époque est ce qu’elle est, avec ses tensions religieuses ici et ailleurs, on évoqua aussi un des aspects les plus controversés du règne : en effet, Louis IX passe encore pour le plus antijuif des Capétiens. Storiavoce vous propose aujourd'hui de briser quelques tabous et de refuser tout anachronisme... Bref, de nous replonger dans la réalité de l’époque médiévale entre le règne de Philippe Auguste (1182-1223) et celui de Louis XII (1498-1515). Quel a été la place des juifs dans le royaume de France ? Quel rôle ont-ils joué et quels étaient leurs rapports avec les autorités religieuses et politiques du temps ? Peut ont parler d’une "politique juive" des rois de France ? Si oui, cette politique était-elle soumise à un idéal religieux ou à un tout autre idéal ? C’est ce que Storiavoce vous propose de découvrir avec l'une des meilleures spécialistes du sujet, l'historienne Juliette Sibon.
Nov 09, 2016
Oublier Napoléon, connaître Joseph.
00:45:51
Il fut président du district d’Ajaccio en 1790 et membre de l’exécutif départemental de la Corse, commissaire des guerres en 1793 et ambassadeur trois ans plus tard, député sous le Directoire et conseiller d’Etat, sénateur en 1802 et grand électeur de l’Empire, commandant en chef d’Armée, deux fois rois et lieutenant général de Napoléon de l’empereur en 1814… Il est assez difficile de nier le destin exceptionnel de Joseph Bonaparte. Pourtant, étrangement, parce qu’il vécut à l’ombre de son frère Napoléon, Joseph a été la victime d’une mauvaise réputation. N’est ce pas le grand Metternich qui disait de lui dans ses Mémoires, : « Napoléon m’a souvent dépeint Joseph comme un homme doux de caractère et d’esprit, mais incapable d’entreprendre une carrière qui exigerait de la vigueur. » Storiavoce vous propose de faire mentir le propre frère de Joseph qui fut aussi son premier détracteur. Qui fut l’aîné des Bonaparte qui devint le chef de famille après la mort du père en 1785? Quelles furent ses relations avec son cadet ? Et peut-on dire que Joseph devait tout à son frère ou qu’au contraire, son caractère et son tempérament le portaient naturellement vers de hautes destinées ? C’est ce que nous voyons au cours de cette émission avec Thierry Lentz, auteur d'une biographie consacrée à Joseph Bonaparte.
Nov 02, 2016
Le christianisme face à la Grèce
00:44:54
Dès les origines, le christianisme va se poser la question de ses relations avec la culture grecque. Le nouvelle religion devait-elle être l’expression d’une foi simple ou pouvait-elle bénéficier des apports de la littérature et de la philosophie, des sciences et des arts grecs ? En somme, la Foi était-elle conciliable avec la raison ? Dans un petit essai absolument remarquable et essentiel, l’historien Sébastien Morlet nous offre la réponse en décrivant l’histoire d’une renaissance, bien avant celle du XVe siècle.
Oct 23, 2016
Le Vatican face aux totalitarismes
00:49:06
Les livres consacrés au pape Pie XII pendant la Seconde Guerre mondiale constituent régulièrement des succès de librairie. En revanche, ceux étudiant les rapports entre l’Eglise et le communisme sont plus rares. Ils n’en sont pas moins dénués d’intérêt. Enfin, à notre connaissance, il n’existe aucun ouvrage abordant l’action du Saint-Siège face aux totalitarismes du XXe siècle dans leur ensemble. En effet, pendant très longtemps, mettre sur le même pied d’égalité le génocide des races et le génocide des classes provoquait une levée de bouclier du politiquement correct: l’icône du communisme était intouchable. Pourtant, on ne dira jamais assez que communisme et nazisme, ces « religions séculières » selon l'expression de Raymond Aron, possédaient les mêmes racines idéologiques. Ils avaient aussi en commun la haine du catholicisme. Storiavoce vous propose de comprendre et d’analyser l’action du Vatican –on devrait dire du Saint-Siège- face aux dictatures totalitaires de 1917 à 1989. Une approche globale et sur le temps long certes, mais où tout l’art de l’historien est se replacer dans le contexte de l’époque. Ce qu'a fait Frédéric Le Moal, dans son dernier livre paru aux éditions Perrin.
Oct 20, 2016
L'homme du code civil, le défenseur du roi.
00:48:19
Dans son ouvrage remarquable consacré à la fuite de Varennes, l’historienne Mona Ozouf explique que le voyage du roi Louis XVI en juin 1791 a fait basculer l’histoire révolutionnaire. Varennes signe même la mort du régime monarchique et de la royauté. De fait, un an et demi plus tard, Louis XVI était guillotiné sur l’actuelle place de la Concorde le 21 janvier 1793. Après la disparition du régime, c’était au corps du roi, pour reprendre l’expression d’Ernst Kantorowicz, d’être renversé. Mais même « le citoyen Capet », selon l’expression des révolutionnaires, avait le droit à une défense. Ce rôle important a été assuré par trois avocats. On connait Malesherbes et de Sèze mais beaucoup moins le nom de François Denis Tronchet. Étrangement, aucun travail n’avait été publié sur cet homme dont le rôle fut décisif moins d’ailleurs dans la défense du roi Louis XVI que dans sa participation à une révolution juridique, celle du Code civile, dont il fut la cheville ouvrière. Storiavoce vous propose de partir à la découverte de ce personnage étonnant, avocat, juriste, élu des Etats-Généraux qui sut survoler les années de terreur et s’imposer sous l’Empire. Un destin que Philippe Tessier nous faire découvrir dans cette émission exclus
Oct 12, 2016
Qu'est ce que le jansénisme?
00:48:57
Dans l’histoire du catholicisme, le jansénisme apparaît comme un des mouvements les plus complexes des époques moderne et contemporaine. Le définir semble ainsi une gageure. Pour aller au plus simple, l’historien Philippe Sellier nous explique que les jansénistes des XVIIe et XVIIIe siècles ont joué le rôle d’Antigone en terre chrétienne. Ils étaient à la fois insoumis et rebelles, moralisateurs et critiques. Auteur d’une monographie sur le sujet, Monique Cottret nous révèle toute la complexité de ce long mouvement qui naît dans l’Europe baroque, s’épanouit dans le classicisme « avant de s’imprégner de la pensée des Lumières comme de la méditation romantique. » Le passage du jansénisme dans le camp libéral et même révolutionnaire est un des phénomènes les plus paradoxaux de notre histoire. Aussi, serait-il plus juste de parler des jansénismes, au pluriel donc, tant ce mouvement semble protéiforme au fil du temps. C’est ici la grande leçon de ce livre érudit et dense qui en dévoile toutes ses facettes.
Oct 12, 2016
Louis XI: Mythes et Réalités
00:50:33
Louis XI (1461-1483), « l’universelle araignée », reste un des rois de France les plus célèbres de l’histoire, son terrible règne étant généralement contrebalancé dans l’opinion par l’agrandissement de la France. Moqué pour son vêtement et ses drôles de chapeaux, Louis XI a été accusé par ses contemporains d’avoir empoisonné son père (Charles VII) et son frère (Charles de France), maintenu volontairement son fils (Charles VIII) dans l’ignorance. Haï de ses sujets pour avoir multiplié la fiscalité par quatre, le roi a marié de force, emprisonné, fait condamner les grands du royaume lors de procès iniques, buvant le sang des enfants pour retrouver la santé… C’est d’abord la postérité d’un roi à travers les siècles que Lydwine Scordia nous offre dans son ouvrage avant de chercher à percer la réalité d’un homme à la fois fascinant et complexe, l’image même du Prince de Machiavel jusqu’à la préfiguration du Roi Soleil Louis XIV.
Oct 12, 2016
Frédéric II ou la stupeur du monde
00:49:36
Même si des courtisans forçaient le trait en en faisant une sorte de Dieu, ce prince médiéval du XIIIe siècle, contemporain de saint Louis, a toujours entretenu chez lui une conscience aigüe « du caractère sacré de son pouvoir et de sa personne. » Quitte à s’opposer à la papauté dans un conflit d’une violence extrême. Pourtant le pape Innocent III l’avait élevé, soutenu et finalement aidé à atteindre la charge suprême, héritier des empereurs romains et nouvel Auguste. La rivalité entre le Saint-Siège et Frédéric II est à placer dans la lignée des grandes oppositions entre l’Eglise et les princes : à la monarchie pontificale universelle, au vicaire du Christ, Frédéric opposait les droits de sa propre couronne sur le monde. Jusqu’aux champs de bataille où les uns se battaient avec la croix sur la bannière, les autres avec les clés de saint Pierre… L’historien Sylvain Gouguenheim nous propose un portrait tout en nuance d'un homme qui préfigure les grands hommes d'Etat des temps modernes.
Oct 12, 2016
François Ier, un roi de légendes?
00:48:06
De tous les rois de France, François Ier nous apparaît, au même titre que saint Louis, Louis XI ou Louis XIV, comme un homme d’exception. Mieux, il joue un des tous premiers rôles dans le roman de notre histoire nationale. La bataille de Marignan en 1515 n’est-elle pas le symbole de l’enseignement de l’histoire? Pourtant, il existe des différences d’interprétations de son règne qui dura de 1515 à 1547. Pour certains, il fut un roi chevalier, amoureux des arts et des lettres, le symbole du prince de la renaissance. Pour d’autres, au contraire, il fut un prince dépensier, intolérant d’un point de vue religieux, dominé aussi par les femmes… Pour ce numéro des “grands entretiens” de Storiavoce, nous vous proposons de partir à la découverte d’un homme pétri de légendes. Mais entre la légende dorée et la légende noire, où peut-on placer le curseur? L’historien Didier Le Fur nous répond à cette question en nous offrant une réflexion à la fois historique et historiographique sur ce roi fascinant.
Oct 12, 2016
Du Guesclin ou "le mythe nécessaire"
00:49:29
Plus qu’une légende de notre histoire nationale, Bertrand Du Guesclin est un mythe qui trouve ses origines de son vivant! Petit noble d’origine bretonne, peu gâté par la nature, il offre un exemple remarquable de “sauveur improbable”. Progressivement révélé par ses coups de main en Brocéliande, ses exploits héroï-comiques sur les remparts de Melun, sa victoire de Cocherel et son aventure espagnole, il est le « bon connétable » qui bouta les Anglais hors de France. Il incarnait à la fois l’Etat et la nation ce qui lui permettra d’être célébré autant par la monarchie que par la République française. Dans une étude fouillée, le médiéviste Thierry Lassabatère, l’invité des “Grands entretiens de Storiavoce”, nous invite à une véritable réflexion historiographique et historique sur ce personnage hors du commun.
Oct 12, 2016
Josué ou la promesse d’Abraham
00:46:19
Dans la Bible, le nom de Josué apparaît pour la première fois en tant que chef de guerre, victorieux d’Amaleq, l’ennemi intime de Yahvé : « Choisis-toi des hommes et, demain, sors combattre » lui demande Moïse dans le désert. Mais la victoire ne vient pas de Josué mais du bâton que Moïse a déjà utilisé afin de libérer Israël du joug égyptien. Fidèle serviteur, Josué participe à l’ascension du Mont Sinaï et garde la « tente du Rendez-vous » où se trouve l’arche d’Alliance qui contient les tables de la Loi. A la mort du prophète, il est chargé de conquérir Jéricho et la terre de Canaan. Dans la Bible, le livre qui porte son nom évoque cette conquête et l’accomplissement de la promesse d’Abraham. Puis vint le temps du partage de la terre entre les tribus d’Israël. Nous parlerions plus prosaïquement d’administration, d’héritages et de toutes les difficultés inhérentes à ce genre de situation : luttes fratricides, divisions et même rébellions. Historien des religions, Stéphane Encel sort de l’ombre ce personnage méconnu mais pourtant essentiel dans l’Ancien-Testament : « Josué sans Moïse est impossible et Moïse sans Josué est incomplet dans la structure de l’alliance entre Yahvé et les fils d’Israël. » Un livre admirablement construit qui apporte par ailleurs une réflexion sur les rapports entre la violence et la religion.
Oct 12, 2016
Royauté et Sacré dans les civilisations
00:46:38
Dans l’histoire de l’humanité, politique et transcendance sont intimement liées. A la lecture du dernier essai de Christophe Levalois, on découvre même que ce lien est commun à bien des sociétés et des civilisations : de la Chine à l’Egypte, de l’Inde ancienne au Moyen-Orient jusqu’à l’Europe moderne, royauté et sacré ne font qu’un. C’est cette unicité, ce lien entre royauté et sacré que Storiavoce vous propose de découvrir. Qu’est-ce qu’un roi ? Au nom de quoi règne-t-il ? Quelles relations entretient-il avec ces autres pouvoirs que sont le clergé, l’armée, le peuple ? Et, surtout, peut-on édifier une théorie de la royauté par-delà la diversité des temps et des lieux ? S’appuyant sur les fondements et les légendes, les récits et les rites de la monarchie, mais aussi sur les faits de l’histoire, Christophe Levalois répond à ces questions avec simplicité, pédagogie et érudition.
Oct 12, 2016
Le ralliement de Léon XIII
00:45:03
Le 12 novembre 1890, le cardinal Lavigerie, au cours d’une cérémonie officielle à Alger, porte un toast à la République française devant les autorités politiques militaires et religieuses. Ce 12 novembre fut un tournant dans l’histoire de France, dans l’histoire de l’Eglise et dans celle des idées. C’était le début du ralliement de l’Eglise catholique à la République française. Nous étions sous le règne du pape Léon XIII qui, moins de deux années plus tard, actait par une encyclique ce tournant définitif en exhortant les prêtres de France à rallier la République. Après un long travail de recherche dans les archives du Vatican, l’historien italien Roberto de Mattei offre aux auditeurs de Storiavoce une réflexion sur ce “projet pastoral” et profondément politique qui changea la face de l’Eglise sur le temps long. Au point de s’inscrire comme une des sources intellectuelles du Concile Vatican II.
Oct 12, 2016
La Grande illusion
00:49:51
Dans cette émission le professeur émérite George-Henri Soutou décrit la politique de la France pendant la Grande Guerre et redonne toutes ses lettres de noblesse à l'histoire politique contre l'histoire mémorielle. La problématique de Soutou vise à répondre à la question des buts de guerre de la France: quels étaient-ils? Étaient-ils raisonnables et réalistes? Ou s'inscrivait-ils en opposition avec ceux des alliés anglais puis américains? Répondre à ces questions amèneront le lecteur et l'auditeur à se pencher sur le rôle de la France à l'occasion des traités de 1919. Un ouvrage majeur dans l'histoire des relations internationales.
Oct 12, 2016